Le trouble du spectre de l’autisme reste encore un handicap mystérieux colportant fantasme, peurs, craintes, préjugés caricaturaux, etc. L’un des objectifs d’Autistes sans Frontières est de sensibiliser l’opinion publique à la cause des personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme.

ASF travaille à travers ses campagnes de communication pour :
– mieux faire connaître et comprendre ce handicap,
– dénoncer le retard de la France dans la prise en charge,
– montrer qu’une personne ayant un TSA peut progresser toute sa vie et trouver une place à part entière dans la société.

 

Les oubliés de la rentrée – Août 2015

Agence Australie
Agence LJ COM (RP et Relations presse)

campagne-autisme3Devant l’incapacité des pouvoirs publics à généraliser des dispositifs d’accompagnements adaptés, Autistes sans Frontières en appelle à la générosité des Français pour aider les familles à faire face à l’urgence de la situation et permettre aux enfants autistes d’apprendre comme les autres et vivre parmi les autres.
L’association a calculé que si chaque Français faisait un don de 13 euros, cela permettrait à 80 000 enfants autistes d’aller à l’école et d’accéder à l’éducation dont ils sont aujourd’hui privés. En effet, à l’heure actuelle, le reste à charge de la famille pour financer un accompagnant formé est en moyenne de 10 000 euros au minimum.
Gracieusement réalisée par l’agence Australie, cette campagne se décline en affichage, presse et internet.

 

 

 

 

Ne laissons pas 80% des enfants autistes à la porte de l’école – Avril 2011

Voir la vidéo >>

Agence LJ COM (RP et relations presse) + KOMANDO (film)
Campagne pilotée par ASF au nom du Collectif Autisme

Ce film dénonce l’exclusion du système scolaire ordinaire de 80% des enfants ayant un TSA.
Pourtant, l’éducation et la scolarisation pour un enfant ayant un TSA, c’est d’abord un droit.
Ce droit est garanti par la Constitution de notre pays et affirmé par la Convention européenne des droits de l’Homme, la Cour européenne des droits de l’Homme, la Convention relative aux droits de l’enfant, la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.
Force est de constater que ce droit, malgré quelques progrès depuis la loi Handicap de 2005, n’est pas garanti aux enfants ayant un TSA et qu’ils subissent dans ce domaine des discriminations.
Éducation et scolarisation sont inséparables, car la scolarisation ne peut reposer sur les seuls enseignants. L’autisme est un handicap sévère, dont on peut largement réduire les conséquences, si l’on met en œuvre le plus rapidement possible les stratégies éducatives que nos familles savent efficaces ainsi nos enfants peuvent faire des apprentissages deviendront le plus possible autonomes et diminueront la charge de leur accompagnement futur pour la société.

L’éducation et la scolarisation d’un enfant ayant un TSA est un défi que la société doit relever collectivement et massivement car sur près de 600 000 personnes ayant un TSA que compte notre pays, entre 110 000 et 150 000 sont des enfants.
La loi Handicap du 11 février 2005 devrait garantir le droit à la scolarisation et les moyens pour le rendre effectif. En dépit de ces dispositifs législatifs, la plupart des enfants autistes continuent à être écartés des écoles etc. Et lorsqu’ils sont scolarisés, ils le sont le plus souvent très partiellement selon le bon vouloir des administrations parties prenantes (MDPH / Education Nationale). Cette situation est entretenue par le déficit d’information dans les établissements scolaires et le manque de professionnels de l’autisme aux côtés du corps enseignant.

Voir le site >>
Télécharger plaquette destinée aux enseignants >>
Télécharger le dossier de presse >>
Voir l’affiche >>
Voir une partie des retombées presse & médias >>

 

Am stram gram

Voir la vidéo >>

Agence KOMANDO & Blue Film – Campagne « Dépistage »
Agence LJ COM (RP et Relations presse) + KOMANDO (film)

Campagne pilotée par ASF en partenariat avec Autisme France

Avril 2010 (Journée internationale de l’autisme)

En apparence, rien ne distingue une petite fille autiste d’une petite fille neurotypique. C’est bien le propos de ce film montrant 2 fillettes rythmant la cadence d’une chansonnette en tapant des mains. Pourtant, l’une des 2 est autiste.
Le trouble du spectre de l’autisme est invisible à première vue. Pourtant, il est essentiel de détecter les signes et d’identifier ce handicap le plus tôt possible. Le diagnostic permettra d’agir de manière adaptée et ciblée. La mise en place de stratégies éducatives précoces associée à son intégration scolaire contribueront à faire progresser l’enfant ayant un TSA de manière considérable.

1 enfant sur 150 naît avec un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme. Il est possible de reculer les limites de ce handicap et de combattre activement le développement de leurs troubles autistiques. Seule condition sine qua non à cette issue favorable : le dépistage précoce. Ils sont nombreux les signes d’alerte qui prédisent l’autisme : à nous, médecins, parents, assistants maternels, enseignants, de nous former à les repérer, de nous informer, le temps que la recherche trouve un moyen de le détecter autrement.
Et vite ! Vite, parce que le temps joue contre nous, le cerveau d’un enfant recèle des ressources dont les adultes sont privés : une plasticité cérébrale remarquable permettant, dans une certaine mesure, de compenser les déficiences que l’autisme entraîne et d’enrayer son développement.

Voir le site >>
Télécharger la plaquette destinée aux pédiatres >>
Télécharger affichette des signes précoces >>
Télécharger le dossier de presse >>
Télécharger le sondage >>
Voir une partie des retombées presse & médias >>

 

Au bord du chemin

François Nemeta – Agence KOMANDO & Blue Film – 2008

Saisi par ASF et d’autres associations, le CCNE (Comité Consultatif National d’Ethique) dénonce en décembre 2007 la situation dramatique des personnes ayant un TSA en France, assimilable à de la maltraitance faute d’une prise en charge éducative adaptée.

« Errance diagnostique », « diagnostic tardif », « manque de place », « carences dans la prise en charge », le CCNE juge les conditions sociales proposées aux autistes « humiliantes ». « Les enfants et les adultes sont aujourd’hui encore victimes d’une errance diagnostique conduisant à un diagnostic souvent tardif », soulignent les rapporteurs.
S’appuyant sur les conclusions du CCNE, et voulant dénoncer cet état de fait, ce film, volontairement provocateur, enfonce le clou à travers une métaphore sordide : l’abandon de l’enfant autiste sur l’aire d’autoroute… tout comme le chien dont on veut se débarrasser au début des grandes vacances.

Voir le film >>

 

Le gymnase

Voir la vidéo >>

Olivier Megaton – Agence KOMANDO & Blue Film – 2007

Palmarès : 3ème prix de la Communication Solidaire dans la rubrique « film »
Pourquoi les personnes ayant un TSA nous paraissent-ils si différents, déroutants ? Comment expliquer leur attitude souvent bizarre qui nous laisse perplexe ?
Le film propose une amorce de réponse à ces questions à partir de témoignages et de données connues sur la perception sensorielle d’une personne ayant un TSA. Il se place du point de vue d’un enfant ayant un TSA pour comprendre comment il traite ce qu’il voit, entend et ressent. Il offre ainsi une approche inédite de l’autisme, celle vécue de l’intérieur.
Ce film de fiction a pour objectif de délivrer un message : un enfant ayant un TSA perçoit de manière très perturbé le monde qui l’entoure et cela l’empêche de s’y intégrer. Si on l’aide d’une manière appropriée, il est capable de repousser les limites de son handicap.