Textes fondamentaux

  • Recommandations de l’HAS. Depuis la publication en mars 2012 des recommandations de la Haute Autorité de Santé, Autistes sans Frontières appuie ses actions et ses projets sur ce document de référence
  • LOI n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées

Liens utiles et les ouvrages de référence

Sites généralistes : s’informer sur l’autisme et les différents traitements éducatifs ou prises en charge

Sites d’associations de parents pour partager les vécus, échanger conseils pratiques et démarches

Site animé par des personnes autistes et/ou des proches :

Sites proposant des ouvrages spécialisés, de la documentation, du matériel pédagogique spécialisé

Site proposant des sessions de formation

Sites sur l’intégration scolaire

Mémoire et recherche

Les ouvrages à lire

Témoignages de parents

  • « Vaincre l’autisme » de Barbara Donville – Editions Odile Jacob
  • « Ma victoire sur l’autisme » de Tamara Morar – Editions Odile Jacob
  • « L’autisme, un jour à la fois » de Nathalie Poirier et Catherine Kozminski – Editions PUL.

Témoignages de personnes ayant un TSA

  • « Si on me touche, je n’existe plus » de Donna Williams – Edition J’ai Lu
  • « Moi, l’enfant autiste » de Judy et Sean Barron – Editions J’ai Lu
  • « Ma vie d’autiste » de Temple Grandin – Editions Odile Jacob
  • « Laissez entrer les idiots » de Kamran Nazeer – Oh Editions
  • «  Je suis à l’est » de Josef Schovanec – Edition Pilon
  • « Je suis né un jour bleu » de Daniel Tammet – Edition J’ai Lu

Sur la compréhension des TSA et les modes d’interventions éducatives

  • « La personne autiste et le syndrome d’Asperger » de Jean-Charles Juhel – Editions PUL
  • « Intervention Béhaviorale auprès des jeunes enfants autistes » sous la direction de Catherine Maurice – Editions de Boeck
  • « L’autisme : une autre intelligence » de Laurent Mottron – Editions Mardaga
  • « Activités d’enseignement pour enfants autistes » d’Eric Schopler, Margaret Lansing, Leslie Waters – Editions Masson
  • « Comment pense une personne autiste ? » de Peter Vermeulen – éditions Dunod
  • « Autisme et ABA : une pédagogie du progrès » de Ron Leaf et John McEachin – éditions Pearson Education
  • « La personne autiste et le syndrome d’Asperger » de Jean-Charles Juhel
  • « L’autisme : au-delà des apparences. Le bon fonctionnement interne de la structure de pensée autistique » de Brigitte Harrisson – Edition Conceptconsulted

Sur l’intégration scolaire

  • « Intégrer l’enfant handicapé à l’école » de Jean-Marie Gillig – Editions Dunod

Courts-métrages d’animation :

Mon petit frère de la lune

 de Frédéric PHILIBERT
 Grand prix et le prix du public du festival Handica-Apicil 2007

Le voyage de Maria

 de Miguel Gallardo produit par la Fundación Orange Espagne 2010

L’académie des spécialistes de Miguel Gallardo produit par la Fundación Orange Espagne 2012

tomalecole

« Tom à l’école » Autistes sans Frontières 85. Film de sensibilisation pour les scolaires réalisée en 2013

La psychanalyse

L’autisme est un handicap d’origine physiologique ; ce n’est pas une maladie mentale, encore moins une psychose infantile.

Longtemps on a cru que l’apparition de l’autisme découlait d’une attitude parentale froide.
Après la seconde guerre mondiale, Bruno Bettelheim interprète l’autisme comme une défense de l’enfant confronté à des conditions de vie pénibles dues à des perturbations relationnelles précoces, une faillite des échanges mère-enfant.
L’enfant, ne trouvant pas de réponses à son besoin de communication, désinvestit peu à peu le monde extérieur et se referme sur lui-même sans échange avec l’environnement, il s’appauvrit jusqu’à devenir une « forteresse vide » (sic).

On sait aujourd’hui que cette théorie est inepte, balayée par toutes les évidences scientifiques largement démontrées.

L’autisme n’est donc pas une psychose infantile malgré la persistance de beaucoup de pédopsychiatres français à maintenir cette appellation.
Le terme de psychose infantile est une spécificité franco-française. Il n’existe dans aucun autre pays. Il n’est pas reconnu dans le manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux (DMS V).

L’autisme ne requiert ni psychothérapie familiale, ni cure analytique de votre enfant, ni introspection dans votre histoire familiale, etc. Pourtant, ce type d’interventions demeure encore majoritaires en France avec souvent, comme corollaire, l’orientation de l’enfant en hôpital de jour.

Le MUR, la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme

En septembre 2011, ASF diffuse en exclusivité « LE MUR », documentaire réalisé par Sophie Robert, produit par Océan Invisible Productions et Autistes Sans Frontières. Le Mur s’est répandu en quelques jours de façon virale dans le monde entier, avant d’être poursuivi en justice par trois des psychanalystes interviewés. Censuré pendant deux ans, il est intégralement réhabilité par la cour d’appel de Douai le 16 janvier 2014.

Ce film dénonce l’emprise de la psychanalyse dans le traitement de l’autisme toujours considéré à tort par une grande partie des psychiatres comme une psychose résultant d’une relation pathogène entre l’enfant et la mère… Ce « Mur » est le témoin percutant et pertinent de l’approche erronée et dommageable de l’autisme vu par les psychanalystes. Ce projet a été un facteur déterminant dans la prise de conscience, de l’opinion et des pouvoirs publics, de la totale inadaptation du discours psychanalytique. Il démontre que les psychanalystes ne sont aucunement en mesure de revendiquer une prise en charge des personnes autistes.

Rappel

En septembre 2011, le documentaire est diffusé en exclusivité sur le site d’ASF.

Fin 2011, 3 psychanalystes s’exprimant dans le « MUR » attaquent en justice Sophie Robert et ASF au motif que le sens de leurs propos a été déformé au montage. Lors de l’audience, le 8 décembre 2011, leur avocat déplore « une entreprise polémique destinée à ridiculiser la psychanalyse ».

Le 26 janvier 2012, le tribunal interdit la diffusion du documentaire en l’état. La justice a « constaté » que les extraits d’interviews des psychanalystes portaient « atteinte à leurs image et à leur réputation en ce que le sens de leur propos est dénaturé », ne rendant pas compte, notamment, de la complexité des points de vue.

Sophie Robert doit retirer les interviews incriminées, ce qui revient à censurer le film. Elle est condamnée à payer la somme de 12 000 € par plaignant, soit 36 000 €. Le Mur doit être retiré du site d’ASF, avec une astreinte de 100 € par jour. Pour sa part, ASF défendue par le cabinet Allen et Overy, est relaxée. Les 3 plaignants sont même condamnés à verser 2000 € à l’association pour « poursuites abusives ».

La censure du « Mur » a un retentissement médiatique considérable. Elle est relayée par des dizaines de journaux entre autres : L’Express, France TV, Rue89, Mediapart, Le nouvel Obs, Le Figaro, Libération, Science et Avenir, Le Parisien, La Croix, Ouest France, Le Progrès, Nord Eclair, La Voix du Nord, 20 minutes… Ainsi que les prestigieux « New York Times » et l’ « International Herald Tribune ».

L’impact du « Mur » auprès des familles concernées est également très fort. Cet interdit déchaine encore les passions et provoque une mobilisation sans précédent des parents d’enfants ayant un TSA. Certains d’entre eux rentrent en « résistance » et créent un site dédié : www.soutenonslemur.org

Le 16 janvier 2014, la Cour d’appel de Douai annule la décision de première instance et autorise à nouveau la diffusion du documentaire Le Mur de Sophie Robert.
ASF a publié un communiqué de presse dont voici un extrait : « […] La décision de première instance avait considéré que le film, composé d’interviews de psychanalystes exposant leur approche de l’autisme, avait dénaturé leurs propos. La décision de ce jeudi 16 janvier indique au contraire qu’il n’y a en rien dénaturation des propos, que la documentariste n’a fait que son travail sans aucune malveillance à l’encontre des personnes interviewées, et que le film est le reflet de leurs convictions. […] Autistes Sans Frontières se félicite de cette décision, et remercie le cabinet d’avocats Allen & Overy d’avoir défendu avec constance ses positions ».

Documentaire « Le Mur » >>