ASF présentation Projets et actions Opérations caritatives Agir avec ASF
Documentaire et Bonus « Le Mur »






REAGISSEZ A CETTE INTERDICTION

Nom : Prénom :
Email :
Code postal : Ville:
Vous intervenez en tant que :
Votre réaction au documentaire :
Aldo       75       Autres   
le mur

Je proteste véhémentement contre l'usage que Sophie Robert a fait de propos recueillis auprès de moi, faisant de moi un praticien solidaire de la manière dont la psychanalyse pense l'autisme. Je suis pédiatre et j'ai souscrit rapidement aux méthodes de rééducation qu'on découvrait. Pour leur donner une plus grande audience, j'ai fait publier dès 2004, sous un pseudonyme, à une de mes patientes mère d'autiste, un livre relatant les résultats obtenus par la rééducation (Tamara Morar : ma victoire sur l'autisme (Odile Jacob, 2004). J'aimerais que ce message d'indignation figure sur votre site. marci


Christelle       15       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, Maman de Florian, bientôt 9 ans, autiste, tendance Asperger, diagnostiqué tôt (car évidence pour nous) et pris en charge de manière pluridisciplinaire (à notre demande), intégré à l'école dès ses 4 ans 1/2, d'un excellent niveau scolaire actuellement avec ses difficultés autistiques typiques. Je vous avoue être extrêmement choquée par le documentaire. Un retour en arrière pour moi, Maman, qui dois déjà me jusfifier face à la super méconnaissance sur le sujet des gens ordinaires ... les explications du Dr. Monica sont par contre extraordinaires. J'ai pris des notes précieuses ! Ce qu'elle dit est logique et parfaitement clair et correspond à notre réalité de tous les jours avec Florian, garçon merveilleux qui nous apprend la vie chaque jour. Il est inacceptable de laisser des personnes (psychanalistes) vus dans le documentaire enseigner ou analyser autrui. Ils devraient eux se faire soigner, ils ont un réél problème. Quant à mes enfants, mon mari et moi-même, nous nous portons très bien. Heureusement nous n'avons pas croisé leur chemin. Bonnes salutations. Christelle.


Pascal       17       Parents/Proches   
le mur

Il est temps pour les familles d'être enfin "réhabilitées". A ce titre, je serai partisan d'une action en justice pour faire reconnaître le préjudice moral subit par les familles et les propos diffamatoires de certains praticiens. Autiste sans frontières pourrait nous aider pour en finir avec ce côté dogmatique de la psychanalyse pour que nos enfants puissent grandir, évoluer, prendre place dans la cité. Actuellement, notre fils est au lycée, lui faire une place dans notre société est un combat au quotidien contre les idées préconçues. Alors, mettre un coup d'arrêt au propos diffamatoires de certains praticiens par une action en justice nous apparaît nécessaire et salutaire. Si d'autres familles réagissent de notre façon, pouvez-vous nous mettre en relations par une liste de diffusion ? Merci d'être là, présents. Un père et une mère "suffisamment bons" !!!


katell       29       Parents/Proches   
le mur

C'est consternant, on est encore au stade préhistorique en France, qu'attend-on pour empêcher ces psychanalistes de nuire auprès de nos enfants. Ils arrivent tout seul à se contredire. Pourquoi la france ne condamne t-elle pas de telles pratiques et comment des parents peuvent-ils aider leur enfant si on leurs dit qu'ils sont responsables de son autisme. Heureusement que l'espoir est là, les méthodes développementales et comportementalistes non plus à prouver leur efficacité; Ils faut maintenant nous battre pour quelles soient accessibles à tous.


segolene       06       Professionnel de santé   
le mur

infirmière et maman d'un garçon autiste j'ai trouvé ce reportage édifiant. bravo à sophie robert car elle a mis en lumière ce que les parents d'enfants autistes (que je rencontre lors de ma pratique professionnelle) subissent.Que de temps précieux perdu pour nos enfants!Si la psychanalyse est un soin elle doit être évaluée si elle n'en est pas elle se doit de le dire à ses patients.Chaque jour ma profession m'amène à rencontrer des parents qui errent pour un diagnostic et des prises en charge parce que des psychanalystes en cmp ou ailleurs les baladent avec des psychothérapies sans effet.Comment peut on ,et au nom de quoi, laisser des enfants sans aide?j'ai longtemps pensé que l'intention était au départ de ne pas stigmatiser l'enfant,de ne pas l'enfermer dans un "tiroir diagnostic" mais je me demande aujourd'hui :soit nous sommes devant des croyances irraisonnées ,soit devant de la mauvaise foi ,soit l'objectif est financier? par respect et compassion pour ces enfants interrogez vous s'il vous plait,remettez vous en question....Freud ,Lacan,n'avaient pas l'irm et tout pouvait être magique ou mystérieux. Le cerveau était un organe immatériel presque ....les mères ,les femmes ont été des sorcières autrefois mais vous ne pouvez plus penser comme cela quand même? je sais que tant qu'on aura pas prouvé le contraire ces croyances persisteront mais je fais le rêve qu'un jour la recherche puisse vous faire réfléchir sur vos convictions afin que tous nous puissions venir en aide aux enfants autistes...


sylvain       31       Parents/Proches   
le mur

je suis indigné des propos tenus par ces différents psychiatre qui ne vont que vers la culpabilités des parents et qui refusent les différentes méthodes telles que ABA ou TEACCH pour aider l'enfant à évoluer et à progresser.Par contre je trouve les 2 bonus très instructifs et positif et je suis d'accord pour que ces enfants puissent suivre une scolarité normale ils en ont le droit.


pierre       11       Professionnel de santé   
le mur

psychiatre "âgé", encore en activité avec des autistes, j'ai été psychanalyste, lacanien "modéré", et j'en suis revenu. Ce que j'ai entendu ici de la part de certains psychanalystes (car je pense que l'on a mis à tort dans le même sac mon pote Delion) me révulse, et je comprends sans l'excuser les réactions de rejet parfois violentes de certains parents d'autistes. Il faut savoir évoluer, lire, aller visiter des structures, entendre ce que nous disent les parents... seuls les imbéciles ne changent pas. Dans la structure audoise où je travaille nous investissons beaucoup dans le PECS. Ca marche. Et la psychanalyse, oui, c'est bien beau... pour les "normosés" comme les appelle l'ami Oury. Mais les autistes n'en ont rien à secouer ! Au total bon documentaire. Bravo. Je vois qu'"Aldo" proteste : tant mieux ! Soyez tout de même mesurés dans votre travail : tous les psys ne sont pas comme les caricatures prétentieuses que vous avez interrogées.


Maggy       46       Autres   
le mur

J'ai trouvé ce documentaire passionnant. Les interventions des psychanalystes étaient longues et répétitives. mais il est sans doute nécessaire de toutes les entendre pour bien se rendre compte des dégâts que celle-ci peut causer. L'intervention du Docteur Monica Zilbovicious est passionnante et en même temps, porteuse d'espoir.


Jérôme       75       Professionnel de santé   
le mur

Documentaire intéressant, mais un peu trop orienté (voire l'arrêt sur image sur le sourire de Mme Bogopolsky). Mis à part Delion et Golse, les analystes interviewés sont un peu dépassés. Il existe heureusement en France des psychanalystes ouverts et avec des conceptions théoriques sur l'autisme plus modernes que celles de Freud, Lacan ou bettelheim. Bref, cette première partie manque d'esprit critique je trouve, bien que le constat reste affligeant et ces pauvres analystes se tirent une balle dans le pied. Quant au bonus, il et très intéressant et nous éclaire beaucoup sur l'approche neuro en perception de l'autisme. J'aurais aimé savoir comment le Dr Zilbovicious s'assure que ses sujets d'étude avec autisme comprennent bien la consigne "quel objet le personnage regarde-t-il". Bravo en tous cas d'avoir pu réussir à obtenir autant de témoignages de psychanalystes sur un sujet aussi polémique. Je suis psychologue intervenant ABA (actuellement inscrit au DU ABA de Lille) et je reste à votre disposition pour rejoindre l'équipe d'autistes sans frontières ! Bien sincèrement, Jérôme Lichtlé jeromelichtle@gmail.com


CHRISTELE       49       Autres   
le mur

Merci pour les Bonus : Les troubles de l'autisme expliqués par le Docteur Monica Zilbovicious, Psychiatre. Cela relève le niveau en France. C'est une femme très intelligente au moins son équipe avance , à la différence du cirque non comique en France. Il faudrait que la Sécurité Sociale prenne conscience ou part l'argent des contribuables , Vous voyez ça des professionnels faire dodo durant la séance pas étonnant que l'on ne progresse pas , et je n'ose même pas parler des horreurs de ces "experts" français, il en parlent avec une telle assurance , c'est de la maltratance. A banir! J'ai honte d' être Française. Maman Française de jeune autiste qui progresse car nous nous sommes éloignées des soit disant professionnelles. C'est quand que les pro diront avec la plus grande humilité , nous vous écoutons car concernant votre enfant c'est vous les experts . Moins d'humidité et plus d'humilité (Réf au Pak)


Aymeric       62       Parents/Proches   
le mur

Papa d'un garçon de 4 ans et demi souffrant de TED, je peux vous garantir que la réalité est là, présente dans cette première partie... Nous avons subi ses âneries durant plus de 6 mois... Pas plus, point n'en faut !!! L'AMOUR que nous portons à notre fils nous a vite détourné de ces personnes pour nous rapprocher d'équipes pluridisciplinaires qualifiés et reconnaissant l'Autisme comme étant une réalité scientifique. Les méthodes citées fonctionnent... Certes certains enfants ne réagissent pas tous de façon positive ou immédiate mais les faits sont là. En regardant ce documentaire, j'ai vu mon épouse pleurer, revivant l'ensemble des insinuations qu'ils lui avaient été faite durant ses 6 mois. Elle en était arrivé au point de ne plus approcher notre fils de peur de lui faire du mal... Je suis d'accord avec Pascal-17 Il faudrait faire reconnaitre le préjudices moral... Aujourd'hui Denez n'est pas arrivé au bout du chemin, mais nous sommes tous, avec lui, sur le BON CHEMIN !!!


frédérique       84       Autres   
le mur

Merci au docteur Monica Zilbovicious d'avoir participé car la version psychanalytique lacanienne m'a heurtée; En effet je pense que le bon sens est un fondamental à respecter! je ne travaille pas de la même façon avec un enfant souffrant de psychose et un enfant souffrant de ted.


sabrina       50       Parents/Proches   
le mur

Je souhaite vivement que ce formidable film aura un effet médiatique de taille et qu'il contribuera à faire prendre conscience que la psychanalyse n'est pas la discipline appropriée pour l'autisme ! Les propos recueillis auprès des différents professionnels sont effarants, même choquants. Cette vision de l'autisme mais aussi des psychoses est complètement archaïque et limite délirante ! Les psychanalystes ne seraient-ils pas eux-mêmes proches de la folie ? Il y a honnêtement de quoi se poser la question !!! Sabrina, une maman qui remercie chaleureusement Sophie Robert, Autistes sans Frontières ainsi que tous ceux qui ont œuvré et œuvrent encore à Faire évoluer les mentalités. BRAVO !


marc       J2       Autres   
le mur

Avant même de voir le fim, je savais que la psychanalyse, représentait la préhistoire de l'intervention avec les autistes. Chez nous, un éducateur bien formé, entre en contact et entre en relation avec une personne autisme, des les 2 ou 3 premières rencontres. Il faut plus plus de temps avec les personnes, ayant en plus des atteintes cognitive importante, alors on parle de quelques semaines. Très souvent dès la première rencontre on établit le contact, on devient significatif pour notre client. Le simple fait de s'intéresser avec l'autiste, de ses objets favoris, est un formidable médium pour créer une relation avec lui. La psychanalyse est très loin de ces résultats rapides et est en plus,très peu respectueuse à l'endroit des mères. La psychanalyse est dans les poubelles au Québec, pour ce qui est de l'autime. On parle volontier de TED, et de troubles du spectre autiste. Un psychanaliste chez nous, est un homme du Néanthertal, pas plus. Hum... Je crois avoir fait ici, une insulte aux néandertaliens, je m'en excuse.


marielle       32       Parents/Proches   
le mur

Les propos des psychanalystes dans ce reportage sont aberrants. Ils serait temps de les obliger à se pencher sur les thérapies PECS (communication par échange d'image) par exemple et de leur faire constater au bout de combien de semaine on parvient à faire parler ces enfants, à leur redonner le sourire et calmer leurs agitations. Quand on se retrouve face à des professionnels qui croient tout savoir et qui restent cloisonnés dans leurs affirmations, il y a de quoi s'énerver. Et quant aux propos tenus sur la "mère", c'est sûrement eux qui ont eu des mamans "déviantes". Le manque de pédagogie dont ils ont bénéficié les a conduit au rejet de la différence. Ils se croient être des références. Des "neurotypiques" à l'égo démesuré. Un fléau pour l'humanité!


laure       22       Parents/Proches   
le mur

"trés interessant cela est horrible d entendre les propos des psy...c est grave trés grave elle est belle la france bravo les psy..il faudrait le diffuser a la télé reportage tres reussi en esperant que cela aide pour la suite!! "


plivier       33       Parents/Proches   
le mur

tout ce qu'on aimerait ne plus voire, a vomir. C'est la seule specialité de la médecine qui peut s'asseoir sur le code de déontologie de la médecine sans être inquiétér. Transposée a n'importe quelle autre pathologie, Mr Delion et Mr Golse auraient été radié de l'ordre depuis bien longtemps.


constance       92       Parents/Proches   
le mur

Milles merci pour ce magnifique reportages ou les témoignages parlent d'eux même. 2 années de prise en charge psychanalytique a juste "permis" a mon fils d'arrêter de parler et à moi de me sentir plus que coupable. Quand j'ai pris la décision de quitter le CMP qui le suivait, j'ai reçu une lettre dans laquelle j'étais menacer de me voir convoquer devant un juge pour enfant pour refus de soin. Heureusement j'ai tenu bon et j'ai opté pour une autre prise en charge qui a donné ses fruits. Maintenant il est scolariser en CM1 et les progrès sont énormes.


mariejo       59       Parents/Proches   
le mur

quel beau travail !Remarquable! quand on pense que ces personnes prétendent que le temps n'est plus à culpabiliser ..... un grand merci à l'équipe du reportage, aux familles et à Monica Zilbovicius pour son aide précieuse J'espère que ce film aura l'audience qu'il mérite et que la psychriatrie arrêtera les dégats, il serait grand temps Mais c'est très lucratif pour eux de ne 'rien faire" ...


florence       49       Parents/Proches   
le mur

Je suis consternée, je ne sais pas s'il faut rire ou pleurer en voyant un tel reportage. Finalement on se rend compte que rien n'avance, ces psychanalistes n'abandonneront jamais leurs théories sur la mère froide ou fusionnelle ! Pire je les trouve extrèmements dangereux pour les autistes mais aussi pour les familles ! Je trouve scandaleux que par la faute de ces personnes la prise en charge de l'autisme prenne autant de retard. Les méthodes éducatives ne sont toujours pas prises en charge et représentent un véritable coût pour nous. Ces psychanalistes sont dingues, à déconseiller absolument. On comprend mieux pourquoi un autiste qui met les pieds dans un hôpital régresse. Enfin moi je pense que c'est aussi une histoire de gros sous, il ne faut pas oublier qu'une journée pour un enfant dans un hôpital est de l'ordre de 790 € par jour, bien payé pour un psy qui somnole en attendant que l'enfant bouge. Franchement si l'on aidait mieux les familles et si on les prennai t plus en considération l'Etat ferait des économies. Ce reportage me fait cependant très peur.


dominique       95       Autres   
le mur

J'ai trouvé ce documentaire caricatural dans la façon de filmer(gros plan sur les personnes interrogés, en insistant sur des défauts physiques) et dans les passages de discours retenus, (qui sont des parties de discours tronqués). A entendre les réactions dans la salle, il est clair que ce qui était dit de la théorie psychanalytique était entendue au premier degré. par exemple, le terme de jouissance en psy n'a pas le même sens que dans la vie courante et il y a plusieurs autres exemples de ce type. En voilà un autre, le public paraissait étonné d'entendre que les relations mère/enfant en particulier dans les semaines qui suivent la naissance sont sur un mode de plaisir partagé. Je me suis demandée où j'étais. Je suis psychologue à l'E.N, je participe à l'accueil d'enfants avec autisme, je suis de formation psychanalytique mais je n'hésite pas à adhérer à toutes les méthodes qui permettent une meilleure intégration des enfants. Aujourd'hui je trouve que certains pra ticiens des méthodes ABA et autres du même type sont souvent très rigides, sans aucune remise en question de leur pratique même quand elles ne marchent pas.Je ne pense pas que des prises de position rigides d'où qu'elles viennent aident les enfants et leurs parents. Il était facile d'obtenir l'adhésion des parents qui étaient présents hier soir, mais je ne vois pas en quoi cela va faciliter un changement de regard sur l'autisme. Il est important et indispensable d'utiliser les outils qui permettent une meilleure socialisation des enfants avec autisme mais ces outils ne sont pas à même de réduire les angoisses de ces enfants, il ne faut donc pas forcément fermer la porte à des psychothérapies. Cordialement


igor       92       Professionnel de santé   
le mur

Un spectacle bien triste, voire pathétique, et un documentaire au combien nécessaire... Le montage est de plus tout à fait honnête avec la pensée psychanalytique qui s'y trouve parfaitement illustrée. Merci.


Stéphane       Be       Parents/Proches   
le mur

Quel travail remarquable! A mon avis, il conviendrait de le montrer à tout parent qui, venant d'apprendre le diagnostic de son enfant, cherche des pistes pour le faire progresser. On pourrait également le montrer aux "décideurs" dans ce domaine (fonctionnaires, politiques) qui, me semble-t-il, ne devraient guère apprécier l'idée de consacrer des fonds publics à des thérapies qui, de l'aveu même de ceux qui les pratiquent, ne poursuivent aucun objectif. L'auteur du documentaire laisse ses interlocuteurs parler autant qu'ils le souhaitent et les amène à sortir de la langue de bois que certains d'entre eux se plaisent parfois à manier sur les plateaux de TV. Sur ce dernier point, je pense en particulier à M. Delion et à son discours médiatisé sur la prise en considération des méthodes "éducatives": dans ce documentaire, il en prend le contre-pied. La facilité avec laquelle Sophie Robert déstabilise parfois ses interlocuteurs est tout simplement déconcertante et ne fait que mettre en évidence l'indigence intellectuelle de certains d'entre eux(je pense, en particulier, à cette femme qui ne trouve, à l'appui de son argumentation, que la "littérature psychanalytique"... un peu comme une petite fille qui affirmerait doctement que son papa a forcément toujours raison, puisque c'est lui qui l'a dit). Bref: bravo Sophie Robert, et merci à ASF d'avoir soutenu cette initiative d'autant plus élégante qu'à aucun moment, elle ne fait preuve d'agressivité ou d'aigreur. Pour couronner le tout, merci pour cet épilogue passionnant et très didactique qui nous est offert par Mme Zilbovicius.


marie-jeanne       94       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, en tant que maman d'un jeune garçon atteint d'un TED je suis extrêmement choquée suite au visionnage de ce documentaire. Ma réaction n'aura rien d'original puisqu'il est incomprehensible que de telles sornettes aient encore pignon sur rue en 2011. MAIS ENSUITE? Que valent nos réactions et les engagements de plusieurs décennies de milliers de parents/proches puisque rien n'avance? Si ASF ou une autre association envisage une action en justice collective pour maltraitance/défaut de soin (erreur médicale??? je ne suis pas juriste excusez moi) he bien JE SERAI LA PREMIERE SIGNATAIRE ET JE REJOINDRAI CETTE PROCEDURE COLLECTIVE. Ces images sont une preuve tangible de l'incompétence de ces charlatans (qui occupent des postes importants pourtant, ex GOLSE à Necker). Quand un psychotherapeute dit qu'il peut somnoler à côté d'un enfant, comment est ce imaginable? On imaginerait pas un chirurgien, un médecin prononcer le même discours lors d'une opération/consultation! Alors pourquoi l 'accepter pour nos enfants autistes? Depuis peu dans le monde associatif je n'ai pas l'antériorité de toutes les batailles et les luttes déjà effectuées. Je ne sais pas si un recours par la voie juridique a déjà été envisagé de manière collective (de manière individuelle oui : des parents ont attaqué l'état). La France a été épinglé par l'UE pour les lacunes dans les prises en charge de l'autisme. Peut être qu'un recours à ce niveau là est possible? En espérant que ce documentaire puisse faire avancer les choses...en tout cas un grand merci à votre association pour la diffusion et à la réalisatrice. Marie-Jeanne THOMAS


christelle       44       Parents/Proches   
le mur

merci a sophie Robert pour son remarquable travail et merci a vous pour lui donner la possibilité de le faire connaitre . étend maman de 2 enfants autistes j'aimerai croire que se film pourrai ouvrir les yeux a tous . j’espère que les personnes de la H.A.S qui travaillent actuellement sur les recommandations des prises en charges des autistes visionneront se film, et se rendrons compte de l'absurdité et de la maltraitance que vont encore subir les autistes, s'ils continuent d’écouter ses psychanalystes. bon courage a tous


christine       13       Parents/Proches   
le mur

Je voudrais vous remercier pour avoir fait ce film afin de montrer au plus grand nombre de personnes à quel point des familles, mères, pères, fratrie, sont détruites psychologiquement en lisant, en écoutant des propos consternants de ces médecins, psychiatres, psychologues en général des "pontes" sur la description, la définition de la personne autiste et TED enfin sur ce qu'ils sont persuadés de croire et qui est totalement faux. Je dirai que ce sont eux qui sont pris de "folie" pas les autistes. Sincèrement, j'ai eu mal en écoutant ces phrases que j'ai pu entendre par le passé de la part de pédopsychiatres, de psychologues, qui m'ont profondément blessé, humilié ainsi que toute la structure familiale. Mais heureusement que sur notre chemin de vie, nous avons eu la chance de rencontrer des personnes, médecins, psychologues, orthophonistes, etc.... qui pensent que l'autisme est un handicap qui se traite avec RESPECT avec une prise en chargée adaptée à l'enfant, éducative, structurée, humaine et encourageante pour faire progresser la personne TED et je les en remercie. Notre combat est encore long devant tant de puissance infondée de la psychiatrie française sur l'autisme mais nous continuerons plus haut et plus fort à faire entendre les critères internationaux en matière de prise en charge de l'autisme en France. Aussi je n'ai qu'une chose à vous demander c'est que nous puissions diffuser ce film sur une chaîne française voire européenne et étrangère, sur le net, etc... afin de montrer ce que nos enfants subissent en France quand ils sont porteurs de Troubles Envahissants du Développement. Un grand merci pour votre courage. Cordialement, Christine, maman de jumeaux de 11 et demi, dont l'un est extraordinairement TED


Degarde       91       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, désolée tout d'abord pour le pseudo mais malheureusement je me dois d'être très prudente, un de ces éminents spécialistes a failli intervenir en tant qu'expert judiciaire dans l'affaire qui m'oppose au papa de mes enfants (qui veut mettre mon fils dans un hopital de jour pour recevoir des soins psychiques, parcequ'en effet il est psychotique à cause de moi). BRAVO, et MERCI pour ce travail. Je diffuse autant que possible. Que pouvons nous faire d'autre pour aider et montrer cette ineptie franco française ? Une campagne maman crocodile et papa stylo bic (un coming out qui pourrait aider pas mal de personnes à se sentir mieux, beaucoup le cachent encore) ? Il faut que nos décideurs de tout bord réalisent que ces gens là sont payés par la sécu et utilisent des fonds publics ! Bravo et merci encore pour ce formidable reportage


Claire       75       Parents/Proches   
le mur

Ce documentaire est exceptionnel, il serait comique (le crocodile, "j'attends qu'il se passe quelque chose") bs'il ne s'agissait du sort de 500 000 personnes en France. Les enfants autistes n'ont pas besoin de la présence des psychanalystes pour se régaler de faire des bulles, ils le font très bien naturellement... C'est d'un soutien et d'encouragements autrement plus efficaces, d'un savoir-faire pédagogique éprouvé depuis trente ans hors du territoire français, et en France pour quelques familles privilégiées, dont ils ont besoin. La prise en charge éducative des enfants autistes a prouvé qu'elle leur permet d'atteindre plus d'autonomie, et qu'en outre elle coûte moins cher à la collectivité que l'hôpital de jour. Alors, qu'est-ce qu'on attend ?


Sens Commun       92       Autres   
le mur

Magnifique documentaire qui nous donne enfin des armes pour lutter contre la psychanalyse appliquée à l'autisme ! Bravo à vous et merci infiniment pour ce super travail ! Pourrions-nous l'enregistrer sur dvd ce qui nous permettrait de le projeter pour nos élus ? Encore bravo à vous !


abla       92       Parents/Proches   
le mur

Mille bravo pour ce documentaire très courageux et très instructif ! J'ai rarement entendu autant de délires sur l'autisme et ces professionnels de la santé mentale viennent de se disqualifier définitivement ! Merci beaucoup pour votre magnique travail ! Abla Lamrani, maman d'un gentil garçon autiste.


frédérique       29       Autres   
le mur

Hallucinant et terrifiant à la fois! On mesure en tout cas le chemin qui reste encore à parcourir...Quand on entend toutes ces "sommités" s'exprimer, on s'interroge sur leurs propres névroses... Merci pour ce documentaire qui espérons-le arrivera à être diffusé plus largement. Bien amicalement.


Murielle       29       Parents/Proches   
le mur

Je souhaiterais un DROIT DE REPONSE à ces psychanalystes d'un autre âge....Ma famille est la preuve vivante que leurs théories sont dramatiquement fausses.! Je suis maman de deux enfants, j'ai une grande fille de 16 ans "classique" qui va très bien , qui vient d'entrer en 1ère .La grossesse pour ma fille s'est révélée difficile, j'étais angoissée , déprimée. J'ai d' ailleurs fait à sa naissance un baby blues et une grosse dépression pendant un an....MAIS ELLE VA BIEN.! A contrario,pour mon fils de 12 ans qui est autiste , j'ai eu une grossesse rêvée.! Facile, un accouchement modèle et une après-grossesse, hyper joyeuse.!....Alors,mesdames et messieurs les PSY, sachez que vos "certitudes" doivent être bannies et par pitié comprenez que vous êtes de graves dangers pour des parents déjà fragilisés par un diagnostic difficile.! Pensez que si j'avais vu votre manière de procéder, s'il s'était agi de ma fille et non de mon fils...??? Je n'aurais plus eu qu'à me pendre.! On peut se demander si vous-même avez des enfants.... Mon fils a été vu par un "professeur" au CHU de Nantes: en 1/2 heure il m'a dit: "votre fils est autiste, il ne fera jamais rien de sa vie : n'espérez pas le voir aller à l'école"....C'est terrifiant de penser que des gens normalement plus informés que nous: pauvres parents que nous sommes,puissent balancer des mots aussi lourds de conséquences.! Heureusement que je ne l'ai pas écouté, heureusement que je me suis BATTUE (contre vents et marées) pour le stimuler, pour le faire accepter dans le milieu scolaire ordinaire car j'ai la fierté de vous dire que mon fils est entré cette année en 5ème avec AVS et que TOUT VA BIEN malgré les difficultés liées à son autisme.! Certes, il est et sera toujours différent de la majorité, mais il est une personne à part entière, attachante, et intelligente aussi.!...Il est intégré et apprécié tel qu'il est.! Votre vision archaïque de l'autisme peut avoir des conséquences dramatiques sur l'enfant et sa famille.! De grâce, ouvrez les yeux, écoutez les scientifiques, regardez les expériences , écoutez les témoignages.! Aucun, absolument AUCUN enfant suivi par vos soins ne s'en sort....Ca ne suffit pas comme preuve? Alors que ces "prises en charge" que vous balayez de façon méprisante ont elles , fait leur preuve. Une maman en colère contre les psychanalystes.


sophie       92       Parents/Proches   
le mur

je suis maman d'un petit garçon autiste de 7 ans, indignée par ce que j'ai pu entendre et à la fois reconnaissante que tout ce tissu de mensonges que l'on nous assène soit enfin dénoncé! bravo à la réalisatrice pour la remarquable intelligence avec laquelle elle a mené son "enquête", tous sont tombés dans le panneau et y avouent à demi-mot leur ignorance. C'est d'ailleurs ce que j'ai pu entendre dans le service du Pr golse "on ne sait pas d'où ça vient, on ne sait pas comment ça se traite ni si cela peut disparaître"... bref, ils n'ont rien compris ou ne veulent pas comprendre... à diffuser sans modération! merci encore bien cordialement sophie


delphine       31       Parents/Proches   
le mur

Un immense merci à Sophie Robert pour ce film totalement édifiant, fait avec beaucoup d'intelligence. J'espère qu'il aura le succès qu'il mérite. Maman d'un enfant atteint de TED, j'ai été grandement instruite par son film. Encore merci, ce film est un bienfait. Voici l'adresse du blog consacré à mon fils et à sa différence, où je viens de poster un message sur le film : http://monenfantbleu.canalblog.com/


laurent       31       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, un grand merci pour ce reportage qui devrait passer sur une grande chaîne de télévision. Auront-ils le courage de le diffuser ??? L'année 2004 aurait pu être l'année où nous n'aurions plus entendu parler des ces psychanlistes mais le ministre de l'époque, Philippe Douste Blazy a "enterré" le rapport de l'INSERM décrivant comme vous l'innéficacité de leurs théories. Avec votre reportage c'est clairement dit, les réponses qu'ils apportent à vos questions sur l'apport de la psychanlyse à nos enfants est affligeant : en fait peu de réponse puisque pour eux ils n'ont pas à se poser cette question sauf un qui a au moins le courage de dire qu'avec leur prise en charge, l'enfant autiste "prend du plaisir à s'intéresser à une bulle de savon!" Evidemment je passe sur ce qu'ils peuvent dire de nous parents d'enfants autistes, ce serait trop long, la description qu'ils en font date de théories vieillent d'un siècle. Pour terminer, un grand merci pour votre investigation et ce formidable bonus qui décrit les causes réelles de l'autisme. Laurent Peytavy, père d'un enfant autiste de 7 ans http://www.otema-autisme.fr


cécile       94       Parents/Proches   
le mur

Bonsoir, Je suis partagée entre le rire et les larmes en entendant débiter de telles sottises. Mon fils, considéré comme autiste sévère il y a encore deux ans est maintenant considéré comme autiste léger après des prises en charges adaptées depuis son plus jeune âge. La psychanalyse, j'ai donné pendant un an quand il avait deux ans. Que lui disait le psy, je n'en sais rien. J'étais forcément responsable de son état. Je n'ai plus jamais vu un psychanalyste depuis. Merci de ce documentaire, particulièrement édifiant sur ce qui est encore trop souvent proposé aux familles en France. Bien cordialement


Sylvie       20       Autres   
le mur

votre documentaire est formidable,il va sortir nos enfants du cauchemar Français; pourriez vous venir à Ajaccio le présenter en public,


Ganaëlle       26       Professionnel de santé   
le mur

Il est nécessaire de revoir totalement les possibilités de formations en psychologie, psychiatrie, et psychanalyse (dont le titre universitaire reste encore à créer ! ) proposées actuellement uniquement au niveau universitaire, sachant qu'en France, il s'agit principalement d'une formation théorique. Les formations ne proposent pas de possibilités d'ouverture pluridisciplinaires, et chaque courants thérapeutiques, bien que tous intéressants, restent sclérosés dans leur théories et pratiques. Celé est bien dommage car, selon moi, il existe autant de thérapie possibles que d'individus, et l'association de chaque courants thérapeutiques est nécessaire pour apporter une réponse adaptée et offrir un regard multiple sur les actions de chacun.


Annie       95       Autres   
le mur

Depuis plusieurs années, l'école accueille des enfants dits "différents" Ma fille est enseignante est a régulièrement des enfants en souffrance. Cette année elle accueille un enfant atteint de locodystrophie. Les parents savent qu'il ne vieillira pas très longtemps. Son état se dégrade constamment. A la rentrée les organismes habilités bien qu'alertés ont répondu à ses parents qu'ils n'avaient pas de dossier pour lui...donc la maman l'accompagne et reste avec lui car il ne tient pas débout et peut tomber à tout instant. Une conséquence de sa maladie puisque le musculaire est atteint il est traité pour une hypersalivation et l'on doit lui donner à boire fréquemment. Il ya deux ans ma fille a eu un enfant autisme. Il hurlait à longueur de journée en mettant les mains le long de son thorax comme s'il allait voler créant une ambiance pénible pour les autres enfants, bien que l'on leur ait expliqué et qu'ils aient compris que l'on devait accepter les enfants différents. Je plains les parents et comprends leur douleur mais plutôt qu'une intégration totale permettant à l'état de faire des économies importantes, il faudrait peut être réfléchir à ouvrir des classes adaptées intégrées dans les écoles pour permettre aux enfants des échanges bénéfiques pour les uns et les autres et en tout cas ne pas oublier les difficultés auxquelles sont confrontés les enseignants car comme soutien on leut attribue des personnes non qualifiées comme par exemple des chomeurs en fin de droit. De quelle société voulons-nous ?


frederique       13       Parents/Proches   
le mur

En tant que maman j'ai été horrifié par ces documents, surtout quand j' ai entendu que les femmes ayant eu une dépression pendant ou après leur grossesse était responsable,ne laissons pas nos enfants se faire traiter de fous, ces personnes n'ayant pas eu d' enfant autiste ne comprenne pas.Les psychanalyste traite nos enfant comme des débiles.Quand je suis allé faire le diagnostique pour ma fille le professeur m'a demandé si je me santais responsable, j' ai répondu oui, il m' a répondu que je ne devais pas culpabiliser. Aujourd’hui ma fille va dans un hôpital de jour et dans une clis ted elle évolu très bien , alors n'écoutons pas ses psychanalyste et faisons de notre mieux pour aider nos enfant,


François       31       Autres   
le mur

si un jour il est décidé que l'autisme relève d'autre chose que d'une psychose, il est évident que ces grands malades que sont les psychiatres veront leurs salaires et la taille de leur piscine se réduirent a vu d'oeil. il y a 40 ans la mére devait faire le deuil de son enfant, il y à 30 ans c' est la mére que l'on tentait de soigner, et aujourd'hui le flou artistique est installé.la seule vrai question est selon moi faut-il absolument tout mettre en oeuvre pour que nos enfants autistes soient tirés vers notre monde peuplé de cons qui s'ignorent ou simplement les aimés pour ce qu'ils sont eux,dotés d'un pouvoir d'imprévisibilité total et leur laissé leurs monde caléidoscopique?


michele       75       Professionnel de santé   
le mur

Je suis très choquée par le parti-pris de Sophie Robert et le montage de ce documentaire qui déforme, caricature et vise à ridiculiser les psychanalystes travaillant avec des autistes. Arrêtez de brandir sans relâche et avec beaucoup de mauvaise foi le spectre de Bettelheim! vous ne devez pas ignorer qu' il a fait son temps et qu'on ne s'y réfère plus, sauf à titre historique!On ne dit pas assez qu'il n'y a pas UN autisme mais DES autismes...Les deux enfants présentés ont des profils très différents, difficile de comparer leurs évolutions...Aujourd'hui la plupart des psychanalystes, praticiens et chercheurs tentent de travailler avec les autres praticiens (quand ils ne se heurtent pas au MUR,au front du refus), en complémentarité plus qu'en concurrence, que les personnes bénéficient d'approches pluridisciplinaires et pas exclusives...Quand accorderez-vous à quelqu'un comme Geneviève Haag autant de temps qu'à Monica Zilbovicius?


Nicolas       16       Professionnel de santé   
le mur

Tres bien raconté par des passionnés..


pascaline       75       Professionnel de santé   
le mur

Très bien.


Catherine       75       Autres   
le mur

Comment se procurer ce film? je veux bien acheter une copie.


mona       34       Autres   
le mur

Bravo pour cette démonstration incontestable du caractère tout à fait obsolète , dramatique et même criminelle du traitement des personnes autistes par la psychanalyse


Marie-Annick       76       Professionnel de santé   
le mur

Ce documentaire, avec la manière dont il coupe les propos des personnes interrogées, le choix de ces dites personnes, les arrêts sur image, les commentaires de la journaliste, et même la musique et le montage en général, ne donne pas la moindre chance à la psychanalyse. Il n'y a là aucune place pour penser par soi-même, l'opinion est déjà donnée à celui qui le regarde. Ce n'est pas objectif, c'est une condamnation sans procès, sans jurés, sans avocats, avec un juge qui décide seul du sort d'une discipline qui, avant tout, tient à rappeler que chaque autiste est une personne unique et singulière à qui l'on doit, autant que possible, épargner les souffrances liées à sa structure psychique. C'est un travail journalistique désolant. Pourquoi vouloir informer si l'on pense déjà à la place de celui qu'on informe? C'est d'une tristesse sans nom, et surtout, c'est injuste. Je suis art-thérapeute, je travaille avec des enfants autistes, et je suis une personne de terrain qui vous donne son avis sur ce reportage très orienté : il est juste sans rapport avec la réalité du travail formidable que font certains psychanalystes avec des personnes autistes. On verra bien si mon commentaire est publié, à la suite de celui d'Aldo, pour tenter de remettre quelques nuances dans ce qui n'est qu'un avis : celui de Sophie Robert.


claire       17       Parents/Proches   
le mur

Merci beaucoup pour cet excellent reportage. Mon fils a 20 ans, j'ai donc connu des psychanalystes +ou - déjantés. Un problème pourtant, mon fils a eu un développement parfaitement normal jusqu'à 2 ans, ce qui ne collait pas avec leur tableau, mais c'est miraculeux les explications que ces personnes peuvent trouver! Dieu merci, je ne suis pas tombée sur une psychanalyste qui manipule des bébettes aussi terrifiantes que dans votre reportage! pourquoi, en tant que maman crocodile, n'ai-je eu qu'un autiste sur 4 enfants?? ils devraient tous l'être, non? Et comment avec une mère aussi monstrueuse cet enfant a-t-il pu se développer normalement pendant 2 ans?? Il présentait déjà, en 1994 des anomalies cérébrales décelées par une TEP et une IRM. Merci à mme Zilbovicious et aux reporters.


Marie-Laure       40       Parents/Proches   
le mur

Merci pour la diffusion de ce doc.De formation universitaire. Tout n'est pas à jeter dans la psychanalise mais je ne suis pas sûre qu'il n'y ait pas des psychanaliste à jeter. Affaire à suivre....de près dans l'intérêt des autistes et du reste de l'humanité. A bientôt.


cathy       63       Parents/Proches   
le mur

Quelle honte de laisser ces pseudo professionnels de psychologie de comptoir exercer leurs méfaits!!! C'est scandaleux! Merci pour le précieux documentaire de la fin. Ces soi disant psy se discréditent eux-mêmes et sont ridicules . Lorsqu'on ne cherche pas à évoluer en suivant les dernières recherches, en se mettant au point grâce aux conférences... Voilà ce que cela peut donner: des discours incohérents et dangereux inchangés depuis plus de vingt ans . Ecouter cela encore aujourd'hui c'est de la fiction!!!


Philippe       44       Autres   
le mur

Ces personnes hautement diplômées, probables lectrices de nombreux ouvrages, font travailler leur tête plus que leur ressenti, leur sensibilité, leur empathie. Si certains postulats sont intéressants, poussés à leurs extrémités, comme ces professionnels le font, deviennent de la masturbation intellectuelle. Pénétrer réellement le monde d'un autiste révèle un dysfonctionnement subtil lié plus au cérébral qu'au psychologique. Quand je vois ce reportage, je me félicite de ne pas avoir suivi un cursus "classique" pour faire ma route sur la compréhension de l'humain. Merci aux différents intervenants de ce reportage, qui osent remettre en cause ce genre d'aberration homologuée.


Chantal       06       Professionnel de santé   
le mur

La journaliste a su poser les questions qui montrent à quel point les théories psychanalytiques sont fumeuses et contradictoires, jusqu'au ridicule d'ailleurs! Maintenant en tout cas il faut avancer sans s'occuper de ces personnes qui osent dire qu'ils n'ont pas d'obligations de résultats alors qu'ils sont soignants et remboursés en partie ( mais c'est encore trop) par la sécurité sociale. Quel plaisir de voir la joie et le calme de Julien, l'exubérance de Guillaume ! Nous savons bien que leurs apprentissages sont longs et difficiles, et que nous n'avons pas de temps à perdre mais ils sont tout à fait capables de faire des progrès, de se socialiser lorsqu'on se comporte avec eux de manière cohérente et structurée en leur donnant les clefs nécessaires à la compréhension des situations. Espérons que ces discours abscons se détruiront d'eux même , car heureusement, les faits montrent leur désespérante inutilité , les parents ne sont plus dupes. L'éducation et la structuration par visualisation nous apportent tellement de preuves évidentes d'efficacité et des personnes de qualité, comme Monica Zilbovicius et les chercheurs font avancer nos connaissances. Merci à eux connaissances scientifiques


pascale       20       Parents/Proches   
le mur

Génial les crocodiles vivent dans la mer, j'ai recu un pénis à la naissnce de mon fils! Si je ne les connaissais pas, le dr Viet de Bastia est différente, elle ne parle pas, sauf pour un diagnostic de dysharmonie psychotique, ou de psychose évolutive, ca dépend, je penserais que ce sont des acteurs! Mon fils a été suvi depuis l'age de 3 ans par le cams puis l'hopital de jour. Si je n'avais pas rencontré dans le cadre privé le dr Touraine qui a donné une piste sur le syndrome d'asperger, il y serait encore...Nous étions perdu...Quand j'ai demandé a la psy de l'hpj pourquoi elle ne parlait pas des autres diagnostics, elle m'a répondu qu'il y a 2 ans, ça n'existait pas!!! Je souhaiterais leur dire à tous ces tarés qui doivent souffrir d'un gros trouble "psy" ce que j'ai dit à celle de Bastia, je prie pour qu'ils aient, il y ont échappé avec leurs "lardons", je doute même qu'ils aient des enfants en fait, des petits lardons ou neveux ou autres, qui présentent le même trouble que mon fils, et qu'il le "soigne avec leur psychanalyse.. Dur pour l'enfant mais bon, soyons aussi pourris qu'eux. J'arrive du CRA de Nice avec mon bilan, je commence un autre suivi pour mon fils, il a perdu 5 ans avec ces malades. Je serai de l'avis de Pascal, car comme dit mon mari, il faudrait les attaquer pour mauvais traitement. Mais je dois mobiliser mon énergie, et ils sont puissants. Bravo pour ce doc, bravo au président d'autisme Corse qui ouvre un sessad, à Francis Perrin , à Lydie Laurent, c'est comme ça qu'on les détruira. Mais attention, ici un CRA ouvre en Janvier, alors ils modifient leurs discours, ils veulent présider les nouvelles structures et y bosser pour continuer à prendre l'argent et à avoir les vacances scolaires. Soyons très vigilant!!! Merci à tous . PS Je dis je ,j'écris, mon mari est avec moi et assure pour son fils, ils sont trop flippant...


Roxane       13       Parents/Proches   
le mur

Mamie de Julien 6 ans Suite à ces documentaires, je bénis ma belle-fille qui n'a jamais mis notre adorable petit Julien entre les mains des psychanalystes... Avec beaucoup d'amour, de persévérance et grâce à l'école, Julien a fait d'énormes progrès mais tout le monde dans son entourage sait que le chemin est encore long et semé d'embûches et qu'il nous faudra travailler sur les faiblesses de Julien loin des "monstres" qui préconisent que l'enfant autiste doit être retiré de ses parents, surtout de sa mère ... quelle hérésie ! J'en ai tous mes poils de grand-mère qui se hérissent. Heureusement que des Monica Zibovicius sont là pour nous éclairer, nous réconforter et nous redonner de l'espoir. Merci !


Loïc       49       Autres   
le mur

Votre documentaire est super. Je vous en remercie. Les commentaires du docteur Zilbovicious confirment ce que j'observe tous les jours. Cordialement. Loïc Le Hanneur.


Amélie       75       Professionnel de santé   
le mur

Je trouve scandaleux qu'une journaliste s'autorise à faire des coupes , ne rendant compte que de discours tronqués qui contribuent à ridiculiser des psychanalystes . De cette manière, toute prise en charge peut être ridiculisée. On peut accuser la méthode ABA de n'être qu'une forme de dressage.Et ce serait une erreur. On ne sert pas ces enfants en les empêchant d'avoir accès à des prises en charge qui sont complémentaires. Pour pratiquer l'ABA avec les enfants dont je m'occupe, je sais bien qu'elle ne réussit pas à réduire les angoisses de ces enfants, nous aurions tort aujourd'hui de n'avoir que des approches comportementales. Qui s'occupera alors des émotions de ces enfants. N'est ce pas maltraitant que de les ignorer et de laisser des enfants se mutiler sans rien faire. Arrêtons ces conflits et occupons nous des intérêts de l'enfant autiste . Aujourd'hui les psychanalystes ne sont pas des gens qui attendent sans rien faire, ils tiennent compte des découvertes des neurosciences et sont prêts à collaborer avec leurs collègues comportementaux, ils sont pour certains d'ailleurs formés également à ses méthodes .(Pour ne citer que Marie-Dominique Amy et Geneviève Haag qui font un travail remarquable auprès d'eux.)


Marie       75       Professionnel de santé   
le mur

Entièrement ok avec Marie-Annick 76...C'est désolant...


Marie       75       Professionnel de santé   
le mur

Stop à ces conflits stériles , engendrés par des mères "crocodiles" ,toutes dents dehors contre nous, les professionnels qui sommes toujours à l'écoute du meilleur pour ces enfants autistes!!!!! Combien d'euros coute ce reportage bille en tête contre la psychanalyse ? C'est scandaleux de balancer des reportages comme ça qui peuvent être lus par tout un chacun!!!! A moins que les assoc de parents cherchent des généreux donateurs pour financer leur toute puissance!!!!


Alice       13       Autres   
le mur

Merci pour ce film et à cette femme qui à le désir d'aller à la découverte de l'inconnu pour le mieux être de personnes en difficulté parce que différentes. Je pense sincèrement qu'il est vital pour chacun d'entre nous d'être reconnu et ce d'autant plus si l'on nait différent.


Francis       61       Professionnel de santé   
le mur

Le travail de madame Robert est tout à fait malhonnête car manipulateur, sans nuance et fait de censure. Elle ne retient que les parties de propos qui l'intéressent pour confirmer son apriori. Si dans un enregistrement je dis que "Mr X est tout à fait compétent", le monteur peut très bien effacer les deux dernières syllabes du dernier mot et mon propos sera tout autre!


ChristIne       78       Parents/Proches   
le mur

Chacun de nous se doit de faire suivre ce lien afin qu'ensemble nous,parents de nos chers enfants autistes, nous nous rebellions contre ces têtes bien pensantes, écrasées par leurs préjuges psychanalytiques . Que ces pontes retournent vite dépoussiérer leurs connaissances obsolètes dans des universités dignes de ce nom ou bien on devra vite les envoyer derriere les murs occultes des institutions! La on peut dores et déjà les y inscrire en tant que patient !Qu,ils laissent très vite leurs places aux jeunes psys qui régénèreront le courant psy Dun nouveau souffle et rattraperont nos 40 ans de retard ! Parents fuyons ces attaques diffamatoires de professionnels et aimons toujours plus nos enfants autistes qui sont le gagne-pains de ces "piètres professionnels". Une maman en colère!


Gaëlle       69       Autres   
le mur

Bonjour, Je comprends tout à fait la position des réalisateurs qui veulent dénoncer les travers du point de vue psychanalytique. Cependant, je trouve que trop peu de terminologie spécifique aux théories citées (Freud, Winnicott, Lacan…) n’est explicitée… De ce fait, les propos des professionnels psychanalystes sont tournés au ridicule. Je ne trouve pas que ce soit respectueux de leur profession. A mon sens, votre reportage perd alors de sa crédibilité. Bien cordialement


Marie       75       Professionnel de santé   
le mur

Les préjugés psychanalytiques n'existent pas.Les aprioris des parents ne sont que le reflet de leurs batailles légitimes et de leur souffrance au quotidien de ne pas trouver en France de réponse adaptée au handicap mental. Parents nous comprenons votre désarroi mais le dialogue est votre salut. Sincèrement


Frederik       90       Professionnel de santé   
le mur

documentaire intéressante en technique de coupure et censure. Enorme! Pour saisir les réponses incomplètes à faire avaler au public intéressé (enfants, parents, professionnels)... il faut au moins connaître l'art du populisme. Qu'un tel résumé tordu et tendancieux est présenté comme un 'documentaire', n'enlève aucunement le caractère de contre-publicité facile et superficielle qui adhère à une autre politique : 1) l'abolition de la recherche clinique approfondi et de la notion du sujet en tant que complexe logique et surprenant et 2) la promotion d'une notion réducteur pour 'l'homme techno' fractionné dans des capacités isolées (facilement partageable), soutenue par le paradigme épistémologiquement choisi et par tant de partis commercialement si bien exploité. Si on y reconnaît un clivage entre les 2 paradigmes, qu'on laisse aux professionnels, autant qu'aux parents et patients/clients, le choix de s'adresser au paradigme qui leur convient! D'où est-ce qu'on ose prétendre détenir le droit exclusif (du monopole) de la pensée et du travail thérapeutique sur l'autisme?


NICOLE       59       Parents/Proches   
le mur

Le discours de ces messieurs dames est tout simplement délirant, une succession de phrases qui ne veulent rien dire prononcer par des gens qui s'écoutent parler mais ne s'entendent pas sinon ils seraient morts de honte. J'ai envie de leurs prescrire une bonne dose de neuroleptiques, si leurs titres n'étaient pas mentionnés nous pourrions croire que s'expriment des patients en plein délire


ELIANE       06       Autres   
le mur

Excellent document. Par beaucoup d'aspects, notre lutte est commune pour développer la Recherche, proposer la remédiation cognitive et émotionnelle etc... Merci de me tenir au courant de la suite. Et avançons... Félicitations au Dr Monica Z . chercheur INSERM.


Isabelle       97       Parents/Proches   
le mur

Très bon documentaire! Bravo! Les bonus sont indispensables! Si la psychanalyse a pu aider et aide encore certaines personnes "bavardes", très verbales ou orales ou accessibles au symbolisme et à l'abstraction, elle ne peut rien pour ceux que ces bavardages ennuyent profondément et qu'ils considèrent comme des élucubrations sans base scientifique.La psychanalyse relève de la croyance avec ses propres dogmes et ses adeptes mais n'est pas une science.Beaucoup de ses praticiens manquent totalement de pragmatisme: quand une méthode ne marche pas, on en change et on ne perd pas le temps des apprentissages à regarder les bulles de savon avec un patient (cf ce que dit un psy ds le film) car on le condamne à y rester, dans cette bulle, et on ne lui permet pas d'avancer pour essayer d'avoir une vie qui soit la plus normale possible ce que tout parent veut pour son enfant. Ce faisant on condamne aussi les parents à une vie anormale et difficile;tout le monde souffre bêtement par l'aveuglement de certains qui pensent détenir la vérité et avoir tout compris et sont incapables de se remettre en question et d'évoluer: c'est d'autant plus triste que leur pouvoir de nuisance reste important dans le monde francophone!Le Dr Zilbovicious souligne très justement d'ailleurs la trop grande importance accordée au langage verbale par rapport aux autres sens. Soulignons aussi qu'une meilleure connaissance des comportements animaux, surtout des mammifères, permettrait d'éviter quelques interprétations "délirantes".


Stéphanie       93       Autres   
le mur

Comme Aldo, Marie Annick, Amélie... je suis choquée par la réalisation et le coté arbitraire de ce documentaire qui aurait pu être à la hauteur du sujet, car je pense en effet qu'il y avait là un sujet à traiter. Dommage de ne proposer aux parents d'enfants autistes et au autismes eux même,qu'une vision si caricaturale et décontextualisée de l’approche psychanalytique.


Muriel       75       Parents/Proches   
le mur

D'après Geneviève Loison and Co, je suis une maman crocodile ! Mon fils est autiste. Enfin, il a d'abord eu le diagnostic de psychose infantile ! Bref ... Il a maintenant une prise en charge très bien et je n'entends plus ces discours d'un autre monde ... mais je les ai entendus durant 2 bonnes années, d'autant plus que je suis mère célibataire ! (Du pain béni pour tous ces psy !) J'espère que ce film pourra être vu par le plus de personnes possibles, concernées par l'autisme ou non -car finalement ce sont toutes les mères qui sont incriminées ici- et j'espère que les choses vont réellement changer. Entendre ce genre de choses, c'est une vraie honte ! Muriel, mammadileo


Vincent       26       Autres   
le mur

Quesque enfant autiste peut-il attendre en terme de résultat suite a une psychanalyse. Question posé a un moment du documentaire 3 eme partie 7 min 34 L’enfant doit il en attendre quelque chose ? Ou est ce la société qui désire en faire absolument quelque chose de ressemblant a son image afin de pouvoir en diminuer les pré-jugé . J’ai pu lire a quelques part dans les texte ci-dessous, que, les autistes n'en ont rien à secouer ! de la psychanalyse, et pour cause , puisque me semble t’il en chacun de nous a certain moment de la vie survient le désir de devenir nous même autiste afin, de cesser de devoir supporter l’insupportable,(observer la réaction des personnes dans la troisième partie, a partir de 5.58 min a quoi vous font elle penser ?) finalement la psychanalyse est peut être une tentative de reconversion vers l’état dit normal de par ces vécus onto et phylogénétique, et au travers de l’inconscient collectif celui-ci ce rend bien compte que entre lui et la société il n’est peut être pas le plus malade d’où la difficulté a progresser, car lui ,de par ces différent vécu il sera difficile de le tromper sur la suite de sa vie et de ses chance de survie et d’intégration dans le monde social telle qu’il est aujourd’hui .Je crois que par ces divers vécus il faudra lui prouver au centuples qu’il a raison de changer.et qui plus est si son corps physiques a déjà entamé une mutation , dans l’autre sens , réjouissons nous car peut être que tous ce qui peut être fais peut être défais si l’on est capable de nous prouver le bien fondé d’un éventuel changement. Je pense que toutes techniques qu’elle quel soit est bonne a appliquer si elle va dans le sens du bien être de l’enfant et non de soi même ,la vie est un grand essai de tout et n’importe quoi et personne ne détient la vrai vérité, on m’a dit un jour a peine crois ‘ton savoir que l’on se trompe déjà. Que d’enfantillage que la critique réciproque du bien fondé d’une technique ou d’une autre a quand l’humain prendra t’il conscience que de travailler tous ensemble dans un but commun et constructif aura des répercussions massive sur le tout. Utopie Utopie quand tu me tiens .


Pascal       38       Autres   
le mur

En flag! Mais qui l'ignore ? Chaque discipline coagule une doxa. Du point de vue d'un éducateur spécialisé, les lignes de tensions sont nombreuses, à commencer par celles éreintées des limites, entre somatique et psychique, entre normal et pathologique, etc. Aucune théorie ne fait partie d'un système clos qui ne peut être remis en question. D'autres lignes de front existent entre les personnes qu'on nous confie, et la commande parentale, médicale, institutionnel et même politique, toute instance décisionnel, chacune en tension. J'observe que dans ce domaine, tous, sans exception, nous sommes en souffrance, comme une lettre.


Pascal       38       Autres   
le mur

En flag! Mais qui l'ignore ? Chaque discipline coagule une doxa. Du point de vue d'un éducateur spécialisé, les lignes de tensions sont nombreuses, à commencer par celles éreintées des limites, entre somatique et psychique, entre normal et pathologique, etc. Aucune théorie ne fait partie d'un système clos qui ne peut être remis en question. D'autres lignes de front existent entre les personnes qu'on nous confie, et la commande parentale, médicale, institutionnel et même politique, toute instance décisionnel, chacune en tension. J'observe que dans ce domaine, tous, sans exception, nous sommes en souffrance, comme une lettre.


anne       14       Parents/Proches   
le mur

TB exposé du Dr zilbovicious clair et simple. quant aux psychanaystes leurs explications hésitantes et "idéologiques" sont édifiantes ; malheureusement la mère d'un adulte autiste asperger n'a longtemps eu que ce type d'interlocuteur ...


nicolas       37       Professionnel de santé   
le mur

Ce document est malhonnete intellectuellement. Il ne participe pas a rendre ce débat plus propre.


Roxane       01       Parents/Proches   
le mur

Je suis l'heureuse maman d'un enfant autiste de 8 ans et demi, c'est mon fils unique, je l'aime à la folie et je l'ai aimé à la minute même ou je savais que j'etais enceinte comme toutes les mamans de mon entourage qui elles n'ont pas d'enfants autiste,comment ca se fait?, puisqu'elles ont la même relation avec leur enfant que moi avec mon fils!!!!! ce que je vois dans ce documentaire ce sont des gens qui ne savent pas de quoi ils parlent, j'en ai entendu des conneries mais jamais autant que dans ce documentaire, pfff c'est sidérant!! Je prefère m'arrêter là et esperer de tout mon coeur qu'un psy qui pense la même chose mette au monde un enfant autiste et là je lui jetterais en pleine figure, mère indigne!!!et en cadeau de naissance j'offrirais un beau crocodile pour voir si le pauvre enfant va mettre sa tête dedans pffff RIDICULE!!!!


S.       75       Professionnel de santé   
le mur

Je précise tout d'abord que je suis psychanalyste. Plutôt que "le mur", "le gouffre" me semble plus approprié tant Sophie Robert semble éloignée de la compréhension de la pensée analytique qui est exposée. Je pense important de préciser qu'en cette matière: Père, Mère, Pénis, Inceste, Sexualité et quelques autres sont à entendre comme des concepts ou notions. Cela nécessite un certain pré-requis lexical comme dans d'autres domaines. Le documentaire qui me semble intéressant du fait de ses interviews, se révèle en fin de compte très décevant du fait des commentaires. Je me demande pourquoi S.Robert s'est prise de l'ambition de vulgariser une approche qu'elle semble connaître si mal: par naïveté à une époque où tout le monde se pense aisément compétant en tout ou pour chercher à étayer une condamnation arrêtée avant même tout procès? En tous cas, la souffrance de ces enfants et de leur famille est réelle et leur commentaire me semble éloquent du désarroi et de la difficulté de l'accès à un soin, il reste beaucoup à faire. Et la pensée psychanalytique a fait bouger énormément de choses dans les institutions sur ce point qu'on le veuille ou non. Ceux qui sont intéressés par ces sujets doivent échanger avec différents professionnels du soin psychique de différentes approches thérapeutiques, et non pas se contenter de résumés trop réducteurs et, pour reprendre M Danon-Boileau: être dans cette rencontre "sans mémoire ni désir", càd sans trop de préjugé. Pour finir et réagir aux commentaires faits à ce film, je citerai le politicien qui a dit: " Dans une guerre,la première victime c'est la vérité".


pierre       75       Parents/Proches   
le mur

malheureusement nous soumis à ce genre praticiens et à ce très lourd système français qui se permet tout et ne veut surtout pas évoluer et se remettre en question c'est vraiment désespérant.Il ne peut pas y avoir d'échange concret et ils sont souvent plus nuisible à l'enfant et aux parents par leur actions Inutile d'essayer de leur parler des méthodes existantes dans les autres pays(USA,Angleterre,Belgique,Suisse,etc..)dont la méthode A.B.A. voir le documentaire de Francis PERRIN sur son fils Louis on vous répond simplement que si vous n'êtes pas content du système ,vous n'avez qu'à trouver autre chose vous-même.Effectivement on ce retrouve face à un mur d'incompréhension de la part de cette caste qui vit elle aussi dans son monde de pseudo "érudis".Merci pour ce documentaire Les pouvoirs publics ne font rien non plus pour changer la prise en charge de l'autisme ou simplement essayer de l'améliorer en se calcant sur ses voisins proches.


Maryline       77       Parents/Proches   
le mur

A Aldo... Avec mon mari, nous sommes venus vous voir en consultation en sept 2003. Vous deviez certainement connaître Tamara Morar à ce moment, pourtant, vous ne nous avez pas indiqué de méthodes de rééducation, non, vous nous avez simplement dit que l'état de notre fils était préoccupant et avez cherché l'adresse du cmp le plus proche de notre domicile. La seule véritable aide que nous avons reçue est celle des parents rencontrés sur les forums d'autisme. Vous pouvez toujours protester, la vérité est LÀ.


Théophile       71       Professionnel de santé   
le mur

Bonjour. Je suis attristé par la violence, et la haine que véhiculent bon nombre de commentaires. Je suis psychologue, de formation psychanalytique, et je me forme aussi aux thérapies comportementales. Il ne faut pas oublier que la psychanalyse fut l'une des premières discipline à essayer d'aider les personnes autistes autrement que par les solutions asilaires; certes, elle n'est peut être pas la solution la plus adaptée pour les enfants autistes, elle aide toutefois d'autres personnes, présentant d'autres pathologie. A.B.A., T.E.A.CH, etc, sont des méthodes très efficaces et parfois tellement salutaires, mais comme toute disciplines, elles aussi ont aussi leurs limites. Pour le bien des enfants, cessez de vouloir mutuellement l'extinction du travail que tout le monde a fourni depuis des centaine d'année, pour apprendre à utiliser ce que chaque méthode offre de mieux pour évoluer dignement. N'oubliez pas que nombreux sont les psychanalystes qui ont voué leur vie, à la cause de l'autisme, par amour plus que par dogme, parce de plus certains n'avaient que cela comme outil. La haine n'apporte aucune lumière dans l'obscurantisme; et si haine il y a, c'est que le propos est bien souvent injuste, même si c'est la douleur, la fatigue, et la déception qui amène à parler. Et puis, qui êtes-vous pour juger sommairement 100 ans de psychanalyse, de libre pensée, de combat contre la psychiatrie asilaire? Bon courage à toutes les familles et les praticiens pour composer de bon soins pour nos enfants.


jessica       74       Autres   
le mur

je trouve ça totalement ahurissant de voir qu'il y a encore des gens qui condamnent les autistes à vivre en hôpital de jour, livrés toute la journée à eux-mêmes, car il ne faut pas se mentir, les hôpitaux de jour n'offrent rien aux autistes à part des soins pour calmer leurs troubles comportementaux. les psychanalystes parlent d'abandon de la mère, mais c'est eux qui abandonnent les autistes en les retirant à leurs parents, et pour quoi?pour les cantonner dans un hôpital?bravo!!!quand on voit tout ce qui se fait aux états-unis ou au canada, toutes les études réalisées et toutes les techniques que des spécialistes utilisent pour communiquer avec les autistes, c'est scandaleux qu'en france il y ait encore des spécialistes qui pensent que les autistes sont juste bons à être enfermés. heureusemnt qu'il y des parents qui ont crus et qui croient en leurs enfants car c'est grâce à eux que les choses bougent, que l'aba, le teacch ou le pecs se démocratisent.


Marie       75       Professionnel de santé   
le mur

Théophile 71 et autres personnes dégoutées par cette agressivité menée par des comportementalistes légèrement hystériques et faisant table rase de l'histoire et fi du travail des autres pour affirmer leur méthode............ Sachez que plusieurs psychanalystes dont les propos ont été détournés et ridiculisés par Sophie Robert réalisatrice du film pour le compte de l'assoc des parents ONT PORTE PLAINTE et que les ABA en auront surement pour leur argent... C'est le mur de la HONTE non? En tout cas la haine n'apporte rien de bon à personne. La bataille des parents est dure et légitime mais je refuse que les ABA et autres teachs mettent de l'huile sur le feu impunément.Il en va du respect de chaque enfant de chaque sujet ... comme le dit TH2OPHILE : restez DIGNES , c'est déja assez difficile comme ça!!!!


Sylvain       75       Autres   
le mur

L’inceste paternel, ça fait pas tellement de dégât. Ça rend des filles un peu débiles, mais l’inceste maternel ça fait de la psychose, c'est-à-dire des f... c'est la folie Et ça, c'est enseignante formatrice en psychanalyse ? Mon dieu, vivement que la psychanalyse lâche son emprise sur la psychologie en France, et la laisse enfin progresser.


Christophe       91       Autres   
le mur

Un peu surpris des bonus... finalement ils sont tous d'accord: il s'agit d'un trouble sévère de la relation à l'autre. Après de savoir si le malfonctionnement du sillon temporal supérieur est la cause ou un effet, n'est pas clairement tranché puisque les neurones s'adaptent et se modèlent suivant les stimulis environnementaux (principe utilisé par les méthodes comportementalistes d'ailleurs). Bref, qu'ils travaillent en coopération plutôt que de se rejeter.


Nada       75       Parents/Proches   
le mur

j'ai trouvé très intéressant ces interviews de psychanalystes et été très étonnée par certaines réflexions, tendant à cantonner le problème de l'autisme dans la relation mère/enfant. j'ai été assez surprise de la façon dont les femmes réagissent de manière plus sensible aux questions posées par rapport aux hommes. j'ai énormément apprécié l'attitude de ceux qui accueillent l'enfant autiste sans aucune préparation ni à priori... les explications du docteur Monica sur l'autisme sont très éclairantes. la différence d'évolution entre les deux enfants, julien qui a été soigné dans un hôpital psychiatrique et son frère qui a été pris en charge par des méthodes éducatives adéquates, est trop flagrante pour dénigrer d'un bloc l'apport des méthodes appelées 'comportementalistes'... j'ai grand espoir dans l'avancement des recherches sur le cerveau et sur les recherches en matière d'éducation pour améliorer l'attitude des parents et de la société face à ce problème.


Jean-Yves       04       Professionnel de santé   
le mur

Je réagis à chaud, ayant lu l'article paru ce jour sur Rue89. En tant que psychologue et psychanalyste, j'ai rencontré dans mon travail dans plusieurs institutions des enfants et des jeunes gens autistes, avec des diagnostics tantôt justes tantôt fantaisistes tantôt absents. Surtout avec des prises en charge aberrantes, au nom d'idéologies pseudo psychanalytiques en particulier. Il m'a fallu peu de temps, au début de ma carrière, pour répudier les allégations de faute des parents à l'origine des troubles. Plus longtemps, presqu'une vie, pour envoyer paître le mégi mélo abracadabrant qui sert de théorie en milieu lacanien (et largement autour). Reste le respect pour tous ces gens, enfants, parents, professionnels, qui travaillent ensemble avec humilité et passion, et qui, à défaut de guérir (quelle maladie?), parviennent souvent à transformer un malheur en une vie digne d'être vécue . La psychanalyse, parmi d'autres moyens, est à mon avis, dans ce cas, utile surtout pour la formation, au sens large, des "soignants".


Thierry       13       Autres   
le mur

Ce qui me dérange depuis tant d'années, en tant que patient d'abord puis en tant de public, c'est cette manie qu'ont "parfois" certains psychanalystes, de se mettre dans une position que j'imagerais symboliquement ainsi : "homme-faillible-savant-infaillible-dieu". Je me réjouis de découvrir les propos parfois vifs de la part de parents concernés par l'autisme, ainsi que de celle de professionnels ne se reconnaissant pas, et pour cause, dans les lieu-communs ataviques et anachroniques servis par certains des leurs. Il semble que nombre de praticiens vivent en autarcie dans une bulle intellectuelle (au demeurant fort lucrative) en fidèles disciples de ce cher Freud à sa maman. L'autisme ne relève aucunement d'un traumatisme ou autre événement vécu intra-utéro ou après la naissance. Il s'agit d'un problème structurel et fonctionnel, donc d'abord biologique, lequel a des conséquences psychologiques que l'homme a appris à reconnaître et classifier, diagnostiquer. La thérapie psychanalytique est un non-sens avec des autistes. Leur perception différente d'eux-mêmes et de ce qui les entoure m'amène à écrire l'évidence suivante: - comment peut-on imaginer "soigner" des autistes par une approche psychanalytique, sachant que l'ensemble des symboles et concepts "outils" revendiqués par la psychanalyse ne font pas partie du monde des autistes ? Je serais curieux de connaître l'avis de Boris Cyrulnick sur le sujet, il me semble que cet homme mûr et sage saura donner sa juste mesure à une approche affligeante du "problème" autiste par des professionnels qui malheureusement ne doutent de rien ou font comme si. Heureusement le psychiatre qui me suit depuis 20 ans est doté d'un esprit aiguisé, ouvert et empathique, sans oublier une sacrée dose d'humour et d'auto-dérision.


François       67       Professionnel de santé   
le mur

Bonjour! Remarquable, tout simplement. Et courageux. Une anecdote : Je suis psychologue du développement, récemment diplômé. Un psychanalyste intervenait comme chargé de cours, et , interrogé au sujet de la prise en charge des enfants souffrant de troubles autistiques, il nous a dit : "Dans le cas de l'enfant autiste, il faut se poser la question de l'existence du sujet" Tollé... mais il aura fallu plusieurs années pour que cet intervenant soit remplacé, et l'intervention d'élèves qui ne craignaient pas pour leur notes! Bravo, continuez!


geneviève       17       Parents/Proches   
le mur

C'est à pleurer que d'entendre les psychanalistes lorsque l'on est confronté de près à l'autisme. Mon petit fils de 5 ans a commencé la méthode A.B.A il y a 3 mois et c'est incroyable comme on voit les progrès par rapport au suivi à l'hôpital de jour. Merci pour ce film.


anne       44       Autres   
le mur

impossible de le visionner ni mme d'entendre !!! Est-ce volontaire ???


dominique       84       Professionnel de santé   
le mur

FABULEUX!!!


dominique       84       Professionnel de santé   
le mur

FABULEUX!!!


Jacques       64       Autres   
le mur

Ce documentaire met en opposition les méthodes comportementales et psychanalytiques. Au lieu de mettre en avant les approches dogmatiques de la psychanalyse, en particulier celles qui sont culpabilisantes, et les approches froidement scientifiques des recherches sur le cerveau, ne serait-il pas plus productif de montrer l'importance de l'approche "humaine", c'est à dire sensible qui peut s'appuyer sur des soins et des accompagnements bénéficiant des pratiques analytiques et comportementales ? Que les psychanalystes dogmatiques et les biologistes étroits se fassent la guerre montre combien nos prises de positions sont parfois bien rigides, bien loin de la dimension d'ouverture à l'autre. Plutôt que de médiatiser ce conflit préjudiciable aux malades psychiques, à leurs proches et aux soignants, ne serait-il pas plus utile de montrer les expériences qui allient les différentes approches. Il n'y a pas de convictions possibles devant la complexité de notre fonctionnement !


Nathalie       88       Parents/Proches   
le mur

Je suis attérée par le discours de ces psychanalistes... comment peut-on laisser ces gens exercer... Maman d'un jeune Asperger, diagnostiquer tard à cause de gens comme eux qui ne sont pas médecin mais qui se donne le droit de dire aux parents, voyons peut etre devriez vous trouver en votre comportement avec votre enfant les raisons de son problème.... Je suis révoltée par leur discours certain sont honteux. Pour une fois qu'ils sont mis en évidence alors il faudrait les taires... Il faut que se soit diffusé et au plus grand nombre pour que les parents prennent conscience qu'il ne faut pas écouter ces pseudo praticien qui pense connaitre nos enfants et le meilleur type d'éducation en surtout culpabilisant la maman, elle seule à savoir que son enfant va mal. Pour avoir eu le plaheur de rencontrer ce genre de personne je pense que l'opinion publique doit connaitre le fond de leur pensée... Ces gens ne devraient pas pouvoir approcher les enfants et encore moins les Autistes. Merci pour ce reportage, pourvu qu'il puisse etre diffusé.


Nicole       J5       Parents/Proches   
le mur

Tout les psy qui ont parlé dans ce film sont dans le champs je suis maman d'une jeune femme de 22 ans autisme et tout ce que vous racontez est de la foutaise...La seule qui dit les vrais choses c'est le Docteur Monica Zilbovicious, Psychiatre, Directeur de recherche à l'INSERM, à touts les autres venez donc faire un tour au Canada vous instruires sur l'autisme !!!!!!


Michèle       94       Parents/Proches   
le mur

A ces personnes qui hurlent à la censure et au détournement de propos: qu'est-ce qui a été détourné? Qu'est-ce qui a été coupé de si important qui changerait la perception du spectateur? Allez-y, corrigez, complétez, plutôt que d'affirmer sans étayer. Est-ce vraiment un arrêt sur image de 2 secondes qui ridiculise le propos ou les énormités qui sont affirmées? Le documentaire offre au contraire une large tribune aux psychanalystes, qui parviennent très bien tout seuls à se présenter de façon caricaturale. La vérité est que leur théorie est complètement abracadabrante pour ce qui concerne l'autisme. Tout n'est cependant pas à jeter dans leur approche, et j'ai moi-même, étant enfant, été traitée de façon très efficace par le Dr Golse pour de tout autres types de problèmes.


Natacha       45       Parents/Proches   
le mur

J ai regardée ce documentaire il y a quelque semaines,je suis adoubée d entendre des psy parlez ainsi mais c est la réalité du terrain.j ai eu affaire a des psy similaire qui me cuplabilisais un maximum,qui nous faisait suivre des e t retiens toute les semaines a moi et a mon mari sans meme faire attention a mon fils,on a arrêter les entretien le jour ou la psy a dit a mon mari qu il battais sa mère.ils faut que les nouveau parents sache a quoi s en tenir avec ses psy.


Jean-Pierre       94       Parents/Proches   
le mur

Bien mais sur le fond, c'est l' outil de diagnostique Freudien qu'il faut dénoncer ( attention certains pyschanalistes non-médecins ne sont tenus a faire un diagnostique et en favirisant toujours l'utilisation du PACKING). Notre ligne de fracture, c'est la classification française même révisée ( CETMEA-R)approche ou sont soulignés les processus psychopathologiques sous-jacents, alors que le DSM IV et la CIM 10 FONT FIGURER L'AUTISME PARMI LES TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT. Autres sujet a polémique, c'est le fichage des parents d'enfants autistes par le GEVA ( Guide d'évaluation multidimensionnelle pour les équipes pluridisciplinaires des MDPH. Et puis la partie financière n'est pas étrangère: Une prise en charge par enfants et par an en IME coûte au contibuable 45 000€ en hôpital jour 95 000€ et souvent le plateau technique ne correspond pas au dossier d'agrément ( Annexes XXIV).


anne renée       47       Professionnel de santé   
le mur

édifiant...je "savais"...mais une piqûre de rappel était nécessaire ..MERCI.


pelayo       75       Autres   
le mur

Mon dieu, mais ces psys ont vraiment l'air totalement tarés. Ahurissant.


Bernard       59       Professionnel de santé   
le mur

Il y a quelques années est arrivé à la tête du service de pédopsychiatrie où je travaille, un nouveau chef de service. Il nous a très vite invités à tailler des costumes thérapeutiques sur mesure pour chaque enfant autiste. Mais pour cela, il nous fallait beaucoup de tissu et de fil. Aussi, il soutient les formations : PECS, Macathon, ABA, approche sensori-motrice, observation du bébé, Teach, etc ... et même la thérapie institutionnelle et analytique. Depuis, cette diversité cohabite et participe pleinement au dynamisme de notre service. Pas de pensée unique mais de la stimulation intellectuelle et clinique mise au service des patients. Ce chef de service s'appelle Pierre DELION. Aussi je suis attristé de le voir ainsi caricaturé dans ce documentaire, comme d'autres d'ailleurs. Bien sûr il y a des propos tenus qui sont risibles voire inacceptables, mais ne prenons pas la partie pour le tout. Arrêtons de tirer sur tout ce qui bouge avant de discuter. Pour avoir une connaissance authentique, il faut suffisamment de recul, ce qui n'est malheureusement pas le cas dans ce documentaire. Par ailleurs j'ai été très étonné que l'on puisse dire qu'un enfant pour qui les soins psy ont été refusés va bien et que celui qui a été suivi en hôpital de jour va moins bien. Quel réductionnisme, quelle caricature mais aussi quel manque de respect pour les professionnels qui font honnêtement leur travail, toutes institutions confondues. Finalement, c'est Mme Zilbovicius qui, à partir de son point de vue neuroscientifique, m'a semblé la plus tolérante. Elle n'affirme aucune vérité absolue contrairement à ce que le documentaire veut nous faire croire dans son introduction et reste très prudente quant à la causalité de l’autisme qui aujourd'hui semble toujours plurifactoriel. Elle a, à sa manière, participé à l’élaboration de mon costume de soignant.


sylvie       11       Parents/Proches   
le mur

Je suis passée par plusieurs stades en écoutant ces discours : bouche bée, outrée, révoltée, sidérée, en colère et j'en passe ! "Ces gens là sont des monstres complètement tarés", voilà ce que j'ai pensé en les écoutant et j'ai envoyé le lien à tous mes contacts, pour que de + en + de gens, en France, voient ce qui attend les (enfants) Autistes et leurs familles. Et ces gens là exercent et s' "occupent" de petits enfants autistes ? Pourtant, au vu de leurs discours, les malades mentaux, ce sont eux, à n'en pas douter ! Est-ce qu'ils se rendent seulement compte des énormités qu'ils sortent ? Mais ma parole, c'est à nos enfants autistes de leur remettre la tête à l'endroit !Franchement, je suis ultra soulagée que mon petit garçon n'ait pas croisé leur route ! Il est Autiste, il parle, il est devenu propre, on l'aime et il nous aime. On le lui montre et il nous le montre. Pas question de pénis, d'inceste, de rejet, ou d'étouffement dans notre relation. Juste de l'Amour... Et pourquoi ces pédopsy refusent-ils avec tant d'acharnement les méthodes dont l'efficacité est avérée? Ca leur fait donc peur à ce point, que les parents puissent enfin avoir le choix de la thérapie (TEACCH, ABA, PECS ou psychanalyse)pour leurs enfants ? Vraiment, merci pour ce documentaire édifiant !


KOXY       67       Autres   
le mur

Je suis choqué par le documentaire, et prend conscience du phénomène de société dénoncé par Sophie Robert dans l'interview du docu. Il est absolument inadmissible de laisser cette majorité écrasante de psychanalystes français considérer ainsi les autistes (et toutes personnes souffrant psychologiquement d'ailleurs) comme des êtres remplis de désirs, peurs et obsession sur la sexualité. Ces discours fracturés rabaissent la psychologie humaine à une simple équation de phallus et vagins. C'est inhumain et effrayant de voir ça, surtout quand on sait combien de personnes en France et ailleurs sont dépendants à la psychanalyse. Sophie Robert a raison dans son interview : le service psychanalyse actuelle est une secte, et ce n'est pas les 20 ans de doctorat précédant le fameux cabinet/divan qui vont arranger les choses. J'ai lu sur Rue89 que le documentaire a été attaqué en justice... Je souhaite bon courage à l'équipe.


Isabelle       91       Parents/Proches   
le mur

Quand je pense qu'en 2003, mon mari et moi avons payé chaque semaines pour entendre presque mot pour mot certaines des phrases entendues dans ce film... Nous avons perdu un temps précieux qui ne se rattrapera jamais...


Genev;       93       Autres   
le mur

j'ai écouté et regardé avec attention... et la démonstration est éloquente !.. merci pour cette mise à disposition de ce remarquable documentaire.


CATHERINE       06       Professionnel de santé   
le mur

je suis effarée par l'ebsemble des propos;ou 'non propos'?; tenus par les psychanalistes questionnés dans le documentaire. J'ai eu l'impression d'entendre des 'illuminés'd'un autre temps,qui pourraient appartenir à une secte...et,ce qui est le plus grave, me semble t-il, c'est que ces personnes semblent ignorer les progrès de la recherche, et continuent à enseigner de telles inepties.. Un immense Bravo au dr Monica Zibovicius pour la clarté de ses explications et son professionnalisme!


agnès       44       Parents/Proches   
le mur

Merci, Je viens de comprendre ce contre quoi je lutte en vain depuis des années. Je ne savais pas que j'étais déconsidérée à ce point en tant que mère. En même temps, c'est effrayant. Comment un tel obcurantisme peut-il coexister avec des avancées scientifiques. Je viens de comprendre pourquoi une neurologue m'a envoyée balader en me disant qu'elle ne pouvait rien pour moi et que ma seule solution était la psychiatrie. Je n'avais rien compris puisque je n'attendais rien de spécifique, j'étais là à la demande de mon généraliste. Mais maintenant je comprends. Ainsi que beaucoup de mes luttes inutiles, usantes, stressantes auprés de l'école et les psychiatres. Je voulais aider mon enfant et eux me considèrent comme sa principale ennemie. Tout s'éclaire. Mais pourquoi ces gens ne me disent pas en face que je suis coupable, dangereuse pour mon fils et que la seule solution est de m'éloigner. Je suis persuadée qu'ils ont tort. En tout cas, merci. Ce film est un vrai trésor d'information. Merci.


Marie       75       Professionnel de santé   
le mur

je cite ce collègue qui résume bien ma pensée(S75merci pour ce commentaire!!!) Ceux qui sont intéressés par ces sujets doivent échanger avec différents professionnels du soin psychique de différentes approches thérapeutiques, et non pas se contenter de résumés trop réducteurs et, pour reprendre M Danon-Boileau: être dans cette rencontre "sans mémoire ni désir", càd sans trop de préjugé. Pour finir et réagir aux commentaires faits à ce film, je citerai le politicien qui a dit: " Dans une guerre,la première victime, c'est la vérité. Bon courage à tous .


Anne       76       Parents/Proches   
le mur

Des mots: Effatant, effrayant, révoltant. je suis boulversée par ce que je viens de voir et d'entendre. Maman d'une enfant autiste Asperger, le développement de notre fille est fantastique. Elle a 16 ans aujourd'hui et est en seconde. mais il a fallu se battre contre les institutions (école, psy,)Notre fille est née à la bonne époque au moment où l'explication de l'autisme sortait du camp d'extermination des psychiatres...


CATHERINE       93       Autres   
le mur

La vision du rôle de la femme est très inquiétante encore une fois dans notre société française. Responsable de tout les maux, il faut la punir n'est-ce pas? Lui enlever ses enfants reste un sport national grâce à des pronostics bien pensés ...quand il y a maladie, divorce... MERCI pour ce travail d'investigation qui donne bien l'image d'une société qui pour tenir debout nous rappelle que les parents sont deux responsables, quand ça l'arrange! QUAND TIENDRONS-NOUS COMPTE DES AVANCÉES MONDIALES? LA QUESTION QUI SE POSE C'EST: POURQUOI NE LE FAISONS NOUS PAS? BRAVO AUX PARENTS FILMÉS LEURS ENFANTS SONT MERVEILLEUX


Isabelle       93       Parents/Proches   
le mur

Le Dr Monica Zilbovicius est une excellente pédagogue.Elle résume parfaitement les erreurs lourdes des psychiatres psychanalistes qui ont condamné nos enfants et argumente scientifiquement des symptômes que nous constatons.Je suis la maman d'une jeune fille autiste de 17 ans qui a été méchamment malmenée par les thèses psychiatriques, les décisions de la MDPH et le dénuement en matière d'accompagnement thérapeutique en France.Ma fille a un potentiel réel, toujours en attente d'émergence...


Pascal       33       Professionnel de santé   
le mur

Enfin, les barrières tombent! On dirait que la psychiatrie et la psychologie en France est soumise à un défaut d'ouverture qui relève du concept social. Toutes les professions hospitalières sont soumises à des démarches d'accréditation. Quand on visionne l'ensemble de ces extraits, on a l'impression d'un retard monstrueux de certains praticiens, enfermés dans une logique dépassée. Bravo à Mme Robert pour la qualité de ses reportages. Je pense qu'un travail similaire pourrait être fait sur d'autres pathologies relevant de la psychiatrie et de la psychologie. Bravo et merci.


Anne       29       Parents/Proches   
le mur

Je soutiens Sophie Robert dans la démarche qui a présidé à la réalisation du reportage "Le Mur", dressant un état des lieux très exhaustif des positions adoptées par la plupart des psychanalystes quant à la "prise en charge" de l'Autisme. Je peux constater, m'étant intéressée et formée aux spécificités que l'Autisme induit, en tant que parent pour apporter aide et soins à mon enfant qui en est porteur, et en tant que co-fondatrice de l'Association ASPERANSA, qui apporte soutien et conseils à des centaines de familles, que ces positions sont en décalage total avec les approches comportementalistes préconisées dans la majeur partie du Monde, et sont décriées par d'éminents Chercheurs, Neuropsychologues et généticiens dont les études depuis plus de 20 ans démontrent que les causes de l'Autisme ne sont pas dues à "une relation psychotique avec la mère", mais d'origine neurodéveloppementales, et génétiques. Leurs réactions d'effroi et de tristesse, au regard de l'absence de résultats en terme d'amélioration de qualité de vie et d'intégration épanouissante pour ces enfants, viennent corroborer le nécessaire changement qui doit s'opérer dans notre pays, ce que le reportage "Le Mur" démontre, en restituant sans les dénaturer les "concepts" qui prévalent chez les psychanalystes, dont le fondement est tout simplement faux en ce qui concerne l'Autisme. Ces procédés, et leur absence d'effet, maintiennent de ce fait les enfants dans un climat défavorable à leur évolution, et contraire ce dont ils ont besoin, à savoir une stimulation cognitive importante dans une relation duelle de qualité. Je salue le courage de la réalisatrice, qui a su garder son calme face à l'énormité des propos qu'elle a entendus venant de prétendus "soignants" qui détiennent hélas les postes clés dans un grand nombre d'institutions médicales en France, et j'invite tout un chacun à en découvrir la teneur pour sa propre information, et pour contribuer à une évolution de l'accueil de ces enfants, qui sont actuellement près de 600 000 en France.


laurence       51       Parents/Proches   
le mur

Juste une aberration de plus qui démontre la méconnaissance de l'autisme de la part de pseudo professionnels qui feraient bien d'aller soigner leurs névroses autrement qu'en prétendant savoir s'occuper de nos enfants. La mère mortifère, dépressive et incestueuse que je suis est bien heureuse de ne plus leur avoir permis de s'approcher de sa fille qui a évoluée et s'est épanouie grâce à la méthode TEACCH. Leurs propos et la prédominance de ces derniers en France sur des méthodes qui, elles font leurs preuves me révulsent. En tout état de cause, ces propos n'ont pas été dénaturés ni déformés ils sont absolument concordants à ce que je me suis entendue dire lors de notre parcours du combattant. Qu'au moins ils osent assumer leur archaïsme au grand jour! Quels sont leurs résultats à eux? Ils n'en ont pas bien sûr, puisqu'ils attendent que quelque chose se passe... Que les mères soient moins frustrées de ne pas avoir un pénis sans doute?! Quelle farce, ce serait drôle si ce n'était pas aussi dramatique Les laisser pratiquer et diriger les institutions qui pourraient accueillir nos enfants est une honte.


Isabelle       77       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, je suis maman de 2 enfants dont l'aîné est autiste. J'ai été horrifiée par les 3 premières parties du reportage, pourtant je savais déjà, et pour cause, à quoi m'en tenir ! J'apprécie vraiment les 2 parties "bonus" dans lesquelles je retrouve les problèmes rencontrés par mon fils et les les examens pratiqués récemment sur mon enfant, qui montrent une mauvaise irrigation du cerveau gauche et confirment des troubles neuro-visuels importants. Mon fils a un niveau verbal élevé mais effectivement ses problèmes de communication n'en sont pas moins cruels ! D'autre part, en tant que musicothérapeute je pratique auprès d'enfants autistes, au sein d'un groupe d'habiletés sociales, où nous travaillons les pré-requis aux interactions sociales. Chaque intervenant a ses propres supports de travail, moi c'est la musique et tous les éléments s'y rapportant, ainsi que les les méthodes PECS, TEACCH et ABA auxquelles nous sommes formés. Nous obtenons de bons résultats avec ces enfants qui sont partiellement scolarisés et ont aussi d'autres prises en charge.


Marie Christine       16       Professionnel de santé   
le mur

C'est triste que des psychiatres comme ceux que vous avez présentés aient encore le droit d'exercer. Il ne reste que la France, ilot de solitude face à l'autisme. C'est une honte pour votre pays. Et heureusement que la dsse de Necker relève le niveau. Je ne voudrais pas être autiste dans votre pays. Documentaire extra, car il nous montre l'absurde de votre système.


halima       33       Parents/Proches   
le mur

je suis choquée par les propos que tiennent les psychanalystes dans ce documentaire mais je suis ravie que la vérité éclate..il serait inacceptable que la France ne réagisse pas à ses théories qui ne servent rien et font souffrir les personnes autistes et leurs familles. Le Dr. Monica parle très bien des difficultés des autistes . Je suis maman d'une petite fille autiste et je sais combien le problème d'interaction social, de compréhension et d'expression sont important chez elle.Les progrès sont possible avec une vrais prise en charge éducatif et personnalisé.


Muci       75       Parents/Proches   
le mur

Bravo à l'intervention du Dr Monica Zilbovicius qui apporte enfin une partie des preuves scientifiques aux diagnostiques autistiques. Je trouve lamentable, condescendant, malsain... l'interprétation sexiste des premiers médecins psychiatres qui culpabilisent les mères de ces enfants atteints de ces troubles. Il faut rappeler que bien souvent les pères, eux, fuient leurs responsabilités dans l'éducation de ces enfants ! Quel psychiatre en parle ???


Marie       75       Professionnel de santé   
le mur

Que font les pouvoirs publics en France?? Notre système de santé est pourtant beaucoup plus doté que l'éducation.. Et notre pays( comparé par exemple aux US) prend en charge le handicap, la santé et la maladie mentale. Quelle que soit les méthodes (psy ou aba, X ou Y) Il n'y a pas assez de structures et c'est cette guerre là qu'il faut mener. Il faut , au delà du plan "autisme " à la gomme du ministère de la santé ( pour sa bonne conscience?) que les parents et les pro manifestenttous contre ce désert de prise en charge( surtout après 20ans) TOUS ENSEMBLE C'EST LA MEILLEURE FACON DE SE FAIRE ENTENDRE, Familles , professionnels,TOUS ensemble, C'est la meilleure façon de gagner... Qu'en pensez vous ??????????????


Lipedliro       47       Professionnel de santé   
le mur

C'est honteux, scandaleux, ignoble et inacceptable que des psychanalyste aussi arriérés et sectaires puissent dire à un public tout venant qui, faute de connaissances, croit leurs balivernes, toutes ces idioties monstrueuses. C'est inadmissible venant de psychologues d'être incapables de remettre en question des théories vieilles de plus d'un siècle pour intégrer à leur cadre théorique des PREUVES scientifiques sur une étiologie cérébrale de l'autisme. Vivement que tous ces "professionnels" soient à la retraite et cessent d'exercer auprès d'être humains!!!Et bravo messieurs dames pour la culpabilité que vous générez honteusement auprès des mères de ces enfants!!! Encore une fois la France est au ras des pâquerettes sur un sujet passionnant et source de temps de souffrance auprès de milliers de personnes!


Danielle       71       Autres   
le mur

Scandalisée par la culpabilité, très catholique d'ailleurs, qui écrase les mères qui ont des enfants autistes. J'entends le langage très souvent abscons et la limite des connaissances des psychanalystes. J'ai lu autrefois "Le petit prince cannibale" et plus récemment, mais je ne me souviens plus du titre, l'histoire de l'épanouissement d'un enfant autiste par la sculpture grâce à une éducatrice et contre l'establishment de l'éducation nationale Bravo et merci à l'équipe réalisatrice, au docteur Monica Zilbovicious, et surtout aux parents courageux.


Luc       60       Parents/Proches   
le mur

Je considère personnellement Freud comme un des plus grands arnaqueurs de l'histoire, mais en plus, les dégâts sur des enfants sont ici plus qu'évident en plus d'une culpabilisation de la mère, du père... Ce reportage me conforte très largement sur la considération que j'ai de Freud et sérieusement, ils sont vraiment tordus les psychanalystes, comme si le fait de torcher un môme avait une connotation sexuelle... du grand n'importe quoi! La médecine est sensée être une science, mais là... on est dans le dogme pur insultant les principes même de toute base scientifique, car rien qu'avec une observation stricte, on peut largement déduire que les causes de l'autisme n'ont rien à voir avec une prétendu mère ou père... du grand n'importe quoi! Pour ma part, je considère comme criminel que de confier son enfant à ce genre de personnage adepte de la psy comme on peut le voir et j'assume parfaitement mes propos. Heureusement que la dame à la fin, dans le bonus donne un peu d'espoir et une observation d'analyse cohérente avec une véritable approche scientifique. ça nous a bien faire rire ce reportage avec ces pédo psy de pacotille si on les évite car très dangereux pour nos enfants... extrêmement dangereux même, ils sont à éviter à tout prix! Je suis papa d'un enfant autiste et un autre neurotypique, notre méthodologie a été entre l'ABA et une méthode personnelle (l'ABA pur n'était pas satisfaisant), je passerai bien entendu les "détails" qu'on a eu avec certaines personnes (pas toute) du monde médical et de , enseignant et de l'académie. En fait, je m'attendais à des bêtises de la part des psychanalystes, mais à ce point, quand même pas, la chapelle sixteen de la bêtise est atteinte. Le pire dans tout cela, c'est qu'ils avouent eux même leur impuissance flagrante face à cette particularité qui est l'autisme (je ne considère pas l'autisme ni comme un handicap, ni une pathologie, mais une simple particularité) et se battent pourtant férocement contre toute nouvelle approche. Ils parlent de "sujet"... je ne sais pas, moi je dirai plutôt un enfant, un être humain.... Malgré les preuves apportées par la neurologie moderne, ils continuent, persévère dans la "responsabilité" parentale avec des thèses complétement délirantes. Ils s'embourbent eux même dans des contradictions (mère trop froide, trop chaude...) Leur suffisance n'a d'égale que leur incompétence en matière de compréhension de l'autisme. Je n'ai même pas pu trouver une once de bon sens dans leur propos, à chaque fois qu'ils ouvraient la bouche, c'était pour dire des sornettes qui appliquées, deviennent selon moi un acte criminel puisqu'il ruine complétement tout avenir pour nos enfants, un saccage ou massacre... Je peux même dire le mot sacrifice d'enfants. Je ne parlerai même pas de la misogynie ambiante issue de la psychanalyse freudienne ou à l'époque, la place de la femme était bien "déterminée" dans une société patriarcale (il existe des sociétés matriarcales au passage, ça leur donnerait du travail si ils venaient à découvrir ces sociétés ^^)avec une vision machiste et rétrograde. Ils vont jusqu'à ré interpréter à leur sauce le "placenta", qui techniquement n'est qu'un liquide nourricier dans une considération pseudo psy... un peu comme la réinterprétation de certains texte biblique, coranique ou de la torah par des pseudo scientifiques de pacotilles Ils sont vraiment dans le dogme, il ne peut y avoir aucune remise en question de leur part, leur cas est désespéré. Sous gouverne de pseudo thèses scientifiques très largement contestées et controversées, ils se la jouent "spécialistes" Maintenant, je pense que certains psychanalyste peuvent avoir une autre approche mais ils leur faut abandonner certaines théories fumeuses beaucoup plus proche d'un délire que de fait. S'occuper de l'enfant, c'est bien là le principal, et concernant les autistes, ben c'est beaucoup plus de boulot, faut pas se leurrer, mais dire des choses du genre "y'a plus rien à faire", si on écoute ça... ben finito. Donc oui, avec un enfant autiste, si il peut apprendre, ben, faut lui apprendre, c'est intense, le spectre d'apprentissage doit être étendu (apprendre à regarder les yeux, décryptage du panel émotif, le "vivre" également, apprendre la liaison bouche/parole, apprendre les codes sociaux, la psychomotricité souvent défaillante dans bien des domaines... etc... et ceci... ben en plus de l'apprentissage standard. Donc oui, bien plus dense, bien plus intense, c'est comme ça... et si on lâche l'affaire, et bien... finit, game over, direction hdJ et vlam, plus rien Et les premiers qui doivent aider, ben c'est nous, parents Ce qui nous a manqué, ce sont des méthodes, on a trouvé en tâtonnant, on y est arrivé, mais on a pas mal galéré quand même ^^ et ce n'est en rien la psychanalyse qui a pu aider en quoi que ce soit, c'est un fait absolu. Ce qui m'a aidé, c'est que je suis programmateur informatique et du coup, ben... j'ai pu voir ce dont avait besoin mon enfant dans une étude de son innée manquant donc lui apprendre ce dont il avait besoin.


liseron       75       Autres   
le mur

Il y a, face à ce reportage télé (et non documentaire) plusieurs choses à dire. D'abord, ce n'est en aucun cas un documentaire mais un reportage qui met en place un dispositif de prise d'images et de sons tout à fait orienté comme peuvent l'être les reportages type TF1, Arte, M6 que sais-je. La journaliste sait déjà la conclusion de son propos avant même d'avoir tourné les images. Et c'est ce qui m'effraie. Il n'y a là aucune ouverture aux découvertes qui peuvent exister lors du tournage. Et preuve en est le montage du film où la journaliste s'est jouée des caractéristiques physiques des personnes (oui, les psychanalystes sont des personnes)(les images récurrentes sur le sourire d'une des psychanalystes qui en devient un rictus, les gros plans sur celle qui cligne constamment des yeux...). D'ailleurs, les commentaires sont éloquents !! On lit dans presque tous les commentaires que ces gens sont des monstres, ces psychanalystes sont des fous, bons à être enfermés... Méfions-nous, s'il vous plaît des images qui nous sont présentées et gardons-nous surtout de réagir avec bêtise, méfions-nous de ce qui semble évident, mettons le en doute. Ce que je veux dire par là, est qu'à propos bas, les réactions sont basses. Effectivement, les propos tenus par les psychanalystes dans ce documentaire sont bas car ils sont tirés vers le bas par le dispositif de tournage et de montage. Nous faisons face à des CONCEPTS (la mère, le père, les sexes, la folie...). Ce que je déplore est qu'il n'y a à aucun moment une personne qui creuse ces concepts (et ce ne sera surtout pas la journaliste qui le fera, au risque de détourner le spectateur de là où elle veut le mener), elle ne dira d'ailleurs jamais ce qu'elle entend par folie (dans la première partie du documentaire, et la psychanalyste de lui dire de faire attention à ce qu'elle dit quand elle dit "folie"). Nécessairement, les réactions ici sont basses ("tous des fous") car jamais le spectateur n'est interrogé sur le fait de mener sa propre réflexion. En cela, ce reportage ne saurait être un documentaire. Ensuite, regardez-vous ! "Il faut les faire payer pour ce qu'ils ont fait !" Mais quelles réactions on ne peut plus archaïques...Sachez que je ne condamne pas la douleur de parents d'enfant autiste qui se battent tous les jours pour que l'identité de leur enfant soit une identité HUMAINE. Je souhaite juste évoquer que la réaction "condamnons-les et trainons-les en justice" est une réaction tintée par l'appât du gain (comme peuvent l'être bien évidemment certains psychanalystes). Le véritable problème est que les parents, dans n'importe quel cas (psychanalyse ou méthode comportementale) sont absolument seuls dans leur démarche, et qu'il y a un désengagement total de l’État. Il est trop facile de rendre responsable les psychanalystes du prix des dispositifs mis en place par les méthode PECS, ABA...Ce n'est en aucun cas parce qu'elles sont rares, qu'elles sont trop chers (évoqué par une toute petite phrase de la voix over). Tout comme il est trop facile de rendre responsable les parents des maux vécus par leur enfant. Je ne prends le partie de personne mais j'affirme que le travail présenté ici par cette "journaliste-réalisatrice..." est outrageant. Outrageant parce qu'on en vient, après vision de ce reportage, à vouloir condamner et pendre ces sorciers (!) psychanalystes (et sur la seule base des images et des sons) alors que la réflexion serait plutôt de se méfier des discours dogmatiques qu'ils soient psychanalytiques ou comportementaux. Ce reportage est cependant révélateur d'une tendance de la société : la volonté de résultat ! Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de cet enfant si je n'obtiens pas de résultat ?! Qu'est_ce que je fais, si je n'arrive pas à faire qu'il soit normal...Le "je" utilisé n'est pas le "je" des parents mais le "je" de la société qui tend à vouloir que ces enfants deviennent normaux ou n'existent pas. Je regrette que ce reportage ne se pose pas plus la question. Mais, ça n'a pas l'air d'être la motivation de l'auteur, de (se) poser des questions.


Jean Paulin       20       Parents/Proches   
le mur

En savoir un peu plus sur votre associatrion pour nous aider, mon épouse et moi, à comprendre ce que nous pouvons faire de mieux pour rendre Régis, notre enfant, plus autonome et plus apte à communiquer avec le monde extérieur.


Christian       31       Autres   
le mur

Doc très riche et très polémique. La démarche de la réalisatrice paraît tout à fait respectable, même si un parti-pris initial est évident. Nombre de citations énoncées, dans un autre contexte, seraient tout à fait assumées par leurs auteurs. Si la parole psychanalytique est vraie quant à l'autisme, pourquoi ne pas réaliser une enquête toute simple auprès des mères célibataires : la proportion d'enfants autistes devraient y être notablement plus élevée. Il existerait une base scientifique dépassant les accusations de dogmatisme.


Cecile       66       Autres   
le mur

Je ne suis ni parent ni proche d'autiste. Mais j'ai été fascinée par ce reportage. Je voudrais juste remercier Sophie Robert pour ce travail. Et par là-même, témoigner de toute ma sympathie aux familles d'autistes.


marcelle       75       Parents/Proches   
le mur

Dans ce documentaire, ce que disent les psychiatres est ce que l'on répète mintenant depuis presque un siècle. On est dans le dogme, à savoir : "c'est la faute de la mère". Depuis presque 100 ans ! Que fait on de ces décennies de recherche effectuées dans les pays anglo-saxons, des résultats et conclusions des neuro-sciences, conclusions époustoufflantes, riches et pleine d'espoir pour tous ceux qui souffrent, et pas seulement pour les autistes ?? Qu'en fait on en France ? Tous ces "professionnels" qui sont des professionnels de tout ce que l'on veut - mais sûrement pas de l'autisme ! - ont-ils lu les résultats de ces recherches ? On ne leur demande de chercher eux mêmes ! On leur demande de se documenter. Mais cela demande du travail, beaucoup de travail. Quelle importance pour tous ces professionnels ! Ils n'ont pas d'enfants autistes. En revanche tous les professionnels qui ont des enfants autistes et qui ont été dans l'obligation de chercher et de se documenter ont vu leurs théories, leurs convictions remises en question. Quand reconnaitra t-on le danger - je dis bien le danger - que ces psychiatres et psychologues font courir à nos enfants ? Danger parce que pour nous, parents, le temps est précieux. Les erreurs de diagnostics et les thérapies non adaptées troublent ses enfants fragiles. Tant que le Ministère de la santé ne reconnaitra pas l'urgence de former nos professionnels, nos enfants seront en danger. Pourquoi parce qu'un mauvais diagnostic établi par un "professionnel" incompétent mène nos enfants dans des hôpitaux psychiatriques si joliment nommés hôpitaux de jour dans lesquels les "spécialistes" attendent l'émergence du désir de l'enfant ...... Mme Morphée, mère d'un jeune adulte autiste.


marcelle       75       Parents/Proches   
le mur

Message pour M. Aldo : pourquoi avoir publié sous un pseudonyme un livre relatant le bienfait de certaines rééducations ? Si vous voulez aider les parents d'enfants autistes il faut que votre démarche soit cohérente.


Daniel       93       Autres   
le mur

Je suis directeur d'établissement de l'économie sociale; c'est un titre professionnel d'état pour les anciennement nommés CAT(centre d'apprentissage par le travail accueillant des personnes handicapés), centre de formation, d'hébergement, de réadaptation sociale ,les structures sociales, les systèmes mutualistes ou coopératifs. Je précise cela pour signifier que dans une approche institutionnelle qui se veut globalisante pour les sujets le plus en difficultés, on ne peut se référer à une seule discipline, car, dans ce cas, le risque d'être abusif est grand. Il faut avoir la maîtrise des concepts de base des disciplines telles que la sociologie, la psychologie, les thèses comportementalistes, l’anthropologie, les courants de pensés structuralistes , existentialistes...etc... pour pouvoir "spatialiser " sa pratique et surtout en comprendre les tenants et les aboutissants avec la conscience des effets réducteurs, des analogies d'approximation, des effets pervers de chaque méthode issue de ces disciplines. Il ne s'agit surtout pas de faire un syncrétisme, mais de savoir en tant que « garant d'un véritable parcours » à l'intérieur d'une institution, quelles sont les choses et les objectifs qui doivent se gérer dans un cadre plus intimiste, faisant référence à la psychologie, la psychanalyse (dans une démarche clinique), de celles qui doivent faire appel à des approches groupales, de celles qui sont de l'ordre d'un apprentissage, de celles qui sont de l'ordre de l'éducatif. Les intervenants sociaux doivent interpréter la mosaïque des besoins (et pour le faire correctement ils doivent être de bons généralistes) afin d'orienter vers les praticiens adéquats appelés sur une problématique spécifique (et pas sur la totalité du traitement du handicap). Le praticien pris hors sol, c'est-à-dire hors équipe pluridisciplinaire, ne peut qu'être abusif puisqu'il se réfère à une praxis qui se référencialise, pour se fiabiliser, dans celle de sa corporation : ce qui a pour conséquence que, s'il corrige les erreurs constatées par sa profession, il continu de véhiculer celles qui font l'objet d'un oubli, d'un escamotage pour des raisons de mode, de mandarinat, ou d'une incapacité de la profession à proposer mieux en l'état actuel de sa science (cela n'augure pas de la science des autres qui peuvent parfois offrir des alternatives plus fructueuses, mais pas toujours.). Ce qui est important pour les intervenants sociaux généralistes et directeurs de centre, c’est d’avoir la compétence et la capacité d’interpréter les études des chercheurs (toutes disciplines confondues) pour en déceler les domaines d’efficiences, les domaines de définition (là où elles peuvent s’appliquer et là ou en les extrapolant ce serait compromettre la validité de leurs résultats ) pour savoir orienter vers les praticiens adéquats , mandatés sur une problématique précisément diagnostiquée. Ces équipes généralistes constituent un point de référence, dont le but est de construire en pluridisplinarité un objet de connaissance élaboré autour de la personne accueillie.Cet objet doit permettre d’initier un parcours, une progression , des alternatives pour la personne accueillie. Toutefois, on ne peut pas être à la fois généraliste et praticien, et chercheur ; ce sont des domaines qui réclament chacun des approches et un temps d’acquisition des compétences incompatibles entre elles. Il faudrait trois vies et des postures antinomiques pour être à la fois généraliste et praticien, donc spécialiste. Demander à un psychologue de savoir interpréter une étude en sociologie est idiot (il peut s’y intéresser et avoir une culture dessus, mais pas plus). Donc être généraliste demande beaucoup de temps, pour être apte à comprendre les recherches des uns et des autres , une fois qu’elles sont finalisées ; mais il lui est absolument impossible, ni d’être praticien, ni d’intervenir dans une recherche en cours pour en dégager quelque chose, c’est une affaire de spécialiste ; tant que ce n’est pas finalisé, il n’a pas la compétence à y trier des informations et en tirer des enseignements. Le généraliste ne peut donc pas conduire une recherche ; même si beaucoup de diplômes sont passés en niveau I pour le prétendre….Et un spécialiste, ou un chercheur ne peut prétendre à savoir orienter…. Le problème de notre époque, c’est que dans une approche de rationalisation des coûts, on affaiblit les métiers et les frontières qui les séparent, en multipliant les diplômes pour en affaiblir le poids et la prise en compte salariale qui s’en suit. Tout équivaut à tout et, dans le handicap, cela amène des directeurs à se penser praticien, des équipes généralistes à n’avoir qu’une lecture monolithique parce qu’elle est commode ou reprend l’orientation des lieux impulsée par un directeur qui a une envergure insuffisante, non pas qu’il soit incompétent, mais d’une formation inadéquate même si prestigieuse ou exceptionnelle (approche verticale au lieu de faire montre de transversalité). Or face aux handicapés il est facile de sentir en capacité de…, en position de force, au point de se rêver dans un rôle usurpé. Au point de se sentir à la fois chercheur, praticien, et généraliste du social faisant ainsi tomber certains publics sous leur coupe….Le monde politique et le monde économique ont impulsé cette mode du spécialiste multi-tout, interchangeable, auto-adaptable et même généraliste, pour le plus grand bonheur de son autopromotion étalée dans des biographies affligeantes dignes de personnages qui auraient vécus 4 siècles !!!.Le monde du social doit résister à cette tentation et revenir sur l’axe des métiers et de leurs vocations premières spécifiques, même si cela suppose à moment donné que leur progression professionnelle ait un plafond. Ce que met en exergue ce film, c’est pour moi l’absence de directeurs (qui ne peuvent pas être médecin, ou spécialistes, ce n’est pas le même métier)et de professionnels généralistes au contact des personnes handicapés et des familles, type éducateur, assistantes sociales , etc…Ce qui me trouble c’est que le rôle du directeur finit par être parfaitement assumé par les familles , qui explorent, s’informent, défrichent, analyse les parcours et finissent par choisir certains interlocuteurs plutôt que d’autres, et tout cela au sein de la relation affective familiale . On aimerait que les directeurs fassent leur travail et que les familles puissent s’en décharger pour vivre pleinement leurs relations affectives comme les autres. Mais il faut noter que la prédominance de la psychologie(ou de la psychanalyse) est une volonté d’état, car elle est compatible avec tout système organisationnel fut-il pathogène, dans la mesure où elle ne s’intéresse qu’à l’individu et que ses conclusions ne sont valides que dans une approche clinique, individualisée donc. Le regard sur le système, le choix des acteurs, qui sont des approches institutionnelles, parfois sociologiques, parfois de management, est hors cadre pour elle et donc elle a l’énorme avantage de ne pas véhiculer de vision de la société, de critique, d’opposition ; au contraire, elle peut être instrumentalisée malgré elle et servir à tout cautionner….Il va devenir primordial en temps de crise de défendre le droits des bénéficiaires à l’éducatif conçu dans une pluridisciplinarité, et derrière de veiller à la préservation de la vocation spécifique de chaque métiers : les généralistes pour aborder la mosaïque des besoins, les praticiens pour répondre à des besoins spécifiques, les chercheurs pour faire avancer la connaissance et mettre à la dispositions des praticiens de nouvelles alternatives, et aux généralistes de nouvelles possibilités. Toute profession du social à qui on demande une vision du handicap et qui se plie à l’exercice en se pensant l’unique acteur plonge forcément dans l’abusif puisque « son » public ne lui appartient pas, pas même ce qu’elle va être amenée à penser de sa pratique, c’est une affaire de croisement , de brassage, d’opposition, entre diverses disciplines et intervenants et le possible qui peut en ressortir en l’état actuel des connaissances. Sachant que le possible n’est lui non plus malheureusement jamais atteint. A la décharge des psychanalystes interviewés , ils se sont pliés à un exercice perdu d’avance en se pensant les seuls dépositaires de ce qu’il faut faire pour les enfants autistes, alors qu’ils ne sont normalement (tel que cela est enseigné dans les écoles de directeurs) pris par les professionnels du social que comme des intervenants ponctuels, parmi d’autres. A charge , je dirais qu’à aucun moment n’apparait dans leur interview la conscience de faire partie d’un dispositif et que cela pose question. NB/ votre reportage est très intéressant et précieux pour l'analyse des pratiques


Monique       87       Parents/Proches   
le mur

C'est une libération pour tous les parents torturés par la culpabilité infligée par des charlatans qui ont eux mêmes de terribles souffrances à évacuer, ils trouvent là des proies faciles d'une part chez ces enfants véritables éponges et parents anéantis par l'incompréhension de cette foudre qui les frappe. Il y a 20 ans que je témoigne, notamment auprès de la MDPH 87 sur invitation, et par écrit. Ce département ne voit ds ce cas là que par la psychiatrie pour cause et n'a pas la volonté d'évoluer car dirigé par une psychanaliste comme vous en avez rencontré ; merci infiniment, moi je témoignerai jusqu'à ma mort sachant comme on me le répète que ça ne servira que pour les générations futures mais ça vaut le coup. encore merci, et je suis prête à vous fournir mes écrits.


Vincent       59       Professionnel de santé   
le mur

Les trois premières parties sont navrantes dans le sens que les psychanalystes sont trop sur de ce qu'ils avancent. Les bonus terminent sur une positivité rassurante. Ne restons pas trop convaincu de nos certitudes. En tant que professionnel, il faut savoir douter!


SANDY       59       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, Je suis maman d'un petit garçon de 7 ans autiste et je suis scandalisée par tout ce qui a pu être dit dans ce reportage. Je ne comprends pas que l'on puisse laisser la psychanalyse décider de ce qui est bon pour les autistes alors que le monde entier a reconnu que l'origine est neurologique. J'ai honte que mon pays cautionne cette vision des choses, je me sens salie par les ignominies dites par soi disant des profesionnels. Mon fils que l'on avait dit psychotique à 3 ans était autiste. Fort heureusement pour lui, j'ai tout de suite rejeté le discours qui m'a été servi et j'ai demandé à ce qu'il soit diagnostiqué dans un service spécialisé. Il a la chance de pouvoir suivre la méthode ABA et PECS qui lui ont permis de parler et d'acquérir une très large autonomie (propreté aussi).Il est scolarisé en CLIS TED et il a de bons résultats. Tout à l'image de cette jolie famille dans le documentaire j'ai décidé de me battre et de suivre mon instinct de maman car j'aime mon fils et je voulais qu'il ait un avenir le plus normal possible. Je ne suis donc ni froide, je n'ai pas non plus eu de dépression ni pendant ou après ma grossesse. Que de vies détruites par ces quelques personnes qui s'autorisent à penser et à dire haut et fort qu'elles détiennent la vérité sur ce qu'est l'autisme et surtout son origine quand je connais les travaux qui peuvent être produits dans la communauté internationale. Si je peux aider à faire en sorte que leur demande soit déboutée le 15/11 prochain au TGI de Lille ce serait avec un énorme plaisir. J'habite à 5km de Lille. Je participerai également à la manifestation le 8/12. Je vous remercie pour le travail qui a été fait et le courage de jeter un pavée dans cette marre car j'imagine les pressions dont vous allez être victime mais sachez que de l'autre côté il y a au moins 600 000 personnes autistes et toute leur famille qui vous soutient même si malheureusemenrt nous n'avons pas les mêmes moyens pour pouvoir nous exprimer. Merci encore et bon courage pour la suite. Mme Mouh


Claude       32       Parents/Proches   
le mur

bravo pour ce documentaire qui montre que les psychanalystes sont autant dans leurs "bulles" que les enfants autistes!!!! et je préfère avoir un enfant autiste qu'un psychanalyste dans mon entourage familial. Quelle bande de cinglés quand même


Véronique       38       Parents/Proches   
le mur

Le pavé lancé par S. Robert dans le marécage de la psychanalyse est porteur d'espoir pour nous tous, parents, humiliés, maltraités par des psy arrogants et sûrs d'eux. Certains professionnels de santé réagissent ici et sont scandalisés par les coupes et le montage ? Mais l'important n'est pas là, en fait. L'important, c'est que le discours psychanalytique a déteint sur l'ensemble de la société française. Beaucoup (pas tous, bien sûr, mais beaucoup !) d'enseignants, de médecins scolaires, de psychologues scolaires persistent, par exemple, à penser que si tel enfant est "hyperactif" ou "dans la lune", c'est parce que sa mère est sûrement trop laxiste avec lui (ou trop autoritaire, ou famille monoparentale ou ou…). Au lieu de s'interroger sur une éventuelle pathologie. Et c'est ainsi que l'on propose des prises en charge d'approche psychanalytique, sans regarder vraiment les symptômes, qui pourraient pourtant permettre de faire une vraie évaluation du problème de l'enfant. Le reportage parle d'autisme, mais cela est vrai aussi pour l'hyperactivité, la dyslexie, la dyspraxie, voire même la précocité intellectuelle. Mon fils est atteint du syndrome d'Asperger, il a un trouble associé (trouble de l'attention majeur) et un QI élevé (> 130). Je ne peux pas détailler ici l'ensemble des démarches entreprises dès l'âge de 4 ans pour tenter de comprendre en quoi il était différent. Je suis tombée sur une bonne douzaine de "spécialistes" toujours prêts à trouver des explications psy assez fumeuses. Aucun ne m'a aidée, aucun ne m'a parlé de l'existence du TDA/H (trouble de déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité), aucun n'a envisagé la précocité… le syndrome d'Asperger, je n'en parle même pas ! Tous m'ont culpabilisée et fait douter jusqu'à en être désespérée, de mes "compétences" de mère. Au final, c'est moi qui ai pensé à la précocité intellectuelle, au TDA/H et finalement au syndrome d'Asperger, en faisant comme des dizaines de milliers de parents : en furetant sur internet, en dialoguant sur les forums d'associations, en lisant tous les livres disponibles... Alors, que certains des professionnels de santé qui s'expriment ici soient choqués par la présentation caricaturale de la psychanalyse, quelque part, nous, les parents, on s'en fout complètement. L'important, c'est que les mentalités commencent enfin ENFIN à évoluer. Qu'on ne nous dise plus : "votre fils ne vous répond pas, vous devez lui répéter 20 fois la même chose ? Madame, c'est sans doute parce qu'il ne veut pas entendre !!!" au lieu de proposer une démarche pragmatique : primo, on vérifie son ouïe chez un ORL pour vérifier s'il ne fait pas d'otites céreuses (je connais un enfant, un psy avait pensé qu'il était dysphasique, un autre a parlé d'autisme... Il était en réalité "seulement", je mets bien sûr d'énormes guillemets à "seulement" quasi totalement sourd...). Deuxio, on vérifie s'il n'a pas un déficit d'attention et / ou un trouble du spectre autistique. Et puis tertio et tertio seulement, s'il n'a rien de tout cela, alors, on se demande si oui, peut-être, il ne s'agit pas d'un problème d'éducation nécessitant que l'on aide les parents ou l'enfant par une psychothérapie adaptée à son cas. Alors qu'en France, c'est tout l'inverse. On explique TOUT par l'éducation, un problème interne à la famille, que sais-je et RIEN grâce à une approche fondée sur l'étude de critères diagnostiques, comme par exemple ceux posés par Tony Attwood, qui m'ont permis, en 10 minutes, de voir que mon fils était vraisemblablement atteint du syndrome d'Asperger, ce qui m' été confirmé par le CRA dans les 18 mois qui ont suivi (oui, 18 mois de délai. Les CRA sont tellement débordés qu'ils prennent en priorité les enfants les plus petits. Mon fils, malheureusement, a déjà 12 ans donc son cas n'est hélas plus considéré comme urgent. Ce n'est pas une critique contre les CRA qui font un travail remarquable, c'est juste un constat). Je connais une maman dont le fils est Asperger, le médecin scolaire a dit à cette maman au téléphone que l'autisme, ça n'existe pas, qu'elle est certainement très laxiste et que c'est pour cela que son fils a des problèmes de comportement. On n'est pas, ici dans le discours théorique des psys interviewés dans le reportage, on est dans la vie quotidienne, dans le concret, dans ce que des parents entendent et vivent tous les jours. C'est insupportable, nous, les parents, on ne supporte tout simplement plus ces surinterprétations permanentes qui font passer à côté de problèmes de santé sérieux. Alors bravo à Sophie Robert, bravo et merci, du fond du coeur. Ca va, espérons-le, secouer le cocotier et faire tomber les psychanalystes de leur piédestal. En 2004, Douste-Blazy enterrait sans tambour ni trompette le rapport de l'Inserm sur l'évaluation de différentes thérapies, rapport qui montrait déjà la totale inefficacité de la psychanalyse. Il l'a fait pour ne pas déplaire au parterre de psychanalystes outrés par ce rapport. Les psychanalystes ont obtenu un immense sursis, long de 7 années. Arriveront-ils à faire de même en 2011 avec "Le Mur" et à étouffer l'affaire ? Nous, les parents, nous ferons tout pour que ce ne soit pas le cas. Les mamans crocodiles montrent leurs dents, soutenues par les papas stylo bic. J'espère que ça va faire beaucoup de bruit et pas seulement sur internet.


Hélène       38       Professionnel de santé   
le mur

Je trouve dommage que vous ayez à ce point eu besoin de ridiculiser les positions psychanalytiques ; les propos, parfois dogmatiques bien sur, sont aussi à prendre perpétuellement au second degré (je les utilise dans leur fonction métaphorique) et non pas comme vous le faites dans un sens littéral et commun. J'approuve entièrement la nécessaire ouverture aux approches neurologiques et aux importantes découvertes faites. Dommage de s'ériger contre un mode d'accompagnement qui pourrait au contraire se conjuguer et s'allier car hélas les pathologies autistiques ne protègent pas des autres souffrances psychiques et les familles comme les professionnels peuvent selon leurs sensibilités trouver de la ressource dans les deux approches.


jean-marc       h7       Parents/Proches   
le mur

Incroyable! Inimaginable! Comment des personnes aussi intelligentes puissent penser des choses comme ça!!! C'est eux qui me semblent avoir besoin de soin pour revenir à la réalité. Nous connaissons même une mère qui a eu des jumeaux dont la fille est neurotypique et le garçon est TED (troubles envahissant du développement)alors la mère serait bonne pour sa fille mais pas pour son garçon? Il ne faut vraiment mais vraiment pas connaître le quotidien de famille avec enfants autistes pour oser avancer ses conneries.


Coline       75       Autres   
le mur

Monsieur Naouri, La charge de la preuve pèse sur celui qui se prévaut d'un fait. Voilà des décennies que les psychanalystes assènent sans démontrer, eh bien, il est grand temps que cela cesse. Vos divagations publiées dernièrement dans un hebdomadaire bien connu montrent, s'il en était besoin, que votre pseudo-science participe activement de la maltraitance dont sont victimes les autistes et, d'une manière plus générale, les femmes confrontées à des troubles mentaux aussi bien que celles qui n'en ont pas mais ont le malheur d'être des mères. Vous parlez de "tyrannie des mères", mais de quelle autorité? Vos propos sont si émotifs, si inconsistants, si flous et si irrationnels qu'ils ressemnlent à ceux d'une femme telle que perçue par la vulgate psychanalytique. Laissez les personnes rationnelles et humanistes se débrouiller sans vous. Nous n'avons vraiment pas besoin de vos moulins à prières de bonne femme.


Marie       75       Professionnel de santé   
le mur

merci à tous mes collègues praticiens de m'aider à expliquer pourquoi et comment les méthodes comportementales rassurent tellement les parents (au point qu'ils rejettent en bloc toutes les autres approches de soin ...).................


Marc       35       Parents/Proches   
le mur

Ce film est une véritable oeuvre de salubrité publique. Finalement, il n'y a rien de mieux pour lutter contre une certaine vision de l'autisme que de laisser parler ses promoteurs. J'ai cru comprendre qu'il y avait des actions en justice de tentées contre ce film. Vous pouvez assrer Sylvie Robert de mon soutien, et j'imagine de celui de tous les parents d'enfants autistes. Bien cordialement, Marco


Catherine       44       Parents/Proches   
le mur

Maman de François, 21 ans, diagnostiqué à deux ans 1/2 par un psychiatre comme "psychotique avec des signes autistiques", je reconnais bien les réactions des professionnels de la psychiatrie interrogés. François a fait 1 ans 1/2 d'école maternelle avant d'être intégré dans un "centre de jour" suivi par des psychiatres, l'un d'eux nous a fait ce qu'on appelle la pyramide des âges, qui consiste à demander aux parents, en partant de l'enfant, de remonter le plus loin possible dans leurs souvenirs. François avait trois ou quatre ans, aujourd'hui encore je ne sais pas à quoi cette pyramide des âges a bien pu servir. François est parti ensuite en IME et aujourd'hui il vient d'intégrer un foyer pour adulte handicapé. La séparation est difficile, la culpabilité toujours présente. François semble heureux, il communique mieux aujourd'hui, mais il n'a pas pu acquérir les apprentissages de la lecture, de l'écriture... Merci pour ce reportage, et pour le bonus à la fin qui donne un peu d'espoir, et explique parfaitement les syndromes de l'autisme, et des "troubles envahissant du développement".


Valérie       55       Parents/Proches   
le mur

Je ne peux m'empêcher de réagir à ce documentaire car, étant maman d'une petite fille atteinte d'autisme et travaillant pour un centre de soins pédopsychiatriques pour enfants autistes et psychotiques en Belgique (dont le programme thérapeutique est évidemment basé sur la psychanalyse), il me parait important de partagé mon avis avec les autres parents. Tout d'abord, je tiens à dire que je regrette la stigmatisation faite de la psychanalyse par cette réalisation... des interventions non représentatives, dépassées voire caricaturales, l'arrêt-image sur le sourire inquiétant de Madame Bogopolsky, l'histoire du crocodile et " alors là, on s'inquiète",... Effectivement, on remonte le temps de 40 années car il s'agit uniquement de l'intention de la production. Je ne peux que comprendre les réactions des parents indignés de ce qu'ils viennent de saisir du reportage. Des termes comme inceste maternel, mère suffisamment bonne,... choquants je vous l'accorde mais ces notions, aux noms plus que douteux pour un public non-averti, ne sont pas pour autant délirantes malgré que, présentées partiellement comme ici, elles en ont l'air. De plus, le vocabulaire psychanalytique est à entendre avec une certaine distance et est chargé de sens nuançant, si je puis le dire ainsi, l'interprétation que nous en faisons dans l'usage courant. En tant que maman, vous pensez bien que ma présence dans le monde de la prise en charge pédopsychiatrique d'enfants autistes n'a été possible que parce qu'il ne s'agit pas de ce qui est présenté par l'émission. J'ai rencontré un monde très respectueux des parents et de leurs difficultés, bien veillant, instituant la prise en charge multidisciplinaire, intégrant les méthodes comme TEACCH, PECS dans leur prise ne charge quand elles sont nécessaires, œuvrant pour la réinsertion scolaire, familial et ne prétendant pas à une vérité sur l'origine de l'autisme. Bien évidemment, il y a des thérapeutes très honorables et ceux qui ont eu leur diplôme dans une pochette surprise et qui peuvent faire des dégâts, c'est pourquoi il faut garder un certain discernement par rapport à toutes les approches de l'autisme quelle qu'elle soit.


France       J6       Autres   
le mur

Au début du documentaire je me suis dis que vous ne méritier pas le nom de Sans frontière,réservé habituellement au x organismes internationnales bénéfiques pour notre humanité. Avec le reportage de la Docteur Monica Zilbovicious, J,ai compris que le message était justement de désaprouver les commentaires et avis des psychanalistes présent dans votre reportage. Je voudrais dire merci à la famille qui a participé a votre reportage. Pour moi les Français sont nos "cousins" et on m'a enseigner d'eux qu'ils ont beaucoup de courage. Le début du vidéo m'a déprimé au plus au point.Moi qui fut prête a avoir un bébé autant psychologiquement que financièrement.en plus son frère est neurotypique.Dans le fond ça m'a enragé,j'ai trouver l'opinion des psychanalisted tellement stupide,en plus mon fils a été diagnostiquer par un des grand spécialiste de l'autisme travaillant au Québec mais je crois provenant de chez-vous et on a eu tellement de belles explication et un bon soutien de lui et son équipe.Mon fils est maintenant en appartement ,il est bénévole pour la Croix-Rouge (il développe ses relations de travail),Il est même aller au c.e.g.e.p.Ici aussi c'est pas encore la perfection mais je ne verrais pas un spécialiste parler comme ceux qu'on a entendu dans le vidéo sauf Mme Docteur Monica Zilbovicious. Lâcher pas les cousins,on pense a vous et on vous souhaite le changement. Maman France (Québec) Canada


sylvie       38       Parents/Proches   
le mur

Maman d'un garçon de 15 ans avec syndrôme d'Asperger, je suis choquée par ce que j'ai entendu dans ce documentaire! Comme le dit une autre internaute, "heureusement que nous n'avons pas croisé leur chemin". Il est en effet révoltant d'entendre ces aberrations et de voir que face à cette méconnaissance et ce manque de professionnalisme, les autorités ne réagissent pas! C'est vrai j'avais oublié que l'autisme coûte à la société et que nous sommes en tant de crise et donc il ne faut surtout pas "dépenser"! Par ailleurs, le manque de formation de nos psychiatres et pédiatres est également ahurissant : nous avons consulté la 1ère fois pour notre fils qd il avait 9 mois!!! Nous avons rencontré bcp de spécialistes dans plusieurs régions, nous avons entendus bcp de conneries, même de la part de très grands spécialistes (tel que M. Ruffo !! Et oui) ... mais fort heureusement nous avons tjrs conservé notre "sens critique" de parent. Aujourd'hui notre fils est en classe de 2nde avec qqs difficultés scolaires étant donné un diagnostic tardif et des équipes pédagogiques pas tjrs à l'écoute : il a des grandes capacités mais son stress est très important ce qui le pénalise par ex lors des évaluations. Nous nous battons au quotidien et ce dans une entente parfaite de couple et de parent, et nous sommes convaincus que notre accompagnement le ménera loin. Mais "le mur" des préjugés est difficile à franchir!


Catherine       75       Autres   
le mur

Pour ridiculiser une profession, on peut toujours trouver des cas d'incompétents comme cette femme de Lille. On peut aussi citer les gens hors contexte, les piéger. La psychanalyse n'est pas dieu merci réductible à quelques sujets jargonnants - même si malheureusement leur pratique caricaturale peut avoir des effets néfastes.


eujdyrgok       42       Professionnel de santé   
le mur

tD7EGt zpbglhefowhg, [url=http://iiejtfnuqyqs.com/]iiejtfnuqyqs[/url], [link=http://pdyktplykxky.com/]pdyktplykxky[/link], http://tythaajwmucg.com/


HASSAN       31       Professionnel de santé   
le mur

je suis technicien superieur de santé; je travail dans un centre andicapé moteur;j'aimerai bien entrée en contact avec vous par des documentations et des revues sur l'hotisme mon adresse est ; 87 rue larbi ben m'hidi residence leclerc;oran;algerie;31000


philippe       29       Professionnel de santé   
le mur

Bonjour, et merci pour cette étude bien instructive Je n'ai pas "accès" à la seconde partie du bonus, et peut on se "procurer" ce documentaire pour le diffuser autour de soi et auprès des familles et professionnels intéresses ? Encore merci et félicitation pour cette heureuse initiative Tous mes encouragements Cordialement Philippe Meziere Blorimon 29350 Moelan


Maryline       35       Professionnel de santé   
le mur

L'exposé du Dc Monica Zilbovicius est trés intéressant. Elle nous dit que les causes de l'autisme ne sont pas identifiées. Que des anomalies génétiques trés variables peuvent être retrouvées (ou non). Il s'agirait d'une vulnérabilité de facteurs génétiques variables impliquant le développement synaptique qui se construit comme elle le précise dans une intrication avec les expériences et au travers des interactions avec l'environnement trés précocément et tout au long de la vie. Seul le tableau est similaire dans le registre de la communication, de la relation... la personne autiste ne lit pas les expressions, fuit le regard, ne subjective ni l'autre ni lui-même (dans une autre langue il est dit qu'il ne développe pas de "théorie de l'esprit"). Le test de l'analyse ou non de l'orientation du regard pour déterminer l'objet élu par le bonhomme est trés instructif si on veut bien ne pas en avoir une analyse réductrice. Le Dc Monica Zilbovicius nous explique que cette anomalie relative au "spectre autistique" est présente trés tôt et au fil du développement peut affecter des zones cérébrales de plus en plus larges. Le fait de constater à l'IRM, à la mesure des flux sanguins... ces anomalies fonctionnelles ou structurales ne dit rien de leurs causes et surtout de leur possible réversibilité au moins partielle par des abords éducatifs et thérapeutiques. L'auteur des interviews interroge bien elle-même quant à la séparation du psychisme et du biologique, où se loge-t-il?


isabel       92       Parents/Proches   
le mur

Compté sur moi pour toute sorte d'appui, de temoignage. J' ai fait le parcours de tous les parents pendant 20 ans et subi toutes les absurdités des psyquiatres incompetants payés a grands frais par la secu - nous sommes bien d accord c'est un des plus grands scandales de la santé publique de tous les temps; mon fils a finalement echapé a la betise et est pris en charge avec les methodes qu'il faut et il progresse a vue d oeil! bravo sophie pour votre courage je vous suis profondememnt connaissante de votre recherche de verité


Ferdinand       18       Autres   
le mur

Je suis très surpris de constater cette avancée réalisée par les différents spécialistes au sujet de l'autisme. C'est un mal que j'ai découvert en foyer occupationnel (adultes) et me pousse à des interrogations. votre documentaire m'a aidé énormément. Si tous ces efforts se poursuivent, il n'y a pas de doute que psychanalystes, psychiatres, psychologues de la modification du comportement et neuroscientifiques tomberont sur des explications qui amélioreront le travail d'accompagnement de l'aide médico-psychologique.


hugo       93       Autres   
le mur

En tant que réalisateur et rescapé de l'autisme, je tiens à clamer haut et fort le soutien inconditionnel et total que j'apporte à la démarche courageuse de Sophie Robert, réalisatrice de ce film. Certains psychiatres interviewés, ne supportant pas d'être mis en face de leurs bêtise ont décidé de porter l'affaire devant les tribunaux. La justice étant désormais saisie de cette affaire, j'espère que celle ci remplira la fonction qui constitue le sens même de son existence : lever le voile sur la vérité. Lever le voile sur une vérité, triste et effrayante à entendre, c'est précisément ce que fait ce documentaire sur l'état d'esprit dévastateur et inefficace du milieu psychiatrique français concernant le traitement et les solutions proposés aux enfants autistes. Messieurs les psychiatres censeurs, j'ai bien failli, il y a 20 ans de cela, tomber dans le gouffre abyssal de votre incompétence désastreuse et morbide. Messieurs les psychiatres censeurs, je dis que votre soi disant savoir n'est drapé que d'ignorance et d'obscurantisme. Messieurs les psychiatres censeurs, j'affirme que vos méthodes éculés et dépourvues de sens sont nuisibles pour les autistes. Messieurs les psychiatres censeurs, les autistes et le 21ème siècle n'ont pas besoin de vous. Votre temps est révolu. Messieurs les psychiatres censeurs, tremblez, car le combat pour le progrès est en marche.


Jean       12       Autres   
le mur

Excellent documentaire de salut public ! Les psychanalystes se ridiculisent totalement et énoncent des énormités obscènes pour la Raison. Une imposture intégrale que leur discours !!!J'ai été soulagé de voir et d'entendre Docteur Monica Zilbovicious, Psychiatre, Directeur de recherche à l'INSERM. Et l'on comprend qu'après le Livre noir de la Psychanalyse de Michel Onfray, les "psychanalystes" défendent leur dernier bout de gras qui leur reste bec et ongles. C'est un scandale que de leur permettre d'accepter des "patients" autistes. La secte de la psychanalyse n'aura jamais aussi bien été dénoncée que par le premier documentaire. Hi ! HI. Bravo à ses auteurs !!!


maud       69       Parents/Proches   
le mur

La psychiatrie est proche du charlatanisme! comment peut on dire que l'on peut simplement attendre d'un enfant atteint d'autisme de faire une bulle de savon. J'ai une petite fille de 4 ans atteinte d'autisme et elle est à l'école maternelle avec un AVS formé par nos soins. Elle évolue doucement mais surement. Si nous parents nous nous élevions contre ces trois psychiatres qui désirent faire interdire la diffusion de ce film peut etre commenceraient ils à reculer... c'est aujourd'hui à nous parents de nous prendre en main et de les faire taire. Les parents sont traités de fous lorsqu'ils réussissent à avoir des résultats... pour ma part j'ai décidé de ne plus les voir et depuis... ma fille progresse alors où est la vérité....


Jean       75       Autres   
le mur

Ce qui est édifiant, c'est vôtre traitement de l'information. Il y a beaucoup de chose à dire, en voici quelques unes. Concernant la réalisation, il y a un parti pris d'emblée, qui visiblement n'est pas présenté aux personnes interviewé. On a différentes personnes interviewé durant près de 35 minutes, pour une spécialiste qui elle a tous le temps de développé son discours. Les questions sont écrites dans ce deuxième temps, elles ne le sont pas dans le premier. La lecture faite par Sophie Robert de Lacan et Freud reste de surface, et tente de démontrer que c'est la mère qui est visé, responsable. Elle y arrive quelque part, puisque l'ensemble du montage vise a vérifié un apriori, sans que la question soit clairement posé dans les interviews précédentes. On notera par ailleurs des découpages incessants dans toutes les interviews, alors que la spécialiste qui apparaît à la fin bénéficie d'une fluidité de l'image saisissante. Si une place est donné aux parents, elle n'est donné qu'a deux familles, visiblement bien choisi. Le travail journalistique ou documentaire ne prend pas en compte la parole d'autres parents, ou en tout cas n'a pas cherché a offrir un contre-point. Quant aux autistes, à part des questions sur leurs intégrations, leurs normalités, ils ne pourront dire rien d'autre qu'ils aiment les maths. Dans ce documentaire, ils n'ont pas de place de sujet, alors qu'il existe une littérature foisonnante dont ils sont les auteurs (Templin, Tustin, Tamet, D. Williams) et que nombre d'entre eux auraient pu témoigner. De plus, mise à part le bon développement des enfants, leurs bonnes intégrations, leurs bons résultats à l'école, le fait qu'ils n'embêtent personnes, qu'en est-il de leurs positions subjectives, de la manière bien à eux de se dépatouiller avec le monde, avec les autres? Ce documentaire n'en a que faire, et élimine la question de savoir comment eux ils s'en sortent avec tout ça. Enfin, on voit bien que l'enjeu est de dire aux parents, avec la biologie et donc le discours scientifique, qu'ils ne sont en rien responsable de tout ça. Moi, qui ne suit pas un grand lecteur de Lacan, j'ai pu trouvé, dans ces écrits, qu'avant toute chose, pour ces enfants, qu'ils soient psychotiques, autistes, pervers ou névrosés qu'il s'agit "d'une insondable décision de l'être". C'est un choix en tant que sujet - insondable - qui ne donne pas ces raisons, mais qui est bien réel. Si la mère peux, et je dis bien peux avoir quelque chose a voir avec cela, en est-elle tout à fait responsable pour autant? Et pour autant qu'elle le soit, il n'y a que la naïveté qui peut faire encore croire que tous les pères et toutes les mères ne veulent que le bien de leurs enfants. Comme disait l'autre, l'enfer est un chemin pavé de bonnes intentions...


Nina       75       Professionnel de santé   
le mur

Très bon documentaire. je partage l'indignation des parents face à des "professionnels" qui tout d'abord manquent totalement d'empathie à l'égard des enfants et des parents! Il est clair que ces personnes ne se tiennent pas informés des recherches récentes et les nouvelles possibilités d'aider les enfants porteurs d'un TED (merci à Mme Zibovicius pour son éclairage),de l'intrication de facteurs génétiques, neurobiologiques et biochimiques dans l'autisme, d'autres qui parlent des complications médicales à la naissance ou les effets néfastes de certains vaccins etc. La psychanalyse comme méthode est tous simplement inadaptée dans ce cas. Il est grand temps d'arrêter de culpabiliser et d'humilier les parents,de faire vivre aux enfants des thérapies interminables et inefficaces, de savoir reconnaitre (quand c'est le cas) son manque de connaissances et de continuer à se former,si l'on veut travailler auprès d'enfants autistes par exemple, ou adresser simplement les familles à de collègues compétents dans le domaine! Nina, psychologue


Christine       G0       Autres   
le mur

Votre exposé est très intéressant, et bravo pour ces résultats de recherche et vulgarisation. Je vous encourage fortement à continuer et sensibiliser la population sur ce sujet.


Nathalie       J4       Autres   
le mur

Bonjour, Je me permets de commenter au sujet du documentaire Le Mur-la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme. http://www.autistessansfrontieres.com/lemur-site-officiel.php Avant de dire quoi que ce soit, j'aimerais souligner que je suis agacée et choquée autant par les propos d’un des psychanalystes interrogés dans ce documentaire que par la démarche de la réalisatrice du film et par la manière, certainement pas pédagogique, que ce supposé « documentaire » est présenté sur plusieurs sites web. J’aimerais préciser également que mes propos sont à prendre pour ce qu’ils sont : ceux provenant d’une personne tout à fait ordinaire, qui ne connait ni la psychanalyse, ni l’autisme. Prétendre connaitre un ou l’autre, peu de personnes le peuvent. En effet, l’autisme est un trouble d’une grande complexité. Quant à la psychanalyse, peu de gens peuvent vraiment prétendre comprendre ce que c’est réellement, autant dans la manière qu’elle est pratiquée en général que dans ses théories. Les propos méprisants de Jacqueline Scheffer à l’endroit des victimes d’inceste paternel Tout d’abord, j’aimerais communiquer mon profond dégoût lorsque j’ai entendu les propos de la psychanalyste Jacqueline Scheffer. Voici ce qu’elle dit, et qu’on peut entendre dans le documentaire : « l’inceste paternel ça fait pas tellement de dégât, ça rend la fille un peu débile ,mais l’inceste maternel ça fait de la psychose, c'est-à-dire des f.. c’est la folie. IL peut pas y avoir d’inceste maternel d’un garçon avec sa mère sans qu’il y ait un énorme trouble mental. C’est pas possible….. avec le père, l’inceste est un inceste secondaire… l’inceste véritable c’est l’inceste maternel, c’est de pénétrer la mère. Les garçons qui pénètrent leur mère ils sont psychotiques. Alors que la fille non, les filles, on a beaucoup d’expériences de filles avec de l’inceste paternel qui se débrouillent pas trop mal. Bon on ne peut pas dire que ça va très bien, il y en a qui sont très très mal, il y en a qui sont moins mal, pis il y en a qui se débrouillent eux, autrement. Ce que je disais un peu débile. Mais c’est très différent ». Pour entendre ces paroles de Jacqueline Scheffer, il faut visionner à partir de la 14e minute de la deuxième partie du documentaire : http://www.autistessansfrontieres.com/lemur-site-officiel.php Même si je peux comprendre que ce que voulait peut-être dire Jacqueline Scheffer c’est que l’inceste maternel vis-à-vis du garçon est bien plus grave en terme de conséquences sur le développement de l’enfant que l’inceste paternel sur la fille, je suis absolument renversée par son manque total de nuance et de sensibilité à l’égard de la souffrance, réelle, des femmes qui ont déjà été violées par leur père. Dire que « l’inceste paternel, ça ne fait pas tellement de dégât, ça rend la fille un peu débile », fait deux choses : ça minimise la souffrance de la victime, en plus de mépriser cette dernière. Il faut non seulement entendre les mots de Jacqueline Scheffer, mais aussi voir son visage sur le vidéo quand elle les prononce, pour réaliser le manque de compassion et de respect qu’elle a envers les femmes qui ont déjà été violées par leur père, ces femmes « un peu débiles ». Elle prononce le mot débile avec un léger sourire et avec une mimique de visage démontrant une absence d’empathie. Juste le mot débile à l’endroit de ces femmes qui ont été violées par leur père, c’est un mépris envers ces femmes. Le mot débile est un mot péjoratif, et je suis choquée, outrée, dégoûtée, que ce mot a été prononcé non seulement par une psychanalyste, mais par une psychanalyste de grande renommée, une psychanalyste qui a même déjà reçu le prix Maurice Bouvet en 1986. J’aimerais souligner par contre que, en dépit de cela, je remarque sur le visage de Jacqueline Scheffer une sensibilité à l’égard de la souffrance des femmes qui ont été victimes d’inceste paternel, lorsqu’elle dit : « Alors que la fille non, les filles, on a beaucoup d’expériences de filles avec de l’inceste paternel qui se débrouillent pas trop mal. Bon on ne peut pas dire que ça va très bien, il y en a qui sont très très mal, il y en a qui sont moins mal ». Jacqueline Scheffer nous parle de trois conséquences de l’inceste paternel chez la fille : celles qui vont très très mal, celles qui vont moins mal, et celles qui se débrouillent autrement (les débiles). Elle démontre de la compassion pour celles qui vont très très mal et celles qui sont moins mal, mais pour les « débiles », elle n’en démontre point. Et même si elle fait montre de compassion envers celles qui vont très très mal, ceci est en quelque sorte atténué par sa première phrase qui dit que « l’inceste paternel, ça ne fait pas tellement de dégâts ». J’aimerais ajouter également que, par contre, Jacqueline Scheffer est loin de minimiser la souffrance du garçon qui a été victime d’inceste maternel. Elle parle du garçon qui a pénétré sa mère… Mais c’est extrêmement rare il me semble…. Alors que des pères qui pénètrent leurs filles, c’est relativement fréquent dans notre société. Je suis contente que ce documentaire ait pu démontrer au public ce que pense une psychanalyste de renommée. On peut se demander combien de psychanalystes manquent de la plus élémentaire empathie envers une victime de viol de la part de son propre père. C’est sans compter le nombre de psychanalystes qui font du déni à l’égard de cette réalité concrète, pour laisser entendre que les souvenirs d’abus ne sont que des fantasmes. Il faut lire ce que dit la défunte Alice Miller à ce sujet, une chercheuse sur l’enfance et ex-psychanalyste : « la psychanalyse vise à culpabiliser le patient pour "épargner" les parents, à le faire s'accuser d'avoir des fantasmes là où il a été abusé dans son enfance ; en d'autres termes, la psychanalyse veut rendre le patient responsable de ce qu'il a subi, notamment par ses parents». Alice Miller raconte dans un de ses livres l’histoire véridique d’une mère qui a surpris en flagrant délit le père de sa fille qui abusait sexuellement cette dernière. En bonne mère qu’elle était, elle a pris la décision immédiate de payer à sa fille des consultations en psychothérapie. Après le premier rendez-vous avec une psychanalyste, sa fille est sortie en pleurant du bureau en disant quelque chose qui ressemblait à ceci : « maman, je ne veux pas retourner voir cette dame. Elle dit qu’elle va m’aider à trouver pourquoi j’ai le fantasme d’avoir fait l’amour avec papa et pourquoi je veux lui faire du tort ». Il ne faut certes pas généraliser ces cas isolés « d’abus » de la part de psychanalystes à l’ensemble de l’approche des psychanalystes. Mais on a le droit de se méfier. Beaucoup de psychanalystes ont causé des immenses torts à des clients. Mais cela ne veut pas dire que la psychanalyse n’a pas aidé bon nombre de gens, ni que les psychanalystes sont tous incapables de faire la différence entre un fantasme et la réalité. Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain avec la psychanalyse et les psychanalystes. Une propagande anti-psychanalyse Je me demande quels sont les liens exacts qu’entretien Sophie Robert avec l’organisation Autistes sans frontières. Quand je lis, sur le site web Psychomedia, que « L'association Autistes sans frontières et Ocean Invisible Production présentent un documentaire, Le mur: La psychanalyse à l'épreuve de l'autisme, qui est une "véritable démonstration par l'absurde de l'inefficacité de l'approche psychanalytique de l'autisme", je me questionne sur les liens entre les deux organisations. Je me demande si Sophie Robert a contribué à la façon qu’autistes sans frontières a présenté le documentaire. On ne peut accuser d’emblée Sophie Robert, la réalisatrice du documentaire, de la façon que son film est présenté sur le web et sur le site d’autistes sans frontières, car il n’est pas forcé qu’elle est souhaité que son film soit ainsi présenté au public. Mais je me questionne sur la démarche de Sophie Robert, sur sa bonne foi de présenter un réel documentaire, et non un film de propagande antipsychanalyse. Voici la manière que l’organisme ‘autistes sans frontières’ a présenté le film sur son site web : « Depuis plus de trente ans, la communauté scientifique internationale reconnaît l’autisme comme un trouble neurologique entraînant un handicap dans l’interaction sociale. Tous les autistes présentent des anomalies dans une zone du cerveau, le sillon temporal supérieur, identifiée en l’an 2000 par le Dr Monica Zilbovicius, psychiatre à l’INSERM. Hélas, en France la psychiatrie qui reste très largement dominée par la psychanalyse, ignore résolument ces découvertes. Pour les psychanalystes, l’autisme est une psychose, autrement dit un trouble psychique majeur résultant d’une mauvaise relation maternelle. Sophie Robert a réalisé une longue enquête auprès d’une trentaine de pédopsychiatres-psychanalystes afin de démontrer par l’absurde (de l’aveu même des principaux intéressés !) l’inefficacité de la psychanalyse comme traitement de l’autisme » . J’ai visionné tout le documentaire. Je ne vois pas dans ce documentaire une preuve à l’effet que les psychanalystes tournent le dos aux neurosciences, comme il est insinué sur le site web d’autistes sans frontières, et comme l’insinue Sophie Robert dans une entrevue. De plus, Bernard Glose (un des psychanalystes interrogés dans le documentaire) avait écrit en 2009 : « je persiste à penser que l’origine des troubles envahissants du développement répond fondamentalement à un ensemble de causes multiples et variables selon chaque enfant, d’où la nécessité de recourir à une approche multidimensionnelle, une approche qui associe de manière adaptée à chaque cas, diverses mesures d’aide appartenant aux trois registres du soin, de l’éducation et de la pédagogie ». référence : Comme si l’autisme était contagieux. http://www.balat.fr/Comme-si-l-autisme-etait.html L’autisme est un trouble complexe. Il n’est pas plus scientifique pour un psychanalyste de prétendre que l’autisme est causé uniquement par la relation mère enfant, que pour quiconque de déclarer, en 2011, que l’autisme est causé uniquement par un dysfonctionnement cérébral. Certains psychanalystes diront qu’ils s’intéressent à la souffrance de l’enfant autiste et qu’ils tentent de comprendre son monde intérieur. Cela ne revient pas à dire qu’on tente de comprendre la cause du trouble, mais qu’on tente, tout simplement, de comprendre le monde intérieur de l’enfant, qui souffre beaucoup. C’est ce dont parle Bernard Glose dans le texte cité plus haut : « personnellement, je pense que certaines techniques éducatives spécialisées peuvent être les bienvenues, que certaines rééducations (orthophonique ou psychomotrice) sont, à un moment ou à un autre, toujours nécessaires, mais que les psychothérapies psychanalytiques ont encore une place importante à tenir, moins pour éclairer sur la cause intime de l’autisme, que pour nous aider à mieux comprendre le monde interne de ces enfants dont les souffrances sont immenses, et dont les progrès eux-mêmes ne vont pas sans faire surgir des angoisses qui doivent être continûment élaborées pour ne pas freiner l’évolution des enfants, et pour leur permettre de s’adapter à leurs nouveaux fonctionnements. Je plaide donc, encore une fois, pour une approche résolument multidimensionnelle de ces pathologies si douloureuses. » Autistes sans frontières n’est pas scientifique dans sa démarche Sur le site web Autistes sans frontières, il est écrit : « Depuis plus de trente ans, la communauté scientifique internationale reconnaît l’autisme comme un trouble neurologique entraînant un handicap dans l’interaction sociale. Tous les autistes présentent des anomalies dans une zone du cerveau, le sillon temporal supérieur, identifiée en l’an 2000 par le Dr Monica Zilbovicius, psychiatre à l’INSERM. Hélas, en France la psychiatrie qui reste très largement dominée par la psychanalyse, ignore résolument ces découvertes. » http://www.autistessansfrontieres.com/ Contrairement à ce que laisse entendre autistes sans frontières, il n’y a pas de preuve qu’un trouble neurologique à lui seul est la cause de l’autisme. Le fait qu’on a découvert que le lobe temporal supérieur est atteint chez tous les autistes ne prouve pas que ce défaut soit à l’origine du trouble. Pour tenter d’illustrer mon propos, je vais tout d’abord donner un exemple. Il est reconnu en science que le stress augmente le taux de cortisol dans le corps, ce qui induit une diminution de la réponse immunitaire. Une diminution de la réponse immunitaire peut résulter en une maladie physique. Quelle est la cause première de la maladie dans cet exemple, la diminution de la réponse immunitaire, ou le stress ? De plus, comme le dit très bien la Dr. Monica Zilbovicius sur le vidéo présenté sur le site autistes sans frontières : « le fait que beaucoup plus de garçons que de filles soient atteints d’autisme ne plaide pas nécessairement en faveur d’une origine génétique. Il est possible qu’il existe des interactions hormonales avec le cerveau, une vulnérabilité du cerveau du garçon avec certains facteurs de stress ». Par ailleurs, il ne faut pas s’étonner de constater des différences entre les cerveaux de personnes atteints d’autismes et ceux des personnes non autistes. Il est tout à fait prévisible que le cerveau d’un autiste ne fonctionne pas de la même façon que le cerveau d’un non-autiste, puisque l’autiste ne fonctionne pas de la même manière. De même qu’on peut observer une différence dans le fonctionnement et la circulation sanguine du cerveau d’une personne qui lit par rapport à une personne qui dort ou une personne qui parle. Notre cerveau s’active donc différemment selon les activités que l’on fait, durant le jour. Aussi, si l’anomalie du cerveau chez un autiste explique sa difficulté dans ses interactions sociales, rien ne nous explique pourquoi l’anomalie physique a eu lieu, ou si vous préférez quelles sont les causes de cette anomalie physique. A ma connaissance, personne n’a résolu ce mystère. Il faut penser aussi aux nouvelles découvertes de l’épigénétique qui dit qu’une prédisposition génétique de trouble n’est pas une promesse de ce trouble. Au contraire, il faut que l’environnement permette le déclenchement (mettre le bouton à ON) du gène lié à ce trouble. Sans l’environnement pour le déclencher, il n’y a pas de manifestation de la tendance génétique. Ajoutant à cela l’exemple de la schizophrénie. Comme il est écrit sur Wikipedia : « La part de l'hérédité varie selon les études et les patients, car il est difficile de séparer les effets de la génétique et de l'environnement. Chez de vrais jumeaux, dans le cas d'une personne atteinte de schizophrénie, son jumeau a 40 % de risque de développer la maladie aussi. Ceci n'implique pas obligatoirement une cause génétique, car les jumeaux pourraient avoir été exposés in utero aux conséquences immunitaires d'une infection virale (ou d'un vaccin) de la mère ou à un facteur environnemental. Néanmoins, il est démontré que le risque d'être atteint est supérieur si un parent proche est également atteint (risque de 6,5%) » http://fr.wikipedia.org/wiki/Schizophr%C3%A9nie Pour terminer d’illustrer mon propos à l’effet qu’il est hasardeux en 2011 d’affirmer que l’autisme est causé par une anomalie cérébrale, je vais vous présenter un texte paru sur le site web psychomedia. Je n’ai pas l’habitude de présenter des études dont je n’ai pas moi-même lu l’article original, encore moins si l’étude est présentée par le site web psychomedia dont la rigueur scientifique est plus que douteuse. J’invite les lecteurs à le faire eux-mêmes, tout comme je le ferai en mon temps. Il est écrit dans cet article : « Le stress survenant tôt dans la vie provoquerait des modifications génétiques qui influenceraient les réactions et les comportements futurs, selon une étude publiée dans la revue Nature Neuroscience. Christopher Murgatroyd, de l'Institut de psychiatrie Max Planck de Munich (Allemagne), et ses collègues ont stressé des souris naissantes en les séparant de leurs mères trois heures par jour pendant 10 jours, ce qui représente un stress relativement léger. Les souris ayant ainsi été "abandonnées" étaient, toute leur vie, moins capables de composer avec les situations stressantes et elles avaient une moins bonne mémoire. Ces effets étaient causés, explique Dr Murgatroyd, par des changements épigénétiques (1). Lors du stress, les souris produisaient des niveaux élevés d'hormones du stress. Ces hormones altéraient ensuite l'ADN détenant le code de l'hormone vasopressine qui est impliquée dans les réactions au stress et les comportements sociaux. "Cela laisse une marque permanente au gène de la vasopressine", explique Murgatroyd. "Il est ensuite programmé pour produire des niveaux élevés de cette hormone (...)." Quand les souris adultes recevaient une substance qui bloquait les effets de la vasopressine, leur comportement revenait à la normale. Selon le professeur Hans Reul, chercheur en neuroscience à l'Université de Bristol, ces résultats représentent un apport très précieux pour la compréhension des effets à long terme du stress au début de la vie. "Il y a de fortes indications que les adversités telles que l'abus et la négligence durant l'enfance contribuent au développement de troubles psychiatriques comme la dépression", dit-il. Des mécanismes épigénétiques, tels que ceux décrits dans cette étude, peuvent contribuer à l'expliquer. Référence : Psychomedia. Le stress tôt dans la vie modifie des gènes et les comportements adultes http://www.psychomedia.qc.ca/stress/2009-11-10/le-stress-tot-dans-la-vie-modifie-des-genes-et-les-comportements-adultes Autre exemple. La science tend à démontrer le pouvoir de la méditation. On observe une différence entre les cerveaux des méditants de longue date et les cerveaux des non méditants. http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=meditation_th Des études tendent à prouver que les méditants ont un meilleur système immunitaire, ont des meilleurs capacités cognitives, et ressentent plus de joie. On peut raisonnablement penser que c’est le fait de méditer qui change le cerveau, ce qui change le niveau de bien-être. Également sur le site web de l’université de McGill ont peut lire qu’une étude d’imagerie cérébrale montre une meilleure régulation du système nerveux végétatif par des régions cérébrales frontales (comme le cortex cingulaire antérieur) chez les personnes ayant médité par rapport à celles qui ont seulement relaxé. Ce qui démontre, encore une fois, le pouvoir de l’environnement sur le cerveau. http://blog-lecerveau.mcgill.ca/blog/2010/11/01/la-meditation-peut-diminuer-le-stress-et-augmenter-lattention/ Des parents en déni ? Il est aisé de s’imaginer que certains parents (pas tous) d’enfants autistes ne seraient pas capables d’accepter la réalité de leur contribution dans le développement du trouble de leur enfant, même si cela était vrai et pouvait être prouvé. Cela fait mal de songer que nous pouvons faire du tort à nos enfants. Admettre nos faiblesses de parent, ça demande beaucoup de force. Ça fait mal de seulement penser que nous avons pu contribuer à faire du mal à ceux qu’on aime le plus : nos enfants. Mais tous les parents font du mal à leur enfant, parce que tous les parents sont imparfaits. Un enfant a besoin de beaucoup lorsqu’il vient au monde. Il a besoin d’une présence attentionnée, calme, douce. Il a besoin du regard de sa mère, de sa force, de sa douceur, de ses caresses, de sa chaleur. Une mère profondément dépressive ne peut donner tout ça à son enfant. Il est bien plausible quant à moi qu’un enfant qui est né alors que sa mère était dépressive puisse avoir souffert tellement d’un vide relationnel qu’il a, pour se défendre, choisi de se refermer en lui-même et développe par conséquent le trouble autistique. Il n’y a pas de preuve que cela est parfois une réalité, mais cela est très plausible à mon sens. Je ne vois pas ce qu’il y a de si difficile à imaginer là-dedans. Surtout que, comme le dit si bien la psychiatre Monica Zilbovicious : « le cerveau est né pour changer. Il y a des modifications importantes dans le cerveau à partir de la naissance. Les expériences changent le cerveau». Il n’est pas question d’accuser la mère. Si elle est dépressive, elle a besoin autant de compassion que son enfant. Mais il est faux de nier les conséquences sur le développement cérébral d’un enfant d’avoir une mère dépressive, pour ne nommer que cet exemple. Nathalie Roussy 


Eléonore       76       Professionnel de santé   
le mur

BRAVO!!! Merci, formidable!! Où peut-on acheter le DVD? Cdlt,


Régis       07       Professionnel de santé   
le mur

Bonjour, merci pour ce documen-taire qui ose dire, ayant travaillé mes premières années professionnelles en institution accueillant des enfants "autistes", j'avais fais à l'époque une étude comparant les structures des enfants avec la structure institutionnelle. Il s'avérait que la structure d'accueil présentait des similitudes importantes limitant les interventions thérapeutiques. Il en est de même quand une pensée ne souhaite pas évoluer, elle représente tous les caractères de l'autisme. Et pour reprendre une phrase d'un de mes professeurs Paul Watzlawick "Si vous ne faites pas parti de la solution, vous faites parti du problème". Régis.


florence       97       Parents/Proches   
le mur

et medecin aussi. J'ai un cousin qui est autiste, qui est né en 1973. Je suis atterée par ce documentaire, que je n'ai pas encore vu en entier...comment on peut encore entendre des discours pareils en 2011? Je croyais que c'était terminé depuis les années 1980, bien que ma tante ait en effet subi ce discours! quelle honte pour le corps médical français, d'accabler encore plus ces familles. J'espère que toutes vos actions vont faire bouger les choses...je vous soutiens à 200%


suzana       06       Autres   
le mur

Bonjour, Je tiens tout d'abord à vous féliciter pour cet excellent documentaire qui m'a sérieusement interpellée. Je pense qu'un tel documentaire à le mérite de nous rappeler de rester très objectif face à ces hommes et femmes qui semblent détenir la vérité et qui en sont bien pire encore ....convaincus. La mère crocodile remporte le pompon du ridicule. Merci à vous pour ce travail remarquable.


Miriam       95       Parents/Proches   
le mur

Maman d'un adolescent Asperger et présidente de l'association Asperger Amitié, je suis scandalisée d'entendre les discours de ces personnes censées avoir fait des études de médecine!! De quelle médecine s'agit-il ? Je suis horrifiée de continuer d'entendre ces arguments qui datent d'avant guerre! Il est grave de constater qu'aujourd'hui au 21ème siècle, quelques professeurs convaincus de leur savoir, enseignent des inepties sur les autistes à des futurs diplômés d'université qui risquent de les colporter à leur tour. C'est une honte mais c'est aussi très grave, car ça a détruit et continue de détruire des milliers de familles. Que veut-on ici en France ? Les politiques préfèrent-ils mettre les autistes dans des établissements psychiatriques? Je me pose la question! Il y a peine quelques années avant le diagnostic de mon fils, un médecin reconnu et connu dans un hôpital que je ne citerai pas, nous a dit que notre fils serait un adulte qui parlera tout seul sur les quais du métro et que de toute façon il ne pourrait pas rattraper son retard. Aujourd'hui il est en 1er S. Passionné de théâtre, il a été accepté au Cours Florent, école de théâtre de Paris. Il est grand temps d'accepter la différence. Il est grand temps que la politique change vis a vis de nos enfant et des adultes autistes. Il est grand temps d'avoir un autre regard sur l'autisme.


Patrick       77       Autres   
le mur

Bonsoir, Je voulais vous dire combien le film me semble peu objectif. Manifestement, il a pour objectif de dénoncer un "mur", autant dire une "mafia" freudo-lacanienne et d'accuser les personnes interrogées de pratiques corporatistes dénuées de toute honnêteté intellectuelle et de capacité de remise en cause ; ce qui est une accusation grave pour ces personnes engagées dans le champ intellectuel de la recherche. Pourquoi de tels préjugés ? N'aurait-il pas été plus pertinent et rassurant pour les parents d'enfant souffrant d'autisme de faire le point sur les recherches qui tentent de plus en plus de mesurer l'interêts des différentes approches ? Toutes les récentes productions s'inspirant de la psychanalyse prennent en compte les autres approches qui ne sont pas récriées ou occultées ou bannies, mais questionnées, comme tout bon praticien ou formateur ou thérapeute doit le faire. Il ne me semble pas que du côté des tenants des méthodes présentées comme autant de réponses absolues et uniques, ce qui est le plus grave, le questionnement et la remise en cause soient de mise. Moi-même, formateur à l'IUFM de Créteil dans l'enseignement spécialisé, je présente aux stagiaires les conférences de Mme Monica Zilbovicius, qui sont passionnantes, tout en présentant les travaux de L. Danon-Boileau, des passages de B. Golse ainsi que les écrits des créateur des méthodes TEACCH, ABA, PECS. Je propose une présentation de ces méthodes sans toutefois former les enseignants car ces approches réclament une formation payante. On se demande bien pourquoi, payante, au demeurant. Je n'ai donc aucun droit de les enseigner. Cependant, j'indique à tous les enseignants non seulement leur existence mais aussi et surtout leurs intérêts. Aujourd'hui, la dynamique générale de tous ceux qui s'intéressent à l'autisme est de prendre en compte les travaux des neurosciences, les approches comportementalistes, cognitivistes ainsi que les aspects psychanalytiques afin de pouvoir répondre au cas par cas car chaque enfant souffrant d'autisme est avant tout un enfant ayant sa personnalité propres, ses besoins, ses difficultés qui ne s'expriment pas de façon uniforme. Pourquoi entretenir une guerre stérile entre les chercheurs qui tous oeuvrent dans le même sens ?


Marie-Claire       45       Autres   
le mur

Bonjour, Deux question: il y a une Sophie Robert, maître de conférence à l'université d'Orléans, est-ce la même que celle qui a réalisé les interviews. le Docteur Monica Zilbovicius a expliqué de manière trés claire, ce en quoi consiste l'autisme. Bravo


zahieh       11       Professionnel de santé   
le mur

je suis une biologiste qui travaillais avec autistic children 10 ans .je prenais le sense de nutrition et biologique recherche avec un protein la 1eme de pratiquer a l'autisme et on a l'autisme quivas a l'ecole maintenant,avoir l'etude comme le normal.je contact plus pour confirmer mes etudes mais l'organisations mal'heuresement ne faisait qu'un action .quand je donne PROTEIN-G A L'ENFANT ILS ONT (EYE CONTACT) dans 8 heures directement.plus plus pour dire


Nadine       10       Autres   
le mur

J'ai trouvé l'analyse et l'argumentation psychanalytique assez scandaleuse. Pour les familles, les enfants et les personnes confrontées à ce dramatique problème. Je me suis sentie très touchée par la sensibilité que l'on perçoit dans les séquences filmées "en famille" (à la maison, les repas, les promenades). Je suis effrayée et outrée de la plupart des propos des psychanalystes, leur interprétation de la relation des Mamans avec leur(s) enfant(s) : les "mères TOUJOURS incestueuses qu'elles en aient conscience ou pas", "du plaisir de s'intéresser à une bulle de savon", etc, etc... C'est inouï! Tout le documentaire est à voir et à revoir. On n'imagine pas que ces propos existent ! Je pense que l'on pourrait intenter une action -pourquoi pas judiciaire- pour violemment protester contre les psychanalystes qui, par leur invraisemblable doctrine,causent un tort et un préjudice énorme aux familles déjà suffisamment atteintes par les difficultés engendrées par cette triste fatalité.


Valerie       75       Professionnel de santé   
le mur

Bonjour, je suis psychanalyste mais aussi philosophe des sciences et praticienne feldenkrais et donc ouverte aux confrontations des modèles neuro biologiques et des modeles culturalistes concernant le développement et la maturation. Je trouve très intéressant le bonus mais pas très honnête le docu. Pourquoi ne pas donner la parole à des psy un peu moins lacaniens rigides et qui ont des approches transversales? Comme la chercheuse de l'Inserm le dit très bien, une lésion cérébrale peut aussi etre causée par un stress "psychique"...et aussi améliorée par une relation avec le sujet que peut proposer un analyste non orthodoxe.Pourquoi opposer dimension subjective et dimension neuro comportementale? Ce sont des approches qui peuvent etre complémentaires et du coup ouvrir des perspectives riches pour les autistes et leurs familles.


Max       92       Parents/Proches   
le mur

Ce documentaire est bien fait. Je pense que les psychanalystes vus dans le reportage devraient arrêter d'exercer (pour le bien de tous) étant donné les énormités qu'on peut entendre de leur bouche. Mère trop fusionnelle, dépressive, incestueuse, trop froide,... Père effacé et j'en passe. J'ai été particulièrement choquée d'entendre une des psy traiter ses patients de "débiles", je n'en croyais pas mes oreilles! Heureusement qu'il existe des docteurs qui sont plus intelligents et qui trouvent petit à petit la véritable cause de l'autisme. Quand j'entends qu'on reproche à des parents d'avoir mal élevé leur enfant ou de l'avoir "abandonné" franchement mais dans quel monde vit-on? Pourquoi la France ne prend-elle pas exemple sur les pays où les autistes sont mieux pris en charge, où ils sont mieux traités? Les psy dans ce doc font honte à la psychiatrie française.


Raphael       78       Parents/Proches   
le mur

Haaa.... Edifiant. Modestie quand tu nous tiens. J'espère que ce film permettra de faire un peu avancer la prise en charge de nos bambins. Il y a 1000 ans, on brulait les "rebouteux", les sorciers. Maintenant nous avons des "chiropracteurs" ;-). Encore un peu de patience, hélas pour ceux qui doivent supporter, la science l'emportera. Je pense pour ma part que certains personnels filmés ont oublié un principe fondamental de la nature : la causalité. Se posent ils la question : "Ce que je voit est il la cause, ou un effet ?" Autrement dit : "les symptomes psychotiques que je j'observe sont ils la cause ou l'effet ? En science, la prudence (oups : la modestie?) est toujours de mise : on ne sait toujours pas ce qui fait que les particules qui nous composent tiennent ensemble (la gravité certe, mais "comment" ?)


Michel       41       Professionnel de santé   
le mur

Merci pour toutes ces vidéos sur un sujet oh combien complexe et épineux. On est bien là dans une diificulté d'interprétation de structure, chaque cas d'autisme étant unique. Merci pour cet excellent partage qui rendra service à bien des parents et professionnels de santé mentale.


Marie-Claire       19       Professionnel de santé   
le mur

très intéressant ! la confrontation entre les thèses des psychanalystes et les explications des altérations du cerveau sur un plan biologique et fonctionnel par le Dr Zilbovivious sont interpellantes ! ce qui me sidère, c'est la façon dont les psychanalystes récusent et n'assument pas leurs propos au point d'intenter une action en justice contre la journaliste !!! où est la liberté d'expression ??? Cette démarche rend leur discours encore moins crédible.


BEATRICE       37       Parents/Proches   
le mur

Je suis tout à fait d'accord avec le fait de dire que la psychanalyse n'a aucun effet sur un autiste. Mon frère a été diagnostique autisme atypique à presque 40 ans !! Auparavant il a fréquenté bon nombre de psychologue et psychiatre qui ont tout été bon à lui prescrire des barbituriques qui ne l'ont pas aidés à être mieux avec les autres, au fil du temps le dialogue est de plus en plus difficile, impossible d'avoir un vrai dialogue, il nous parle mais n'écoute pas ce qu'on lui dit ou le comprend de travers, en quoi un anxiolitique ou un anti-dépresseur peut l'aider à comprendre les mêmes choses que nous, en quoi cela peut l'aider à vivre en société ? à être autonome ? On pense régler le problème en les droguants histoire qu'ils se tiennent tranquilles, pour les mettre dans des asils et ainsi les tuer à petit feu et les couper encore plus du monde et ou tout simplement de leut famille. Les autistes ne sont pas fous, pour moi c'est comme s'ils étaient aveugles ou sourds et qu'ils fallaient les aider à vivre avec leur handicap. Ils ont besoin de repère, de guide ! Je me croirai au Moyen-Âge quand on pensait que quelqu'un était possédé par le diable alors qu'en faite il était épileptique. Les médecins ne savent pas tout sous prétexte qu'ils ont fait des études, regardez un peu vos patients en face plutôt que de foncer tête baissée sur vos ordonnanciers !!


Katia       NW       Autres   
le mur

Triste France... Arretons de gacher la vie de milliers d'enfants autistes! Leur place est dans la societe pas dans des institutions tortionnaires. Les explications du Dr Zilbovicius sont une mine d'informations pas seulement pour les autistes mais aussi pour les familles touchees par d'autres syndromes. Bravo aussi a la realisatrice.


L.       h1       Professionnel de santé   
le mur

Votre documentaire est très intéressant. C'est assez désespérant de voir tant d'idées fausses continuer à être véhiculée par des professionnels.voici le film fait par une jeune québécoise souffrant du syndrôme d'Asperger. C'est à voir! c'est une vision subjective de l'intérieur de la maladie beaucoup plus instructive que la vison décrite par ces psychanalystes. http://youtu.be/FY9mRa4hiIs


Hubert       81       Professionnel de santé   
le mur

Merci pour ce reportage . Mais ne réduisez pas la psychiatrie et la psychanalyse pour les enfants dont les autistes à ce que disent ces personnes. Je suis psychiatre et psychanalyste et je ne me reconnais en rien dans ces propos. Il s'agit de professionnels qui ne représentent qu'eux même et je ne partage pas du tout leurs vues. Il se passe des choses bien différentes dans les CMP, hôpitaux de jours et cabinets. Ne restez pas sur ces propos scandaleux et affligeants... ils ne représentent pas la majorité, bien des psychiatres d'enfants se servent et de la psychanalyse et de bien d'autres théories en association et travaillent avec les écoles, les parents pour harmoniser la vie des enfants avec leur environnement. Cette caricature est dépassée dans bien des endroits et la jeune génération sait faire la part des choses. il existe des équipes qui associent le meilleur des optons thérapeutiques dont la psychanalyse et j'en fait partie. Hubert Stoecklin


Annick       91       Professionnel de santé   
le mur

Très intéressant, permettant de faire la part entre diverses théories : psychanalytiques et neuro-sciences, les explications des uns n'excluant pas les autres, au contraire.Dommage que les psychanalystes n'acceptent pas que les théories aient évolué et que d'autres approches puissent aider efficacement les enfants autistes.Mais , il ne faut pas trop s'en étonner! Bel ouvrage.


Myriam       10       Professionnel de santé   
le mur

Etant moi-même psychologue et psychothérapeute systémique, j'ai honte en écoutant certains de mes "collègues" interviewés dans ce documentaire sur leur pratique clinique auprès d'enfants autistes. Tant de dogmatisme, de suffisance, et de non respect de la déontologie la plus élémentaires me sidèrent littéralement. Je suis profondément choquée devant tant de violence à l'égard de personnes déjà en grande souffrance, et tout ça sous prétexte de soins... J'apporte tout mon soutien à ce documentaire. Merci!


KARIM       14       Professionnel de santé   
le mur

LA PREMI7RE PARTIE DU DOCUMENTAIRE MONTRANT DES PROFESSIONNEL DE SANT2 AUSSI IMBUS DE LEUR PERSONNE ET PERSUADEES DE LEUR SAVOIR MONTRE UN MONDE AFFLIGEANT. ETRE OBTUS A CE POINT LA ET A COTE DE LA PLAQUE DE MANIERE AUSSI ABERRANTE ME GLACE LE SANG. LE POUVOIR DE LA BLOUSE BLANCHE !


rolland       95       Autres   
le mur

Enfin.... enfin un travail qui va contribuer à libérer les pratiques dans les établissements médico-sociaux.


SANDRINE       57       Parents/Proches   
le mur

Le bonus est excellent. Merci ! Que dire des propos de tous ses psychiatres ??? se-sont-ils regardés ? et écoutés ?? C'est affligeant. Autant de cerveaux pour dire autant de c.... et ils s'auto-alimentent entre eux: "c'est vrai puisque untel l'a dit".On devrait les attaquer eux pour maltraitance ! Il reste une seule chose à faire: passer notre chemin, ne plus les écouter et jouer notre rôle de parents en accompagnant nos enfants, en les aimant, en jouant .....


Patrick       77       Autres   
le mur

je constate que mon commentaire n'a pas été mis en ligne. Censure??? bien à vous PB


Anne       55       Autres   
le mur

J'ai vu votre film et suivi les contestations qui ont été faites autour. Je ne sais pas si ce message va bien à l'attention de Sophie Robert, si c'est le cas, je vous apporte tout mon soutient pour votre courageuse démarche qui consiste à faire un état des lieux objectif sur l'impossibilité du corps médical à guérir l'autisme. Merci de votre reportage qui, pour moi, ne peut que permettre de faire avancer la façon dont l'autisme pourrait être soigné. En effet, en dénonçant l'impuissance de la psychanalyse devant l'autisme, vous amorcez une remise en question de la façon dont cette maladie pourrait être soignée. Et de fait, vous permettez que de nouveaux points de vue et de nouvelles techniques thérapeutiques puissent être envisagés. Vous servez donc la cause de l'autisme de façon intelligente car possiblement fructueuse. Bravo également pour cette prise de risque. Courage face à la malhonnêteté intellectuelle. Je me permets d'employer le terme de malhonnêteté pour décrire l'attitude qui consiste à continuer de travailler dans une direction sans admettre qu'elle ne génère pas de résultats positifs. On se confronte malheureusement à cette forme de malhonnêteté dans bien des milieux et disciplines. Bien cordialement.


Michel       31       Professionnel de santé   
le mur

Ce documentaire est brillant et en temps que Freud's Scholar je vous félicite. J'ai été collaborateur du livre de Jacques Bénesteau "les mensonges freudiens" qui a été aussi censuré en France parce qu'il osait attaquer Freud et je suis cette évolution mais les lacaniens sont violents parce qu'ils n'ont aucun argument réels pour contre attaquer les critiques scientifiques et les travaux psychologiques modernes. Ma mère dirige des centres avec des enfants autistes et je lui ai fait suivre le lien car je pense qu'il faut que toutes les associations réagissent violemment. Je pense que le metteur en scène Jacques Perrin devrait vous aider Amicalement


benvolio       42       Professionnel de santé   
le mur

Ce documentaire est une escroquerie..comme le livre noir de la psychanalyse. Il est intéressant de constater que la personne qui défend la théorie TED ..qui n'est même pas psychiatre ( TED ne veut pas dire davantage que le terme psychose) parle à peine français !! Par contre, les gens qui ont réagi ici n'ont pas relevé ce qu'elle a dit, à savoir : "nous ne savons rien de l'origine de l'autisme"..ce qui ne l'empêche pas...escroquerie suprême ..de dire ce qu'est l'autisme et ce qu'il n'est pas !! Les gens qui parlent en mal de la psychanalyse ont raison dans un sens...la psychanalyse est la théorie explicative qui est à ce jour la plus convaincante de l'autisme..mais la moins à même en temps que technique thérapeutique de la traiter...puisque justement, elle est basée sur le langage..qui est la problématique essentielle de l'autisme dans son versant communication ! indiquer une carence fondammentale.... ne veut pas dire qu'il faille culpabiliser les mères... Personnellement, je trouve que cette famille a l'air pathogène..mais bon, fonctionne-telle comme cela hors caméra ???


benvolio       42       Professionnel de santé   
le mur

Autant pour moi... Elle est psychiâtre..... j'ai relevé : - "l'origine...(du syndrôme d'Asperger): peut-être génétique- peut-être un cerveau différent (tiens tiens !!)...on ne sait pas.. - interwienveuse : "ça plaide en faveur d'une origine génétique ? - bien sûr....mais............ En fait, elle ne sait ABSOLUMENT RIEN !!! Mais ça n'empêche pas ces gens d'être sûrs que la psychanalyse a tort !!!!


pantxin       64       Autres   
le mur

Je retiens avant tout que les enfants doivent avoir leur place dans l'école. J'en ai fait l'expérience, parfois difficile, pleine d'incertitudes mais ô combien riche pour moi et tou-te-s les élèves. Sans compter le bonheur de les voir se socialiser peu à peu,communiquer et prendre leur place dans le groupe.Oui, mille fois oui, ils/elles ont leur place à l'école! A condition que l'on forme les enseignant-e-s, que l'on assure un accompagnement de qualité grâce à la professionnalisation des AVS jeté-e-s dehors dès qu'ils/elles sont formé-e-s.Les carences en matière de formation et de reconnaissance des professionnel-le-s ne doivent pas être le prétexte à un retour en arrière, derrière les murs d'une institution. Ce reportage nous donne des arguments pour aller de l'avant. Merci


Laurent       62       Autres   
le mur

Bravo ! Tous mes encouragements pour aller plus loin dans le démantèlement de la psychanalyse et des autres sectes pseudo-scientifiques. Ce qui manque aux "psych'à la noix" c'est un raisonnement scientifique rigoureux : essentiellement matérialiste(*), précis et objectif. (*) En effet, la réalité est matière : c'est le cerveau, les relations sociales, le regard, la voix... C'est du concret! Ce n'est pas la fusion, le "non non" ou le désir inconscient d'inceste. Les disciples de l'affreux Freud et de Lacan le c** (au choix) pensent par images, par analogies. Ils inventent des fables et des mythes qu'ils changent en vérité par la toute puissance de leurs égos. C'est Popper (un philosophe des sciences) qui disait, il y a 50 ans, que la psychanalyse n'est pas une science car elle ne peut pas être critiquée (elle est "irréfutable"). En effet, l'inconscient et d'autres artifices doctrinaux rendent la psychanalyse irréfutable, comme l'a montré M. Onfray qui parle lui de "verrouillage sophistique". C'est-à-dire que les psychanalystes ont dans leurs théories tous les outils pour prévenir la critique. Exemple: On vous dira que vous avez un désir incestueux pour votre enfant. Si vous ne le savez pas, c'est parce que ce désire est inconscient. Par conséquent, impossible de prouver que vous n'avez pas de désir incestueux. Comment s'en sortir ? En fait, rien ne prouve l'existence de ce désir incestueux. C'est une pure invention des psychanalystes. Le philosophe Malebranche (17ème siècle) croyait qu'une femme enceinte qui désire fortement une poire, transmet ce désir au foetus (comme l'oxygène ou les nutriments). Le fragile foetus pouvait alors en être victime : l'enfant naissait avec une figure en forme de poire.(Malebranche ne connaissait pas la banane.) L'explication de l'autisme par les psychanalystes est un peu du même genre... Le gros problème, c'est évidemment la causalité. Le lien de causalité n'est ici pas complètement absurde, mais il est fort peu probable et reste à prouver. De toute façon, les psychanalystes ne se soucient pas des détails concernant la mécanique du corps : la psychanalyse c'est la magie de l'esprit! La psychanalyse est une antiquité, laissons la aux musées. Il faut supprimer tous les cours de psychanalyse en médecine et rendre la lecture de Claude Bernard obligatoire (si ce n'est pas le cas).


Laurette       01       Autres   
le mur

Merci pour ce documentaire. J'ai beaucoup appris.J'ai pu mettre des mots et des explications sur des situations que j'ai vécues.


PHILIPPE       95       Autres   
le mur

Ahurissant de voir le niveau de professionnels bloqués par une simple question !!! quel niveau désolant et n ' aidant en rien les parents et les Autistes qui eux mène leur combat au quotidien ; La Démo avec le Beau Crocodile est navrante et inquiétante ; j ' espère que certains prendront leur retraite ; BRAVO pour ce documentaire passionnant et qui explique bien via le Bonus l ' Autisme : Grand Merci


Pascale       33       Autres   
le mur

J'ai été très intéressée par l'explication de la chercheuse sur l'autisme par voie d'exploration médicale. Je doute de la formation continue du personnel de santé. Pour le documentaire proprement dit : Il y a toujours eu un dogmatisme des psy avec des références à des psychanalystes d'un autre siècle et soumis à d'autre codes Peut on imaginer la force d'anéantissement que la société dans laquelle vivait Freud sur les femmes n'ai pas une interaction avec les travaux de ce dernier. Je ne crois pas au chercheur dans sa tour d'ivoire et sans interaction avec son temps..... Ces références sans remise à niveau sont de plus en plus difficilement supportable. Je pense au désarroi des parents qui ont des enfants autistes et j'en admire le courage et l'engagement. Une question qui se pose comment peut on faire pour diffuser les méthodes d'éducation pour des autistes? Peu ton concevoir une formation annexe type ostéopathes école privé etc...comment y arriver ?


dina       04       Parents/Proches   
le mur

je suis mamie d'un petit garçon autiste merveilleux. Ma fille, son papa et moi même menons chacun avec nos compétences et capacités une "bataille" au quotidien depuis qu'il a 3 mois et toujours aujourd'hui a ses 6 ans. je pense également encore pour de longues années il faudra se battre contre les "apriori" des parents d'enfants dits "normaux" les structures institutionnelles qui cherchent à faire du clientélisme (type ime petit = cat grand par ex ...) et bien entendu avec le grand soutien des "PSY" qui ont à chaque contact traumatisé ma fille. COMMENT PEUT ON ASSIMILER PSYCHIATRIE ET AUTISME ALORS QUE NOUS SOMMES SEULEMENT DANS LE MONDE DE LA COMMUNICATION AVEC EUX DIFFERENTE CERTES de la nôtre mais combien plus enrichissante !!!!!! et puis nous avons des leçons à prendre. Ils communiquent autrement c'est une maladie ? et vous messieurs et mesdames les psychiatres ou autres vous devriez être attaqués par les parents que vous culpabilisez. Parlons de vaccins !!! mals anticipés, des encéphalites dûes aux fièvres non prises en compte et bien d'autres causes .... une maman sous traitement (mais pas de risque pour l'enfant !!!!!). Sociabiliser ces enfants purs dans un monde violent, manipulateur et egocentrique ? pourquoi ? parents, famille refusons ces approches qui dès que nous approfondissons arrivent à L ARGENT et le POUVOIR ....psys,laboratoires,institutions etc.... quant à leur intégration en milieu scolaire ordinaire elle est difficile par le regard des parents des autres enfants, des institutrices psychorigides qui veulent "le calme" dans leur classe et des AVS non formées et inexistantes aujourd'hui BATTONS nous pour les faire accepter comme ils sont et aller le plus souvent possible vers eux simplement !!!!!!!! refusons les institutions et aidons les à devenir autonomes par L APPRENTISSAGE nous ne pouvons le faire qu'ensemble !!!!!!! UNIS et VOLONTAIRES pour les faire évoluer par tous les moyens !!! vous pouvez m'écrire email - contact@aumoulindeleveil.com et UNISSONS NOUS UNIQUEMENT dans l'intérêt de nos enfants et petits enfants ENTRE NOUS ET ENSEMBLE NOUS POUVONS REUSSIR A FAIRE CHANGER LES CHOSES


eve       04       Parents/Proches   
le mur

pourquoi ne parlons nous JAMAIS du professeur FEUERSTEIN et ses méthodes en France ? pour ne voyons nous pas des reportages sur lui, son approche positive et ses réussites. Pourquoi la France ne veut pas de lui ? les psychiatres que nous écoutons dans leur "délire" devrait faire un séjour dans son établissement en Israël. Qui protégeons nous en ne le laissant pas venir en ne croyant pas en lui en ne développant pas sa méthode ? .......


Françoise       94       Parents/Proches   
le mur

arrêtons les dégâts des prises en charges scandaleuses des psychanalyses pour nos enfants Autistes, et la culpabilisation des mamans... C'est Honteux


B       01       Autres   
le mur

Bravo pour avoir eu le courage d'aborder ce sujet douloureux. Il est malheureux de constater que l'ordre établi des psychanalystes ne puisse se remettre en question. Le bien du patient passeraît-il, loin derrière le bien-être du thérapeute? La polémique et l'agressivité déployée par certains semble l'indiquer. Le fait qu'une sommité se défende en arguant de l'utilisation d'un pseudonyme conforte l'idée d'une mafia anti patients... Un film qui ouvre les yeux... Certainement subjectif, mais la subjectivité fait partie de l'être...


CATHERINE       B       Professionnel de santé   
le mur

Chère Sophie Robert, Ayant visionné votre documentaire »Le mur », ainsi que l’interview de M.Zilbovicius,je voudrais vous en renvoyer quelques échos. Votre camera a caricaturé cruellement la troupe de mes collègues psychanalystes,avec leurs insignes, leurs bouquins, leurs tics et leur malaise. Leur humanité. Leur impuissance à vous faire entendre l’insupportable, car ils vous parlent en confiance… Comment supporter que nous ne soyons qu’en partie ce que nous croyons être, que notre corps nous déborde-ou nous saborde-, que le langage charrie le malentendu, et la bonté, la cruauté ? Comment supporter l’inconscient ? L’évitement du regard et des yeux, la non discrimination de la voix parmi les bruits,peuvent se déployer selon une logique psychique, comme selon la » logique anatomique » avancée par M. Zilbovicius. Deux logiques bien différentes. Qui n’empêchent pas, à l’occasion, de collaborer ; de même qu’avec ceux qui tentent de mettre sur pied une pédagogie fructueuse. Mais avant tout, d’accompagner comme nous le pouvons, les enfants autistes et leurs parents, les accompagner dans leur humanité. Catherine Martens Psychologue psychanalyste à Mons Belgique


CHLOÉ       J7       Parents/Proches   
le mur

Ça y est, nous avons vu '' Le Mur ''. Nous avons été choqués des propos que ces psychanalystes tenaient concernant l'analyse des enfants autistes. Basée sur les ouvrages de Freud et d'après leur analyse, un enfant serait autiste car il aurait subi des maltraitances de sa mère !!??$%* Dans ce cas, il y aurait beaucoup plus d'enfants autistes qu'il y en a aujourd'hui. Nous avons ri jaune lorsque l'un dit '' L'enfant pense qu'il est le phallus de la mère ''. Encore faudrait-il qu'un enfant puisse '' penser '' à ce niveau et savoir ce qu'est un phallus, quand même ! Si nous avons bien compris, une mère ne doit pas être '' trop chaude ou trop froide '' car ce comportement pourrait déboucher sur un enfant autiste. Il faut donc être une mère tiède ???!!! Parfois je me demande si ces soit-disants professionnels ont eu des enfants !! Complètement sidérant de dire et de soutenir que l'autisme est la conséquence d'un inceste maternel. Que la censure de l'amante est le fait que la mère touche son enfant et y prend trop de plaisir. Qu'en touchant son enfant, la mère pense à son amant. Et qu'en plus, apparemment, on ne peut pas y échapper. Ces propos sont extrêmement graves. D'autant plus, que ces pseudo professionnels ne semblaient pas avoir beaucoup d'enfants autistes en consultation. Ils voient de l'inceste partout ! Je trouve que leur analyse est totalement faussée. Mais en plus de rejeter la faute sur la mère, le père serait également fautif. Il ne se serait pas imposé dans la relation mère-enfant. Ils ont un sérieux problème ces gens là. J'en ai une autre qui est pas mal : '' si l'enfant ne parle pas c'est que la mère déconsidère la parole du père ''. Je n'arrive pas à voir le rapport. Au final, ces charlatans inventent, créent de toutes pièces des psychanalyses pour traiter des enfants autistes. Choqués d'entendre que certains ne font aucune intervention lorsqu'ils reçoivent des enfants autistes en consultation. Ils attendent tout simplement que '' quelque chose '' arrive ou ils somnolent (nan mais !!!). Ils pourront attendre longtemps ces cons ! Merci à Sophie, la réalisatrice, qui a posé une excellente question : '' Qu'est-ce qu'un enfant autiste peut attendre d'un travail analytique venant d'un psychanalyste ? ''. La réponse d'un de ces abrutis : '' Le plaisir de s'intéresser à une bulle de savon. Je ne peux pas vous répondre autre chose ''. Faire un Bac+X pour en arriver là....c'est bien triste pour les familles d'enfants autistes. D'après moi, la psychanalyse repose sur des théories non démontrées scientifiquement. Pour conclure, heureusement que tous les parents d'autistes ne tombent pas sur ces théoristes à la con et malheureusement pour ceux qui ont eu le malheur de tomber sur ces abrutis haut niveau ! Est-ce vraiment eux qui interdisent la pratique de la méthode ABA en France ??? Ils n'ont vraiment rien compris...


bernard       31       Professionnel de santé   
le mur

bravo, continuez, mais sachez que la psychanalyse vit ses derniers instants la recherche a fermé ses portes aux errements sectaires des psychanalystes, surtout aux lacaniens, les thèses de doctorats à orientations psychanalytiques ne représentent que 8% des thèses en psychologie clinique... les nouveaux masters de psycho ont vidé les références psychanalytiques. Sur 27 universités, seules 7 universités continuent encore à offrir des masters à orientations psychanalytiques. Les chiens de la psychanalyse aboient mais la caravane de la science passe... Dans 10 ans la psychanalyse ne sera plus qu'une référence historique sans actualité quelconque. Un fait depuis 30 ans la psychanalyse ne fait que se répéter, elle n'invente plus rien, ne crée plus rien... la répétition n'est-elle pas le signe de la mort. Les psychanalystes ne tiennent encore que par l'invention d'ennemis imaginaires, de complots des "comportementalistes" et autres billevesées... Croyez vous qu'une théorie qui soit incapable de se remettre en question, qui ne sait utiliser que l'invective, la diabolisation, la criminalisation de leurs contradicteurs puisse encore continuer bien longtemps ? Les FAITS sont là et la psychanalyse pourra-t-elle survivre à sa schizophrénie ?


Blanc       35       Autres   
le mur

Je trouve ce reportage très dirigé, avec une mauvais interprétation des propos de Lacan, JAMAIS, Lacan ne parle de mère ou père biologique, mais bien SYMBOLIQUE, ceci changeant beaucoup de choses....


Laurence       91       Autres   
le mur

Bonjour, Nous sommes très intéressés par ce documentaire qui nous apporte d'importantes voies de réflexion. Nous sommes prêts à acquérir le DVD complet, si c'est possible, afin de le regarder et même de le présenter aux résidants. Pouvez-vous nous indiquer de quelle façon nous pouvons nous le procurer et à quel prix ? Merci d'avance Laurence Moine, pour Madame Brenner, Directrice du foyer


Amandine       N2       Autres   
le mur

Ce documentaire est excellent. L'emprise de la psychanalyse en France est incroyable. Au Canada, cela fait 20 ans que Freud n'est plus au programme de psychologie. La culpabilisation des parents m'apparait outrageuse. Surtout quand elle ne se fonde sur aucune donnee scientifique. Mais ce qui me semble encore bien pire c'est l'abandon des enfants a leur sort quant il existe des techniques variees pour leur permettre de progresser. La prise en charge est tellement differentede l'autisme, ici, au Canada! Existe t'il une traduction du documentaire en anglais? J'aimerais pouvoir montrer cette video aux professionels de l'autisme ici pour avoir leurs reaction. Merci de me faire savoir.


Mallat-Lopez       75       Professionnel de santé   
le mur

Il est alertant de voir à quel point notre système de santé mentale est infesté d'escrocs. Il était temps de réagir et d'exposer cette pratique saugrenue qu'est la psychanalyse. Se taire serait non assistance à personne en danger. La chasse aux sorcières a commencée...Merci pour ce documentaire. Bon courage


claire       54       Professionnel de santé   
le mur

super,je suis infirmière psy et j'ai commencé mon travail dans un service d'autistes profonds il y a 30 ans... j'ai apprécié le discours des psychanalystes et ne le trouve pas en contradiction avec les découvertes récentes , la porte d'entrée pour regarder ce monde est différente. J' ai personnellement hâte de voir des reportages sur l’évolution des enfants autistes à l'age adulte qui ont bénéficié de ces nouvelles méthodes de prise en charge. Bien évidement pour l'autisme profond puis qu’aujourd’hui on étiquette des enfants d'autistes alors qu'ils ne l'auraient pas été il y a 30 ans . J'ai toujours été convaincu que c'est le langage non verbale qui fait défaut dans la communication...


nathalie       06       Parents/Proches   
le mur

J'aurais aimer voir des enfants autisites suivis par ces pédopsychiatres . Je suis effarée par leur propos. Aujourd'hui, il existe des méthodes de prise en charge qui permettent aux enfants autistes d'accéder à un certain confort de vie, de suivre des études pour certains, d'acquérir une certaine indépendance pour d'autres. Je suis outrée par les propos des psychanalystes qui ramène l'autisme à un dysfonctionnement dans la relation affective mère - enfants, parlant même de relation toxique. Lorqu'on est mère d'enfant autiste, on doit en plus de la douleur d'apprendre que son enfant est différent, supporter l'idée terrible qu'on en est la cause. C'est pour cela que tant se détourne de la psychanalyse aujourd'hui et en plus d'après le reportage on est un des rares pays au monde à continuer à former les pédopsychiatre à la psychanalyse à 80% c a d autant. Quel meilleur exemple que ces enfants autistes présents dans le reportage pour voir ce qu'apporte à ces enfants la stimulation permanente dés le plus jeune age. Ce reportage m'a bouleversé!!!


Sylvie       11       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, C'est encore sous l'émotion (tristesse et colère voir désespoir) que je vous écrit car je suis la maman d'un garçon diagnostiqué "asperger" il y a 3 ans.Cette année, à l'âge de 12 ans, il entre en U.L.I.S (classe spécialisée au collège auparavant U.P.I.) après 4 années d'exclusion scolaire puisqu'il a fallu que je me débrouille seule: heureusement que l'instruction en famille est autorisée en France.Malheureusement il n'accepte pas alors que l'équipe éducative est vraiment là pour l'aider.La seule alternative qui va lui être proposée sera une hospitalisation dans un centre pour adolescents, en espérant que ce soit adapté mais vous pouvez imaginer mon inquiétude. Alors merci pour ce reportage et que l'information circule pour que les familles ne vivent pas l'exclusion comme nous l'avons vécue. Je conseille à tous et toutes: parents, enseignants et personnels soignants de se former auprès de cet organisme très sérieux: E.D.I. formation, j'y ai appris ce que la médecin explique dans le bonus et plein d'autres informations qui ont amélioré ma relation avec mon fils et qui ont atténué ma colère en tout cas qui l'ont rendue plus constructive.Merci


Etienne       40       Professionnel de santé   
le mur

Je suis scandalisé par ce que je viens de voir! Il y a dans ce reportage une flagrante malhonnêteté. Les propos des psychanalystes sont soit coupés de leur contexte, soit amalgamés à ceux, caricaturaux, d'une certaine Geneviève Loison.. Celle-ci d'après mes recherches ne fait partie d'aucune école de psychanalyse reconnue. Venez voir ce que certains psychanalystes et travailleurs orientés par la psychanalyse font dans certaines institutions (en belgique le Courtil, l'Antenne 110, la Coursive etc.). Vous verrez qu'on n'y écarte pas les enfants de l'école, que l'on n'y culpabilise pas les parents et que l'on n'y délire pas avec des crocodiles (métaphore lacanienne que Mme Loison prend au pied de la lettre). Votre entreprise de diffamation est profondément malhonnête et ce n'est pas passé inaperçu aux yeux de tout le monde, vous vous en apercevrez.


Isabelle       95       Parents/Proches   
le mur

Maman d'un petit garçon autiste Asperger j'ai personnellement perdu un an et demi avec un suivi totalement inadapté proposé par le pédopsychiatre de l'hôpital où nous consultions. J'espère que ce film sera largement diffusé afin d'éviter la même chose à d'autres parents. Il y a aujourd'hui des solutions , Une méthode adapté a permis à mon fils de faire des progrès incroyable. A sept ans , il est en CE1 a plein temps avec une AVS a mi temps et il est un très bon élève.


Marie       77       Professionnel de santé   
le mur

Bonjour, Je suis orthophoniste et suis amenée à rééduquer des enfants autistes. Ce reportage est intéressant, mais je regrette beaucoup le partie pris, qui me semble malhonnête. Pourquoi ne pas également demander au Docteur Zilbovicious ce qu'elle pense de l'apport de la psychanalyse. Evidemment les méthodes comportementalistes sont aujourd'hui indispensables à la rééducation mais il faudrait arrêter en France de faire soit l'un soit l'autre, les choses ne sont pas aussi simplistes et évidemment qu'élever un enfant autiste a des répercutions psychologiques au sein de la famille (sans aborder le fait que si la cause est génétique, le gêne s'exprime dans certains cas et pas dans d'autres). Le Docteur Zilbovicious y fait allusion mais curieusement on ne s'y arrête pas... Les apports de la psychanalyses et de la neurologie sont indispensables à l'exercice de nos professions, arrêtons d'opposer sans cesse les deux.


Anne       78       Parents/Proches   
le mur

Maman d'un jeune asperger, je suis absolument abassourdie, estomaquée, révoltée par ce que je viens d'entendre. Ces psychanalystes d'un autre âge, (ils sont tous bien jeunes !!!) sont inaudibles. Ils cachent leur incompétence flagrante sur l'autisme derrière un charabia psychanalytique. Que d'hésitations dans leur propos, que de regards fuyant et gênés face aux questions pourtant simples de Sophie Robert ! Heureusement que nous n'avons pas écouté ceux qui ont suivi notre fils les premières années de sa vie, il serait encore aujourd'hui en IME. Il est actuellement en 1ère Littéraire et bon élève, même s'il a des "béquilles" pour avancer !


veronique       77       Parents/Proches   
le mur

parent d'une enfant TED, diplomée en psychologie clinique,actuellement responsable d'une association dans le domaine de la pédagogie adaptée au handicap mental,je vous remercie d'avoir mis "les pieds dans le plat" ainsi. Grâce à ces interviews, nous voyons se révéler à nos yeux les inepties des psychanalystes sur le sujet de l'autisme. N'est-ce pas criminel de tenir de tel propos quand on voit la souffrance des familles et des personnes atteintes d'autisme. Le temps passe et ces professionnels ont encore un grand pouvoir d'influence sur le monde de la psychiatrie. Au secours! Si on n'en souffrait pas , on en rirait...


marc       06       Professionnel de santé   
le mur

Pour parvenir un jour à pouvoir cerner cette grave affection, il faudra sans doute une concertation soutenue entre les neurosciences, la psychologie, la psychanalyse,les TCC, voire des approches plus marginales comme la psychogénéalogie, par exemple. Il est certains que la psychanalyse n'a plus toutes les réponses sur ce sujet spécifique; mais jusqu'ici, aucunne autre discipline peut se targuer d'avoir la solution, surtout sur le long terme. . Le reportage de Mme Sophie Robert est à mon sens beaucoup trop "manipulateur" (la fin justifie les moyens) pour être crédible. Quiconque connait tant soi peu la psychanalyse n'ignore pas que cette approche est très complexe, et qu'il est impossible d'étayer quoi que ce soit de sérieux en prenant des petits passages d'interwiew mis bout à bout, surtout venant de personnes qui prennent toujours le temps d'éxpliquer leur vision des choses dans le détails, avec un arrière fond théorique solide, (auxquel on n'est d'ailleurs pas obligé d'adhérer.) J'ai bien peur que cette caricature de la psychanalyse, au lieu d'ouvrir un débat sérieux sur la question, ne feras qu'attiser une chasse "aux sorcières" vis à vis des psychanalystes interwiewé, manipulé à leur insu; ils servent de bouc émissaires, alors que c'et bien à l'institution psychiatrique de rendre des comptes, si néccéssaire.les réactions démesurées et passionnées des internautes que j'ai pu lire me confirment bien dans cette idée qu'on veut à tout prix trouver des boucs émissaires, au lieu d'instaurer un vrai débat. C'est d'autant plus regrettable pour les personnes en souffrance, qui ont besoin de toutes les ressources et savoirs existants. cordialement.


Isabelle       95       Parents/Proches   
le mur

Maman d'un petit garçon autiste Asperger j'ai personnellement perdu un an et demi avec un suivi totalement inadapté proposé par le pédopsychiatre de l'hôpital où nous consultions. J'espère que ce film sera largement diffusé afin d'éviter la même chose à d'autres parents. Il y a aujourd'hui des solutions , Une méthode adapté a permis à mon fils de faire des progrès incroyable. A sept ans , il est en CE1 a plein temps avec une AVS a mi temps et il est un très bon élève.


Melita       37       Parents/Proches   
le mur

Bonjour je suis vraiment heureuse d'enfin avoirs pu voir votre site j en ais beaucoup entendue je suis amamn de 26 ans d'un petit garçon qui s appele axel qui a 5 ans et nous avons du tout quitter pour venir ici a tours pour une bonne prise en charge j aimerais vous raconter notre histoire si elle vous interes gros bisous et encore tout mes encouragement et on continu MERCI !!! Melie


rachida       78       Parents/Proches   
le mur

hallucinant.... J'ai 5 enfants tous differents . Je combat chaque jour l'autisme, je m'informe, je me forme, je lis , je photocopie, je transmets mes infos à l'école à l'avs... Il y a un mépris des politiques, des lois (2005) obligation de scolariser les enfants autistes ou ted mais pour quelques heures avec souvent une avs non formé , non professionnaliser, non reconnu. Les prises en charge en libérale souvent ne nous permettent pas de reprendre un emploi, nous devons nous parents subir des formalités administratives un temps fou à monter des dossiers pour obtenir une aide alors que le temps est compté pour nos gamins. Nous sommes livrés à nous même , nous dérangeons . On ne demande pas de compassion , simplement les moyens et la dignité pour nos enfants , une prise en charge que d'autres pays ont déjà mis en place depuis au moins 30 ans. Vive la France pays de la sécurité sociale Soutien à Sophie Robert qui a mis le point sur un problème sanitaire. Nos enfants aujourd'hui sont les adultes de demain Manifestation le 8 decembre


Isabelle       95       Autres   
le mur

A quand une médecine "intégrative" du meilleur? Je m'intéresse à l'autisme depuis plus de 30 ans et je me réjouis de ce type de documentaire Bien à vous, IA


valerie       69       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, ce documentaire est révélateur de l'attitude du monde médical vis à vis de l'autisme et de l'abandon des parents d'enfants autistes. Quelle tristesse , j'ai le cœur serré pour eux et j'ai honte pour ces "professionnels


JEANNE       35       Professionnel de santé   
le mur

SUITE A VOTRE REPORTAGE je voulais apporte mon temoignage j'ai travaille plus de36 ans en hp surtout en h de jour aupres de jeunes enfants autistes 3ans a 10 ans apres des annees ou nous etions dans l'attende de l'emergence du desir ;la psy a evolue toute l'equipe medicale a ete forme aux nouvelles methode" PECS "j'ai vu aupres des enfants des troubles diminues voir disparaitretel que la peur de l'exterieur des bruits les angoisses lors de tout changements peur de l'autre ;mais cela demande enormement de travail et de moyens il ne faut pas oublie le coutdela formation de l'equipe et de la famillemais le resultat est surprenant que de plaisir de voir une famille qui pendand des annees n'avait plus de vie sociale vivant en premanance chez eux sans contact avec l'exterieur ;grace a des images cette meme famillle pouvant aller faire des courses se promener sans que ça provoque des terreurs aupres de leur enfant juste une chose arreter de tirer sur la psy !! il ya des etablissements qui font BIEN LEUR TRAVAIL


fleurs       30       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, Super doc. Il manque juste d'ajouter que les autistes adultes français sont "exilés" en Belgique faute de personnels qualifiés en france. Cordialement


E       69       Professionnel de santé   
le mur

Ce magnifique reportage rappelle les principales caractéristiques qui rapprochent la pensée psychanalytique d'une pensée religieuse et/ou sectaire : 1. l'absence de tout fondement scientifique de ses théories et de son efficacité 2. la stigmatisation/le dénigrement de cette même science 3. le culte du Livre ou des Livres fondateurs (Freud, Lacan...) 4. L'exégèse et la variabilité d'interprétation de ces textes 5. le dogmatisme/refus de la critique


stephanie       22       Autres   
le mur

merci beaucoup trés informatif je l'ai trouvé passionnant et l'intervention de Me Zilbovicious est trop courte !!!


claude       39       Professionnel de santé   
le mur

montre a quel point l emprise de la psychanalyse n est plus tolérable pas plus que n a été son efficacité a part sur les psy eux meme av la tte puissance jouissive de la parole qu ils avaient sur des professionnels que ça rassurait, meme si d aucun se sont coltiné en i.m.e. des autismes grace a la psychanalise comme gardefou, mais que le peu de résultat pouvait dans le tps rendre maltraitant! en clair faudrait la psychanalise pour déculpabiliser les éducateurs qui feraient bien de se former aux méthodes de stimulation active qui donnent des résultats! Pour avoir travaillé en ime dès 1971 avec des autistes et des psychanalistes mais ayant eu la chance de pouvoir avec d autres spécialistes considérer autrement la prise en chage des autistes, j ai été surpris de réentendre ce que je considère aujourd hui comme des aneries savantes mais dont les énoncés devraient choquer ceux la meme qui les prononcent tellement ce n est plus d actualité ni en lien avec les problèmatiques des syndromes autistiques!


Monique       44       Professionnel de santé   
le mur

J'ai trouvé ce documentaire très intéressant tant sur le plan de la psychanalyse que sur le plan de la génétique. Je trouve, comme je l'ai entendu dans le journal de la santé tout à l'heure, qu'effectivement il y a danger à vouloir enfermer la mère dans un rôle tout puissant. Car dire que la relation de l'enfant à sa mère est la seule responsable de l'autisme est de l'ordre de la toute puissance. Ce psychanalyste qui parle de la mère "nature" et du père "culture" ferait mieux de refaire sa psychanalyse car il semble avoir un sérieux problème avec "Dame nature !". Que craint-il, qu'elle dévore Monsieur Culture ? Ca fait froid dans le dos ! Je lis "les vilains petits canards" de Cyrulnik et son approche est intéressante, car il n'enferme pas le pathologique dans un seul domaine et de plus il parle de possibilités de "réparer" certaines erreurs de comportement qu'aurait pu avoir la mère dans sa relation à l'enfant. Il dédramatise et déculpabilise les parents ce qui est bon pour l'enfant. Merci à vous et j'espère que ce documentaire ne sera pas interdit comme il semble que 3 des psychanalystes interrogés le demandent. Bon courage à vous; Monique Ponseel


Hervé       75       Autres   
le mur

On pourrait taxer ce documentaire de subjectivité, il n'en demeure pas moins criant de vérité. Tout le problème de la science est sa remise en question dans une évolution pourtant inexorable. je passe moi-même beaucoup de temps à réfléchir et à mettre au point des méthodes effectives. La science ne serait rien sans l'empirisme. l'inverse est beaucoup moins vrai. Autrefois l'église enfermait ou assassinait des scientifiques novateurs, aujourd'hui le lobbying civil a remplacé l'autorité chrétienne. La fin du documentaire a un côté effrayant car il montre bien l'impuissance et une certaine incapacité de la psychiatrie face à l'autisme. Bien que mon propos n'est en aucun cas de vilipender gratuitement la psychanalyse, néanmoins le principe de remise en question est un inconfort insupportable sur lequel se rejoignent, en France, la psychiatrie et l'enseignement public. Tant que la résignation n'est pas une obligation, il y a heureusement des gens pour faire bouger les lignes. Bravo à Sophie Robert…


Sylvie       31       Autres   
le mur

J'ai regardé avec beaucoup d'intéret ce documentaire. J'ai LA CHANCE d'accompagner un enfant avec autisme pour la troisième année en milieu scolaire .C'est un enfant extra-ordinaire,qui progresse tous les jours et obtient d'excellents résultats. J'ai trouvé les propos des psychalistes sidérants,stuféfiants et effrayants. Ils parlent de SUJET et non de PERSONNE,ils"abdiquent l'idée de progression"(sic)...(J'ai bien noté la protestation du docteur Naouri que je tenais en effet pour quelqu'un de très humain et dont les propos me surprenaient. L'éternelle culpabilisation de la mère,qui vaut aussi pour toutes les formes de troubles du développement,me semble en effet destructrice et sans aucun effet thérapeutique. Il est plus facile de trouver des coupables que d'aider ces enfants, ces familles à vivre un quotidien difficile mais aussi d'une grande richesse sur le plan humain.C'est malheureusement, trop souvent, un combat pour obtenir une scolarisation en milieu ordinaire et c'est pourtant par là que l'on obtient la socialisation d'un enfant quel qu'il soit. Je ne peux que souhaiter courage et détermination à tous ces parents eux aussi extraordinaires!


Sonia       47       Professionnel de santé   
le mur

Bonjour, Tout d'abord merci pour votre documentaire qui est très bien réalisé. Je suis psychologue et travaille au sein d'une maison d'accueil spécialisée (MAS) accueillant spécifiquement des adultes atteints d'autisme en Gironde. Nous travaillons avec des méthodes comportementales (TEACCH, PECS et un peu d'ABA)avec les moyens disponibles au sein de notre structure. Je suis venue sur votre site suite au reportage dans le magazine de la santé sur france 5. Je ne suis malheureusement pas surprise du discours analytique que l'on entend régulièrement lors de rencontre ou d'échange avec d'autres collègues ou structures (qui nous renvoient le dressage que nous faisons!). Toutefois, je tiens à témoigner des difficultés des jeunes que nous accompagnons (qui n'ont pas les compétences de Guillaume (si je ne me trompe pas de prénom) mais qui présente une évolution très intéressante (mais beaucoup plus longue et complexe que lorsque l'on travaille avec des enfants jeunes). La psychanalyse a la dent dure et présente un discours mielleux de consensus actuellement qui ne reflète absolument pas les pratiques de terrain. J'espère que les parcours de vie des jeunes atteints d'autisme et de leur famille vont pouvoir changer dans le futur. J'espère en tout cas que des documentaires tels que le vôtre vont aider à cela. Merci en tout cas de la qualité de celui-ci. Sonia Sowa PS : allez-vous faire une sortie DVD? et si oui, où pouvons-nous nous le procurer?


christelle       11       Parents/Proches   
le mur

mère d'un enfant autiste, je suis scandalisé par les propos de ces psychanalistes.Ils prennent pour argent comptant tous ce qui est écrit par des anciens psychanalistes sans jamais les remettres en cause.Il est évident qu'ils ne souhaitent pas que ces enfants progressent, mais plutôt qu'ils régressent afin de remplir les centres psychatriques et in fine, qu'ils disparaissent du paysage. Par la même occasion, ils assurent leurs revenus en ne foutant absolument rien ( je parle pour ceux qui reste sur le fauteuil en attendant que l'enfant émette un son ou une réaction). Je trouve scandaleux que la sécurité sociale continue à financer des personnes qui visiblement n'apporte rien aux enfants. Par contre la sécurité sociale devrait faire du ménage dans les hôpitaux de jour, IME,etc...en ne leurs octroyant pas de financement, pour ceux qui n'applique pas les bonnes méthodes déjà éprouvé.J'invite tous les parents et professionnels à demander un audit à la sécurité sociale, pour qu'elle fasse le point sur les bonnes ou mauvaises méthodes de traitement, afin que la sécu prenne les bonnes décisions sur la prise en charge de ces enfants.Je pense que les grandes associations pour l'autisme doivent se rassembler et nommer un représentant afin qu'il défende auprès de la direction de la sécurité sociale les intérêts des enfants et démontrer que ça revient moins chère pour la société, sur le long terme, un enfant qui deviendrait autonome dans sa vie d'adulte grâce aux bonnes thérapie. merci


Karine       75       Parents/Proches   
le mur

j'ai trouvé ce documentaire aussi intéressant qu'édifiant. Dans quel siècle ces spécialistes vivent-ils? Heureusement que le bonus redonne un peu de beaume au coeur pour une meilleure compréhension de la maladie. Je suis encore sous le choc car tout ce qu'on voit est tellement lourd de conséquences tant pour le développement de ces personnes autistes que pour leur entourage, et des solutions pour améliorer leur accès à l'autonomie existe ! Ca me rappelle un peu la façon dont les trisomiques étaient vus il y a 20 - 30 ans... Merci à votre documentaire, j'espère qu'il sera vu !


marina       30       Autres   
le mur

merci pour ce documentaire. J'ai fait suivre à plusieurs amis, parents d'enfants autistes. Je suis une grande admiratrice de F. Dolto qui avec le bon sens arrivait à aider des enfants en adaptant la psyché analyse.


René       91       Autres   
le mur

Je suis atterré par les témoignages des psychanalystes. Ils semblent contemporains de Bettelheim. Je me demande si l'échantillon de psychanalystes qui sont dans le film est représentatif ? un rappel des thérapies comportementales aurait été le bienvenu dans le bonus. Bravo pour le film et le bonus.


didier       31       Autres   
le mur

Excellent documentaire. La psychanalyse ne devrait exister que pour satisfaire la curiosité intellectuelle de certains et non en tant que thérapie comme a pu le prouver une étude récente il y a quelques années de l’INSERM sur l’efficacité comparée de trois types de thérapie (dont la psychanalyse). La psychanalyse vit selon moi ces derniers instants en tant que thérapie car suite au livre noir de la psychanalyse ainsi que du livre de michel onfray "crépuscule d'une idole" beaucoup de gens ont enfin ouvert les yeux sur cette pratique obsolète. Il serait enfin grand temps que les psychanalystes cessent d'envahir nos universités en france


didier       31       Autres   
le mur

Excellent documentaire. La psychanalyse ne devrait exister que pour satisfaire la curiosité intellectuelle de certains et non en tant que thérapie comme a pu le prouver une étude récente il y a quelques années de l’INSERM sur l’efficacité comparée de trois types de thérapie (dont la psychanalyse). La psychanalyse vit selon moi ces derniers instants en tant que thérapie car suite au livre noir de la psychanalyse ainsi que du livre de michel onfray "crépuscule d'une idole" beaucoup de gens ont enfin ouvert les yeux sur cette pratique obsolète. Il serait enfin grand temps que les psychanalystes cessent d'envahir nos universités en france comme c'est malheureusement le cas actuellement


michel       77       Professionnel de santé   
le mur

A LA RECHERCHE DE LA PIERRE DE FOLIE En Flandre, au XV è siècle, la folie se loge à l'avant du front. Peter Bruegel l'ancien, et Jérome Bosch en ont donné des représentations franchement humoristiques: « conformément au thème longtemps familier à la satire populaire, la folie apparaît ici comme la punition comique du savoir et de sa présomption ignorante. » On peut se demander si cette croyance moyenâgeuse ne perdure pas de nos jours, ou de façon moins brutale, certes, grâce à une imagerie spectaculaire et qui parle à notre imagination, on persiste à démêler les neurones. Une fois de plus les images sont au premier plan, créant l'illusion que les explications sont superflues, parlant d'elles-même. Mais de quoi ? Qu'enfin on va déloger la pierre de folie ? Ou s'agit-il de la vitrine d'une « industrie » du cerveau humain ? Si cette pierre a rejoint celles qui pavent les chemins de la connaissance, la folie en revanche est passée du visible à l'invisible. Tandis que Michel Foucault, le philosophe explorateur, explique son « effacement », la folie est mise en pièces par la science. Les laboratoires de neuro-imagerie cognitive envahissent le terrain fertile de la maladie mentale. Les échecs de la Phrénologie ne laisseront comme souvenir que la « bosse des maths », matière dominante dans l'étude de la conscience par les neurocognitivistes, et essentielle dans la recherche voisine de l'intelligence artificielle L'informatique et ses algorythmes , comme modélisation du fonctionnement neuronal, rêve un jour de créer la machine, le robot capable de l'autonomie qui nous est propre. La mise en équations des comportements, la découverte des circuits associés, par l'imagerie, et des sites d'action des médicaments, promettent des beaux jours à une industrie, dont les implications économiques ne font aucun doute. Les troubles envahissants du comportement, un tiroir qui permet de ranger des enfants en difficulté, et d'y entasser des bénéfices pour certains laboratoires pharmaceutiques (Ritaline) Les classifications nosographiques des maladies mentales devront s'adapter aux nouvelles technologies. L'autisme, par exemple fournit des images, des preuves, de certaines anomalies, là où il n'y a a pas de modèle clinique type. On connaît tous Raymond, Dustin Hoffman dans Rain Man de Barry Levinson, ce génie singulier et ses dons au casino, atteint du syndrôme d'Asperger, apparenté à l'autisme. On se souviendra moins de Sabine, la soeur de Sandrine Bonnaire, dans son film « elle s'appelle Sabine », une vision moins hollywoodienne sur le parcours difficile de cette jeune femme dans les méandres des institutions psychiatriques. Le diagnostic d'autisme à un certain âge n'est souvent plus vrai quelques années plus tard. Il s'agit presque toujours de formes dites Atypiques, hors de la classification. « L'archipel de l'autisme est un groupe d'îles éparpillées dans la même région au milieu de la mer de l'existence humaine » Dans ce documentaire dont on comprend parfaitement la ligne directrice, tout se termine enfin pas de vraies explications, avec des images, un tableau et un médecin en blouse blanche, et le « dressage » annoncé des enfants, la seule voie pour donner le change.


Sonia       76       Parents/Proches   
le mur

Je suis maman d'un enfant atteint du syndrome d'asperger, et tout est si juste dans ce documentaire.C'est du vécu, l'incompétence des psychologues et des psychiatres. Souvent on se sent seul, et pourtant, il y a beaucoup de parent dans notre cas. Merci de donner un bon coup de pied dans la fourmilière!! Et oui les méthodes comportementales, le PECS fonctionnent!!!


karine       97       Parents/Proches   
le mur

dire a ses psy de revoir leur copie et de se former et de vs informer au prés de vrai professionnels américain et canadien maman d un enfant autiste qui est scolariser en Ulis il a13 ans bien intégré au collège prof super motiver il est bien dans sa famille il progresse dans la communication grâce a l orthophoniste redire a ses psy nous sommes en l an 2011 nous vivons a la Martinique les prises en charges sont difficiles a obtenir mais nous nous battons ai on y arrive salutations atouts et bon courage atouts les familles toucher par l autisme


karine       97       Parents/Proches   
le mur

dire a ses psy de revoir leur copie et de se former et de vs informer au prés de vrai professionnels américain et canadien maman d un enfant autiste qui est scolariser en Ulis il a13 ans bien intégré au collège prof super motiver il est bien dans sa famille il progresse dans la communication grâce a l orthophoniste redire a ses psy nous sommes en l an 2011 nous vivons a la Martinique les prises en charges sont difficiles a obtenir mais nous nous battons ai on y arrive salutations atouts et bon courage atouts les familles toucher par l autisme


Agnès       78       Autres   
le mur

Les propos de ces psychanalystes sont édifiants, mais le pire est de découvrir leurs postes, leurs responsabilités auprès des enfants, et donc leur pouvoir de nuisance. Heureusement qu'on rencontre aussi beaucoup de professionnels, y compris pédo-psychiatres, qui n'accablent plus les mères et avancent des explications biologiques dont ceux de la chercheuse Inserm. Pourquoi avoir choisi de ne pas faire intervenir cette chercheuse dans le film et l'avoir réservée pour les bonus? Et de ne pas avoir plus expliqué le fonctionnement des méthodes pratiquées ailleurs?


Cédric       69       Professionnel de santé   
le mur

Je suis profondément attristé par cette communauté psychiatrique française, si attachée à la psychanalyse qu'elle préfère croire en des histoires mythiques jamais démontrées plutôt qu'en la science à laquelle elle a pourtant été formée et pour laquelle les patients la consultent...A quoi bon faire 12 ans d'études si c'est in fine pour ce réfugier dans une religion ? Agir comme un prêtre dans une blouse scientifique est une posture fallacieuse fort peu respectueuse du patient.


Solange       33       Autres   
le mur

Le documentaire est flippant : heureusement que la médecine et la science ne restent pas bloqués sur des "principes établis"... Je suis un petit garçon autiste depuis près de 3 ans. Ses progrès sont bien réels. En pleine campagne, seule la méthode des 3i est possible : l'enfant est dans sa salle de jeux et nous nous suivons toutes les heures pour qu'il change d'interlocuteur et enrichisse ses interactions. Ce qui me fait réagir, c'est que, si on écoute les psy, un enfant est autiste parce que sa mère a voulu le tuer ou de violer (inconsciemment) pendant sa grossesse ou la petite enfance ? Mon bonhomme a un frère jumeau, vrai jumeau... Pourquoi n'est-il pas autiste ? Bien sûr, au départ, nos séances de jeu ont été difficile, N. fuyait notre regard et ne supportait pas qu'on s'approche de trop près. Aujourd'hui il parle, est scolarisé à mi-temps. Non seulement N. est heureux (quel bonheur !) mais ses frères et ses parents ont eux aussi bénéficié de la thérapie : enfin des nuits (très vite) et des vacances en famille. Je n'ai pas assez de recul pour pouvoir dire si N. sera un jour complètement guéri. En attendant, comme toutes les interactions lui demandent des efforts, il a développé des capacités cognitives étonnantes qui me font dire que tous les autistes sont des asperger en puissance ? Merci pour les bonus qui donnent des pistes au lieu de considérer que suivre un autiste est aussi passionnant que suivre une bulle de savon... Je ne parle pas du passage sur l'inceste in utéro plus grave que les incestes des pères sur leurs filles... Je suis certaine d'une chose, je ne confierais jamais un gosse à un psychalanyste !


MARIE-HELENE       40       Parents/Proches   
le mur

on délire en entendant ces propos lorsqu'un psychaniste parle de lardon en parlant d'un bébé c'est lui qui devrait se retrouver en psychaniste pour ces professionnels (dit) je me demande si on ne revient pas au moyen-âge ils n'ont pas la science infuse et avoir une ouverture sur les autre pays pourrait leur faire le plus grand bien un professionnel qui ne se remet pas en question est nocif pour ses patients heureusement que nous avons en tant que parents fait de l'éducative notre fils termine cette année le lycée


carole       26       Parents/Proches   
le mur

J'ai qu'une chose à dire : AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH. J'ai envie de hurler, ça me donne mal au ventre d'entendre ce genre de chose. SCANDALEUX il y a pas d'autre mot ! Je comprend maintenant que des parents tu leur enfant et se suicide apres avec de tel praticien il y a de quoi se jeter par la fenetre !


danielle       40       Parents/Proches   
le mur

Merci pour la diffusion de ce documentaire qui montre toute la difficulté de la progresion des neuro-sciences et des TCC dans l'approche des troubles autistiques en France face au lobby des psychanalistes "purs et durs" !


marie-therese       75       Parents/Proches   
le mur

TRES INSTRUCTIFMON NEVEU AANTOINE EST AUTISTE PROFOND COMME LEJEUNE ADOLESCENT NE PARLE PAS A PRIS BEAUCOUP DE RETARD AVEC L ABA MAIS CELA LUI A PERMIS D EVOVOLUER IL A 14 ANS ET APRES CE FILM JE TROUVE LES PSYS IMPUISSANTS ET DELIRANTS FACE A L AUTISME ET VOILA POURQUOI EN FRANCE ON APRIS BEAUCOUP DE RETARD ENCOURAGEONS LA RECHERCHE A PARTIR DES SCIENCES NEURO COGNITVES ET GENETIQUES BRAVO A LA NEURO RADIOLOGIE IL FAUDRAIT FAIRE UNE EMISSION COMME LE TELETHON POUR STIMULER LES CHERCHEURS VOIR LE COMPTE RENDU DE LA HAD QUI A FAIT LA SYNTHESE DEPUIS 2000 SEULEMENT MTHB


Nicole       16       Autres   
le mur

Bravo! Tous nos membres souffrent (les familles de dyslexiques et autres dys) d'un archaïsme et d'une dictature lacanienne (commode et lucrative) qui refusent l'évolution des neurosciences et de l'IRM fonctionnelle. Ce documentaire reflète le plus gros problème de France (si fière de ses exceptions coûteuses et sectaires),soient l'inexistence des formations efficaces en pluridisciplinarité, et l'enfermement théorique. Nous avons nous aussi constaté , que certains professionnels maintiendraient leur clientèle dans un état de dépendance et de "déficience" qui servirait admirablement un fond de commerce, plutôt que de se remettre en question scientifiquement. Que Monsieur Aldo Naouri , si plein de bon sens et de talents, se rassure! Il est difficile d'assimiler ses propos au dogme psychanalitique pur et dur, nous avons fait la différence! Ce n'est que la proximité du montage qui pourrait éventuellement permettre une assimilation, défaut lié à la rapidité de captation du langage (un mal de l'époque, les raccourcis des médias). Sophie Robert a le mérite de s'être attaquée à un sacré challenge, avec des qualités et des imperfections, elle soutient humainement ces familles qui sont méprisées par les sachants, et ces petits qu'on stigmatise en leur volant leur enfance. Nous souhaitons beaucoup de courage à tous ces parents qui luttent. Eux seuls peuvent gagner le combat contre une pseudo féodalité intellectuelle d' élites, qui vit confortablement de "pauvres ignorants".Merci pour ce travail qui a l'immense mérite d'exister.


yves       64       Autres   
le mur

Merci et félicitation pour ce travail d'investigation qui nous rappelle que les vrais journalistes existent encore. Pour ce qui me concerne j'avais un a priori instinctif sur la psychanalyse qui me paraissait plus tenir de la pensée magique et de l'effet placébo, que de la véritable science. Mais j'étais bien incapable de formaliser et d'argumenter rationnellement cet a-priori. Aussi lorsque j'ai lu le « crépuscule d'une idole-l'affabulation freudienne » de M. ONFRAY, ce jugement c'est trouvé confirmé par le travail et l'argumentation du philosophe. Ce livre m'a notamment permis de découvrir la publication antérieure du livre noir de la psychanalyse (2005), traitée à l'époque par la majorité de la presse bien pensante de pamphlet contre Freud et la psychanalyse pour faire l'apologie des TCC (thérapies comportementales cognitives). M.O dit lui-même qu'il ne l'a pas lu dans un premier temps, aveuglé par ce travail de propagande et « cet air du temps », et il explique comment il a été « déniaisé » . Si M.O, dont on connait la puissance de travail, l'esprit critique et la méfiance sur tout ce qui touche aux idoles et aux mythes construits par la pensée dominante, a pu être abusé un certain temps, on n'est plus étonné que la « psychanalyse » continue de résister malgré les progrès déterminants des sciences du cerveau. Ce qui frappe dans ces 3 évènements (livre noir, livre de M.O, reportage « le mur »), c'est la haine et les méthodes malhonnêtes montrées par les défenseurs de la psychanalyse et les relais que ceux ci continuent à avoir chez les psychiatres, que leur formation scientifique et médicale devrait normalement rendre plus prudents. Ce qui me scandalise c'est que l'institution confie souvent l'avenir de ces enfants autistes à de tels charlatans. Je conseille donc la lecture du livre de M.O à toutes les personnes touchées par ces drames. Si la lecture de l'ouvrage complet peut rebuter certain, la seule préface suffit à elle seule à poser l'ampleur et la puissance de l'affabulation Freudienne.


julia       64       Professionnel de santé   
le mur

Je regrette qu'encore une fois soient mises en opposition les approches psychodynamiques et les méthodes cognitivo-comportementales alors que cela fait plus de 30 ans que certaines équipes de soins (cf par exemple Mme Marie-Dominique Amy)conjuguent ces 2 modalités avec des résultats très satisfaisants .


BRAVO LA FRANCE       12       Parents/Proches   
le mur

Des vieux qui vont bientôt aller dans leur tombe et qui disent des choses absurdes pour culpabiliser les parents ! Parents, ne prêtez pas attention à ces imbéciles et allez de l'avant avec de l'espoir pour vos enfants extra ordinaires !


marie-thérèse       54       Parents/Proches   
le mur

je ne comprend pas que l'on dise qu'un enfant autiste a été rejeté par sa mère, ma fille a désiré mon petit fils dans la joie et le papa(médecin) était très heureux aussi Matthieu a des troubles autistiques, il a parlé tard, il a quelques difficultés en classe est un peu réveur mais a des dons artistiques,


isabelle       67       Autres   
le mur

on prête à la réalisatrice des intentions qu'elle n'avait sûrement pas.la psychanalyse est attaquée depuis pas mal de temps et si elle avait admis ses limites et ses erreurs elle le serait nettement moins : les fautes qu'elle a globalement commises à propos de l'autisme la déconsidère car combien de vies gâchées et de familles brisées à cause du dogmatisme de la psychanalyse française en la matière.ses promoteurs que l'on voit dans le film terminent le travail tant ils apparaissent stupides, incompétents, intellectuellement malhonnêtes et même j'en foutistes.La psychanalyse mérite vraiment mieux que d'être détournée par une armée de pseudo gourous à l'ego bien défaillant ou sur dimensionné. La réalisatrice fait oeuvre de salut public car ce sont des vies d'enfants et de leurs familles qui sont en jeu..que les psychanalystes qui sont sérieux, intellectuellement honnêtes continuent d'exercer et de faire évoluer le champ psychanalytique dans le domaine où la psychanalyse peut apporter quelque chose mais que tous ceux qui interviennent dans le film aient un peu de décence et cessent leurs activités : le pire étant la pimbêche stupide, arrogante et sèche comme une trique qui affirme derrière son masque vitrifié par la chirurgie plastique que "l'inceste paternel ça rend les filles débiles." courage aux parents et aux enfants :une enseignante que la psychanalyse jungienne a sauvé mais qui fort heureusement n'était pas autiste


maguy       83       Professionnel de santé   
le mur

je suis sidéré du langage des psychanalyste interviewé mais pas du tout étonnée leur explication des causes de l'autisme est fumeuse ayant travailler en institution pour enfants handicapés, j'ai constaté que la psychanalyste n'y a pas sa place car basée sur le langage elle n'a pas sa lace aussi dans les CMPP ou les CAMPS où son accueillis les enfants très jeunes et ou on trouve des psychanalyste que prennent en charge les enfants sans se préoccuper des parents (ils ne sont pas du tout mis au courant de ce qui est fait) tout enfant en souffrance doit se comprendre dans son système et non en dehors de sa famille professionnel de la psychothérapie et thérapeute comportemental, j'ai été confronté aux lobbies psychanalytiques et leur dictature dans les institutions hospitalières et dans le média, propageant leur vision du monde ou nul espoir n'est permis ("cette personne restera comme cela toute sa vie avec cette souffrance") alors que les méthodes thérapeutiques ont évolué que les traitements sont possible et trés efficace mais ça leur est insupportable car eux-même n'ont pas de résultats probants (voir étude de l'INSERM sur l'évaluation des psychothérapies en 2004 dont les psychanalystes ont exigé le retrait) le monde change mais pas eux


Elisabeth       17       Autres   
le mur

Bravo pour ce documentaire très bien réalisé


dominique       62       Autres   
le mur

c est genial


Heidi       93       Autres   
le mur

CHOQUEE !! Comment des professionnels peuvent ils oser avoir un tel discours ? Ils peuvent toujours remettre en cause le montage, ça ne change rien, les paroles prononcées n'ont pas été falsifiées que je sache! Ce sont eux les "débiles" !! Il faudrait peut être envisager d'imposer une interdiction d'exercer pour certains professionnels, non ?! Je ne suis pas concernée par ce trouble neurologique, mais les personnes concernées et leurs proches ont tout mon respect et mon admiration.


PETIT       93       Parents/Proches   
le mur

Je les plains ces psy.


clalybeally             Parents/Proches   
le mur

who will be champions evro2012? v i a g r a from canada


Véronique       59       Autres   
le mur

Bravo pour ce documentaire très intéressant ! C'est triste et effrayant de constater que certains tiennent encore des propos d'un autre temps et qu'ils ont pignon sur rue. J'ai une pensée pour toutes les familles qui doivent affronter cela quotidiennement. La psychiatrie devrait être capable de se remettre en question ! Cela me semble essentiel ...


Michel       94       Professionnel de santé   
le mur

je ne l'ai pas encore vu, mais je sais, après avoir lu le livre sur Bettelheim de Richard Pollack que la psychanalyse est une imposture, surtout dans le domaine de l'autisme. Pourquoi vous mettre à dos une corporation intégriste, rétrograde et religieuse ? Le mieux est de les ignorer... à moins que vous ne vouliez finir sur un bûcher...


michel       33       Autres   
le mur

Lorsque l'enfant est totalement pris en charge, par son environnement social, familial, par des personnes intéressées et compétentes à tous degrés ses troubles s'atténuent et disparaissent plus ou moins. Pour des "Psys", je refuse et ne ne leur tire pas mon chapeau. Devant ou face à tant de manque ou d'absence de compétences... Il y a de quoi monter en révolte et sûrement refuser cette mayonnaise ultra, archi- périmée et toxique de façon irresponsable et dangereuse.


nathalie       89       Autres   
le mur

Ce qu'on voit dans ce documentaire est effarant! Il montre bien le retard de certains professionnels de santé vis-à vis de l'autisme. Heureusement qu'il y a les bonus pour se rassurer un peu!!! J'ai déjà eu par deux fois l'expérience de parents désemparés car les médecins, pédiatres et autres leur disaient qu'il fallait attendre, que leur enfant aller grandir... Mais les parents sont les mieux placés me semble-t-il, avec les enseignants, pour voir que quelque chose cloche dans le comportement d'un enfant et ils ont besoin de trouver des réponses. Heureusement, il y a les associations de parents. Moi-même, je suis désemparée par le système qui fait que je passe un an au moins, quand j'ai réussi à convaincre les parents, à monter le dossier et à obtenir une aide, sous la forme d'une a.v.s qui va certes me soulager dans mon travail, ou plutôt soulager le collègue suivant, mais qui n'a ni la formation, ni le temps de prendre en charge un travail si difficile. Pourquoi ne pas former des enseignants et les faire intervenir dans les classes? je me sens un peu seule et je suis obligée de me former comme je peux pour l'aider. Merci pour votre documentaire et bon courage à tous.


Thomas       75       Autres   
le mur

L'ensemble des commentaires de mères d'autistes ne montre pas une grande capacité à la remise en cause... Certes, le discours des psychanalystes ne doit pas être facile à entendre pour vous. Mais quand la seule réponse que vous leur faites est qu'ils sont fous, archaïques, dépassés par la science moderne, quand vous affirmez qu'ils accusent les pauvres mères de tout et de son contraire, vous ne faites que confirmer ce qu'ils affirment : au début de l'histoire d'un enfant autiste, on trouve en général une mère rigide (incapable de la moindre remise en cause), utilisant son enfant pour réaliser ses propres fantasmes de toute-puissance. Ce documentaire montre que le discours des psychanalystes est posé et construit. La documentariste avait préparé des questions dans le but de les déstabiliser. Il aurait été intéressant de voir le propre visage de la documentariste (qui reste caché...) quand elle s'aperçoit qu'aucune de ses questions n'a l'effet qu'elle espérait : tourner les psychanalystes en ridicule. Mères d'enfants autistes, répondez une par une aux affirmations des psychanalystes, avec si possible, un discours aussi posé et construit que le leur. Quand vous ne faites que répondre par la moquerie, et la foi aveugle dans ce que vous appelez un "consensus" de la "science moderne" (consensus qui n'a jamais existé, ce documentaire ne fait que le prouver (à moins d'exclure par définition les psychanalystes du certificat de "scientifique moderne")), vous ne faite que confirmer ce qu'ils affirment. Certes, le discours des psychanalystes est parfois intransigeant. Demandez-vous pourquoi. A quoi est conduit un psychologue, un observateur neutre, quand il se retrouve face à des mères montrant tant de hargne? On ne peut pas sauver un enfant autiste en demandant gentiment à sa mère si elle veut bien accepter qu'on l'éloigne un peu de son enfant en souffrance, en lui demandant gentiment si elle veut bien se remettre un peu en cause. Si on n'est pas ferme avec ces mères hargneuses, l'enfant autiste n'a aucune chance de s'en sortir. Dernière chose : s'il y a bien un discours ridicule, c'est celui de prétendre prouver que le discours adverse est faux avec un seul contre-exemple (la famille en forêt avec la mère gentille et dynamique sous fond de musique douce et gentille). A ce petit jeu on peut opposer beaucoup d'autres exemples. Il y a moins de deux semaines par exemple, à Martigues, une mère dépressive tue son fils autiste et se suicide : http://www.lepost.fr/article/2011/11/13/2636914_martigues-une-mere-de-famille-tue-son-fils-autiste-et-se-suicide.html


Jacqueline       75       Parents/Proches   
le mur

Film et bonus remarquables....merci aux Associations de faire tant de bonne information sur l'Autisme, puisse-t-elle faire évoluer les prises en charges vers plus d'éducatif et débloquer des places en "milieu ordinaire" tout en formant plus et mieux les AVS.


gino       26       Autres   
le mur

Bravo à la réalisatrice de ce documentaire. J’ai découvert ce film lors d'une interview de la réalisatrice, que j'ai trouvé intéressante et pertinente et qui m'a donné envie de le voir. Et ce film et son bonus sont intelligent et passionnant. Ce qui est très intéressant dans le premier film c'est de comprendre comment les psychanalystes et certains psychiatres interrogés, construisent des hypothèses à partir de leurs croyances théoriques. Dans ce sens ils sont plus prêts de prêtre, que de chercheurs en science. Les propos qu'ils tiennent sont hallucinants et parfois stupides. Leur but est de faire entrer dans la grille selon leurs modèles, les discours qu'ils ont à propos de l'autismes, sans tenir compte de la moindre démarche scientifique sérieuse contemporaine. Pire il la rejète. Un des exemples frappant à ce sujet, c'est ce psychanalyste qui justifie sont discours à propos du placenta, argumentant l'exemple d'un biologiste qui aurait découvert qu'il est constitué des gênes du père ? Sans d'ailleurs savoir si cette hypothèse et confirmée ou infirmée, cela n’est pas précisé ? (Un biologiste qui aurait dit ou trouvé que, ne suffit pas à valider une hypothèse théorique, il faut bien d’autres preuves, quand on fait appel « aux sciences dures ») Mais dans tous les cas valider ou pas, cela ne justifie rien pour autant de son discours sur le mère coupable car nature et le père symbolique car culture. A croire qu’ils n’ont jamais lu Darwin et ne connaissent rien à la biologie actuelle évolutionniste.. Que dire de ce genre de choses si ce n'est que cela fait étrangement penser au créationniste de l'intelligent design qui utilisent le même procéder pour faire entrer la science dans la grille du champ religieux ? On peut faire le parallèle. Tous sont sortis des champs de la science pour celui de la croyance en leurs dogmes. Que penser de leurs compétences sur le sujet, tellement ils en savent peu, mais supputent beaucoup, surtout ? C’est dramatique pour les enfants dont ils s’occupent. Ils bavardent autour du langage qui est la constante dans ce documentaire (comme de la psychanalyse )et de ce qu’ils voient comme le seul élément de l’autisme. Loin de toutes autres approches alors qu’ils avouent leurs échecs et leur incapacité à faire évoluer quoi que ce soit . Aux questions simples que pose l’intervieweuse face aux incohérences théoriques qu’ils donnent à entendre, que de silences gênés et de réponses évasives et si peu cohérentes,? ,Tout cela c’est du bric à brac théorique. A. ce stade leur but n'est plus de "soigner" mais seulement de conforté leurs positions sociales. C’est donc tout le contraire d’une démarche scientifique sérieuse. Je suis aussi certain que ce n'est pas tous les psys qui sont dans cet état lamentable. Le bonus nous le démontre. Entre l’ésotérisme du premier film et la clarté du second il y a un monde , les seconds réfléchissent et cherchent alors que les premiers sont devenus des pavloviens coincé dans leurs approchent théoriques douteuses, incapables de démontrer une quelconque validité du modèle historique dont ils se réclament. . J’ai beaucoup apprécier l’interview en parallèle de la famille qui parle de ce qu’ils vivent. Bref ce n’est certainement pas la mère ni le père qui sont responsable de l’autisme. Mais certainement un problème biologique à la base qui est peut être accentué dans certains cas par le stresse des parents. Mais cela ne peut pas être une constante de la responsabilité de la mère ou secondairement du père comme c’est proclamé, tellement les cas et les situations différents.. Ce qui est marquant finalement, c’est l’arbitraire dans lequel se trouve plonger les famille d’autistes, selon qu’ils ont à faire à des chercheurs sérieux ou des illuminés . Ce qui ressort d’important c’est qu’un partie de la psychanalyse et psychiatrie en France est une devenue une religion non une science et donc ces approches théoriques sont à remettre sérieusement en question . la science n’est pas un miracle. , elle fait simplement avancer nos connaissances, contrairement aux croyances.


Sophie       13       Autres   
le mur

C'est une honte. Les propos des professionnels qui ont accepté de participer à ce reportages ne sont visiblement pas compris par vous mlle Robert. Que vous ne compreniez pas est une chose regrettable mais cela ne regarde que vous, ce qui en revanche est dramatique, c'est de véhiculer votre pensée d'une façon malhonnête. Vous avez réussi grâce à des coupures et autres montages tout au long de ce documentaire à rendre une image de ces professionnels comme étant totalement à côté de la plaque, détestables et limite pervers. Ce qui est fascinant c'est d'avoir si peu entendu le mot ''inconscient'' alors qu'il ne s'agit que de cela. Bravo pour cette performance dans le montage. Je ne vous cache pas que j'ai tout à fait compris que le but de ces découpages étaient de conforter votre pensée afin de l'exposer au plus grand nombre pour dénoncer ce que vous prenez pour la pensée psychanalytique, mais je ne sais comment vous avez réussi à ne toujours rien en comprendre. C'est le but d'exposer et de dire votre pensée sur le sujet de l'autisme, et c'est une bonne chose que de dénoncer ce que l'on trouve scandaleux, mais le soucis c'est que vous dénoncé quelque chose auquel vous n'avez rien compris. Vous qui dite connaitre la psychanalyse, vous êtes très décevante et ridicule auprès de tous les professionnels qui eux ont été formés. J'espère que vous aurez bientôt la capacité d'entendre autre chose de ces discours et ce dans votre propre documentaire et de ne pas rester aussi superficielle lorsque l'on aborde les question de "phallus" "mère dévorante" ou "faute". Il manque un chapitre à vos connaissance et c'est celui de l'inconscient. Je vous propose de diffuser sans coupure les propos de ces professionnels, je pense qu'on en verrai autre chose. Que je sois publié ou non n'a aucune importance, mais sachez remettre en question ce en quoi vous croyez si fortement. (Peut-être devriez vous maintenant faire de la politique, vous êtes extrêmement douée pour les montages mademoiselle et ce n'est pas de l'ironie, vous excellait.)


Corinne       12       Parents/Proches   
le mur

Maman adoptive d'un jeune adulte de 23 ans vivant avec autisme profond, cécité totale (absence d'yeux) et retard mental très important, je suis sidérée par la stupidité de ce que j'entends dans ce film de la bouche de psychanalystes ! Sidérée ! Il a fallu des années pour entendre enfin le diagnostic d'autisme, lorsque notre fils a eu 10 ans. Dès lors et jusqu'à 18 ans, il a pu bénéficier des méthodes TEACH (en Suisse, à Fribourg, puis à Genève) et cela l'a aidé, même s'il est évident que ça a été commencé trop tard. Malheureusement, depuis sa majorité, il ne bénéficie plus de cette méthode dans son atelier de jour (où il profite tout de même d'une ambiance familiale très chaleureuse et respectueuse). J'observe qu'il commence à régresser. Cela dit, ma fille est en master de psycho cognitive et clinique à Genève. Elle me dit que la psychanalyse ne lui a pas été enseignée, et que ses profs d'Uni s'en sont clairement distancés. Par contre, j'ai entendu hier une étudiante de Lausanne dire qu'elle n'avait jamais entendu dans ses études là-bas que l'autisme pouvait être de cause neurobiologique qu'elle n'a jamais non plus entendu parler dans ses études de TEACH ou PET, et qu'elle est tout étonnée d'entendre autre chose à Genève que "l'autisme trouve sa cause dans la relation à la mère". MERCI beaucoup d'avoir permis la vision de ce film sur internet. Qu'il soit encore largement diffusé ! Et vivement qu'on sorte de ces aberrations de pensées de psys à côté de la plaque, qui malheureusment ont eu et ont encore tellement de pouvoir pour casser des familles. Nous en savons quelque chose, ayant été vraiment extrêmement maltraités par la psychiatrie pendant le suivi de certains de nos enfants adoptés avec problèmes graves et handicaps divers. Nous avons tellement souffert, tellement perdu, même notre maison ... à cause de ce "tout pouvoir" aberrant donné par notre société à des psychiatres vivant dans une théorie hors réalité. Avec les méthodes TEACH et autres, de grands progrès sont apparus. Mais n'en faisons pas une idôlatrie non plus : restons humbles, "terre à terre" et proches de nos intuitions, pour ne jamais devenir comme ces psychanalystes à qui nous n'aimerions pas ressembler. Meilleures salutations et MERCI encore, une Maman parmi tant d'autres


Corinne       12       Parents/Proches   
le mur

Maman adoptive d'un jeune adulte de 23 ans vivant avec autisme profond, cécité totale (absence d'yeux) et retard mental très important, je suis sidérée par la stupidité de ce que j'entends dans ce film de la bouche de psychanalystes ! Sidérée ! Il a fallu des années pour entendre enfin le diagnostic d'autisme, lorsque notre fils a eu 10 ans. Dès lors et jusqu'à 18 ans, il a pu bénéficier des méthodes TEACH (en Suisse, à Fribourg, puis à Genève) et cela l'a aidé, même s'il est évident que ça a été commencé trop tard. Malheureusement, depuis sa majorité, il ne bénéficie plus de cette méthode dans son atelier de jour (où il profite tout de même d'une ambiance familiale très chaleureuse et respectueuse). J'observe qu'il commence à régresser. Cela dit, ma fille est en master de psycho cognitive et clinique à Genève. Elle me dit que la psychanalyse ne lui a pas été enseignée, et que ses profs d'Uni s'en sont clairement distancés. Par contre, j'ai entendu hier une étudiante de Lausanne dire qu'elle n'avait jamais entendu dans ses études là-bas que l'autisme pouvait être de cause neurobiologique qu'elle n'a jamais non plus entendu parler dans ses études de TEACH ou PET, et qu'elle est tout étonnée d'entendre autre chose à Genève que "l'autisme trouve sa cause dans la relation à la mère". MERCI beaucoup d'avoir permis la vision de ce film sur internet. Qu'il soit encore largement diffusé ! Et vivement qu'on sorte de ces aberrations de pensées de psys à côté de la plaque, qui malheureusment ont eu et ont encore tellement de pouvoir pour casser des familles. Nous en savons quelque chose, ayant été vraiment extrêmement maltraités par la psychiatrie pendant le suivi de certains de nos enfants adoptés avec problèmes graves et handicaps divers. Nous avons tellement souffert, tellement perdu, même notre maison ... à cause de ce "tout pouvoir" aberrant donné par notre société à des psychiatres vivant dans une théorie hors réalité. Avec les méthodes TEACH et autres, de grands progrès sont apparus. Mais n'en faisons pas une idôlatrie non plus : restons humbles, "terre à terre" et proches de nos intuitions, pour ne jamais devenir comme ces psychanalystes à qui nous n'aimerions pas ressembler. Meilleures salutations et MERCI encore, une Maman parmi tant d'autres


maud       77       Parents/Proches   
le mur

ce documentaire est formidable, il montre enfin,preuve par l'image,les dégats de la toute puissante psychanalyse en france.Il faut que cela cesse, pourquoi ces messieurs et dames ne se remettent pas en question puisque c'est justement la base de leur travail.Si je laisse percevoir ma colère c'est que je suis maman d'un garçon autiste sévère de 11 ans, quand je me suis rendue compte de la différence de mon fils à 2 ans et demi, j'ai été voir un pédopsychiatre,qui m'a persuadé que mon fils n'était pas autiste mais que de plus je devais faire une psychothérapie en même temps que lui.Je n'ai pas eu la force à l'époque de me battre,mon compagnon le papa était comme "ko" et à accepté un certain nombre de choses comme le fait de sortir notre enfant de l'école maternelle pour le mettre en jardin d'enfant spécialisé.Je n'étais pas d'accord mais j'étais seule à me battre, j'ai rencontré des associations, des intervenantes éducatives qui utilisent le pecs, le makaton, teacch et ABA mais il était déjà trop tard, trop de peinture à doigts, de piscine à balle et de poneythérapie.Maintenant j'ai repris du poil de la bête mais mon fils même si il a un emploi du temps de ministre, des éducatrices specialisées qui me coutent une fortune,et un sourire extraordinaire est toujours en IME (je ne jette pas la pierre, ils font leur boulot)n'est pas propre, ne parle pas...depuis que mon fils à 3 ans j'ai été plus psychanalisé et jugé que n'importe qui, je n'ai jamais été depressive ni pendant ni après ma grossesse, le papa à pris sa place tout à fait normalement, je me suis retrouvé dans le témoignage de la maman de julien et ce que j'ai beaucoup aimé dans ce documentaire c'est la douceur avec laquelle,la réalisatrice amène le constat final, beaucoup d'intelligence dans ce film, bravo!!!!


Christine       34       Parents/Proches   
le mur

J'ai beaucoup apprécié la présentation et le développement du Dr Monica Libovicious qui est très claire dans ses propos et passionnante. J'ai beaucoup appris. Merci à elle et merci pour votre site. Je suis grand-mère d'un adorable petit garçon autiste qui a aujourd'hui 8 ans. Ses Parents manifestent beaucoup de courage, d'intelligence de coeur et de pugnacité pour accompagner leur enfant de la façon la plus adaptée, ce qui n'est pas évident du tout. Comme d'autres parents, ils ont dû renoncer à l'hôpital de jour devenant délétère pour l'enfant qui après une première années d'une belle évolution régressait nettement la 2ème année ! C'est un véritable parours du combattant ! Merci encore pour votre site et tout ce que vous faites dans le domaine de l'autisme. J'ai communiqué vos coordonnées à ma belle-fille. Votre approche, vos recherches et votre aide sont précieuses.


CHRISTINE       92       Parents/Proches   
le mur

bonjour, merci pour le film du dr Zilbovicious qui permet à une mère de déculpabiliser vis à vis du TED de sa fille. (C'est mon cas). Ma fille de 12 ans est en IMP et la non immersion en milieu dit normal m'angoisse. Auriez vous des pistes à me communiquer pour que ma fille puisse bénéficier de la méthode ABA en région parisienne ? Merci pour le contenu de vos films qui permet une approche de la compréhension des troubles autistiques. christine


Valérie       85       Parents/Proches   
le mur

Je suis choquée et en colère après avoir vu et entendu ça ! Heureusement que des professionnels comme le Dr Zilbovicious sont là pour donner des explications et déculpabiliser les mamans que nous sommes ! Je ne suis pas une mère parfaite mais je ne laisserai personne dire qu'il y a eu des troubles affectifs entre mon fils et moi ! Et j'ajouterai que l'age des intervenants explique aussi beaucoup de choses, mais comme dans chaque profession, il faut savoir se former et s'informer pour être au top dans les connaissances.


Anne_Marie       83       Professionnel de santé   
le mur

Félicitation pour votre film courageux. Je suis de tout coeur avec vous. Comment peut-on vous aider?J'espère que votre film sera diffusé et pourra mettre fin à la domination tyranique et obsolète de la psychanalyse en FRANCE. Bon courage. A.M. OURGIAS


natacha       77       Parents/Proches   
le mur

Bonjour, je suis maman d'un garçon de 8 ans, diagnostiqué TED. J'ai été tres touché par ce documentaire qui m'a vraiment soulagé du poid que m'avait mis sur les épaules un pédo-psychiatre, éxercant à l'hopital Necker, et professeur qui plus est,et d'ailleurs temoigne dans ce reportage. Alors, je voudrais vraiment et de tous mon coeur pour mon fils et tous les autres enfants comme lui, voire ce documentaire sur une grande chaine publique, pour qu'enfin avance la recherche sur le cerveau et pas sur la façon de mieux faire culpabilisé les parents qui souffre déja de cette situation. Et je remerçie tres sincerement Sophie Robert, car grace a elle, j'assume le fait que mon enfant soit différent, et je le comprend mieux, car jusqu'a ce que je visionne ce reportage j'avait cette culpabilité qui planait au dessus de ma tête (sans comprendre ce que j'avais fait de mal), et maintenant je suis plus dans la rééducation.


pascale       13       Professionnel de santé   
le mur

informez, informez, c'est essentiel mais il faut aussi FORMER les "éducateurs" qui interviennent dans ce champ. la méconnaissance mène, hélas, à une forme de maltraitance qui est intolérable merci pour vos actions


Estelle       45       Parents/Proches   
le mur

Les paroles des psychanalistes me choquent, surement ont-ils rencontrés des mères rejetant leur enfant malheureusement devenu autiste. Mais comment peuvent-ils dire que l'abandon est la cause de l'autisme chez l'enfant ? Je pense que ma soeur ne se reconnaît pas du tout dans ces propos, elle, pour qui ses enfants sont toute sa vie. En revanche, le Dr Zilbovicious est très intéressante dans ses démonstrations et très pédagogue. Moi la tata je comprends mieux, gràce à ce reportage, certaines attitudes de mon neveu. Merci


fvNrCAGDqsMnbfdaKcJ       VI       Parents/Proches   
le mur

zhme1q zlhbrltijaad, [url=http://moktqtmlsxkr.com/]moktqtmlsxkr[/url], [link=http://vqmctivjapwz.com/]vqmctivjapwz[/link], http://rksdvdzubkmj.com/


Pauline       78       Parents/Proches   
le mur

merci à S Robert pour ce très bon film .. je suis scandalisée par les propos de certains psy..d'un autre âge ..par contre les explications d u Dr Zilbovicius, sont simples,très intéressantes , et pleines d'espoir pour l'avenir ..Je suis convaincue pour l'avoir vécu, que l'enfant autiste peut progresser et s'intégrer dans notre société .. par pitié, arrêtons de vouloir les enfermer ..merci encore à S Robert bravo


Hélène       34       Professionnel de santé   
le mur

bonjour, je suis pédopsychiatre au CHU de Montpellier. Sachez qu'il y a des CHU où ne sommes pas du tout formés comme cela, je n'ai jamais entendu parler mes collègues comme cela. Je travaille dans un service connu pour ses recherches sur l'autisme et ses méthodes comportementales et éducatives. Je ne pensais pas qu'il y avait encore des professionnels qui pensaient comme cela.... j'ai honte de ma profession. il y a tout de même des choses à nuancer, par exemple, une dépression grave de la mère peut participer à des troubles précoces chez l'enfant mais assez réversibles si la mère va rapidement mieux et si l'entourage aide la relation mère/enfant. Merci pour votre travail. En espérant que les choses changeront rapidement dans le domaine de la pédopsychiatrie. je pense que les propos de me WIDLOCHER ont été tronqués et du coup paraissent déformés, c'est quelqu'un d'ouvert qui à ma connaissance ne défend pas la théorie freudienne ou lacanienne de l'autisme.


isabelle       13       Autres   
le mur

Félicitations pour votre travail qui doit apporter un réconfort moral aux familles concernées par l'autisme.J'admire leur courage eu égard aux jugements négatifs, si plein de certitudes des divers intervenants. Dans un autre domaine j'ai été confronté à cette même toute puissance aveugle de certains praticiens, que n'ai-je entendu sur mon rapport fusionnel excessif et malsain à l'égard de mon fils qui souffrait d'un asthme sévère qui expliquait sa maladie. Opéré à 10 ans d'un RGO diagnostiqué très tardivement , il est en pleine forme et nos rapports n'ont jamais été responsables de la dégradation de son état de santé comme on me l'a si souvent expliqué


sonia       75       Parents/Proches   
le mur

leurs theses a ces vieux shnoks, fondes sur aucunes recherches scientifiques sont si ridicules,on se croiraient au moyen age,evidement ca les arrangent bien de garder la main mise sur ce marche juteux d'hopital du jour.Aulieu de se former aux techniques nouvelles qui demandent au psy nouvelles generations de quitter leurs fauteuils confortables et de s'agenouiller face en l'enfant et de travailler avec pour le faire avancer, comme l'exige l'ABA.j'espere que les nouvelles generations seront ouvertes d'esprit et finiront par traiter l'autisme avec rationnel et abandoneront toutes ces interpretations largement fantaisistes issues de 2 psychiatres du siecle passe, qui mise part la France nulle part ailleurs dans le monde, en matiere d'autisme ils ne beneficient plus d'aucune autorite en la matiere et cela depuis fort longtemps.


Lu       35       Autres   
le mur

Je suis choquée par les propos tenu par des personnes aillant un niveau d'étude élevé, étant censé être des "intellectuels" et surtout étant des personnes qui réfléchissent par eux même. Comment des psychiatres peuvent, au 21ème siècle, continuer de soutenir des thèses, des recherches effectuées par des psychiatres au 19 siècle. Si ces personnes étaient réellement au contacte des familles aillant un cas d'autisme, si elles écoutaient ce que, particulièrement la mère (qui est, dans ce documentaire, la cause principale de l'enfant autiste)ressent, peut-être se rendraient-ils compte que les explications d'ancien psychiatres sont certainement plus d'actualité. J'ai remarqué que, plusieurs fois dans le documentaire, les spécialistes sont incapable de répondre aux questions de la journaliste ou sinon citent des vieilles paroles de psychanalystes aujourd'hui décédés et ne peuvent donc pas expliquer par eux même la réponse qu'ils donnent. Je suis en première année de psychologie, je ne suis pas du tout experte sur le sujet, mais je refuse d'admettre que l'autisme est dû à ce qu'ils soutiennent. J'espère que ces affirmations sur les causes de l'autisme connaissent de nouvelles thèses, par exemple neurologique. La famille du petit garçon suivi est admirable, le choix qu'ils ont pris est apparemment le bon, pourquoi sortir l'enfant autiste encore plus de la société en "l'enfermant" dans un centre où il ne rencontre que des enfants atteints du même problème que lui et où on le "soigne" de sa mère... Et enfin, pourquoi refuser catégoriquement l'apparition de méthodes, qui ont su prouver à l'étranger, leurs réussites.


Morgane       49       Parents/Proches   
le mur

Ce reportage et ces témoignages sont choquants et criant de vérité !!! Je suis la grande soeur d'un frère qui a été diagnostiqué "Autiste Asperger" l'année dernière, à l'âge de 14 ans. Si ce diagnostic est si tardif, c'est justement à cause de ce genre de propos et idées reçues ... Ma mère a découvert son jeune frère décédé lorsqu'elle avait 8 ans et a perdu son père à l'âge de 23 ans. En plus de ça, elle n'a pas eu le meilleur des maris (qui se trouve être mon père et celui de mon frère autiste). Celui-ci était en effet violent et adultère. C'est toute son histoire qu'on reprochait à ma mère lors des innombrables RDV pour faire établir le diagnostic de mon frère, avec je ne sais combien de spécialistes (dont un présent dans le reportage) ... Après avoir vu ce reportage, je comprends beaucoup mieux la raison de toutes nos difficultés. Je suis attristée et déçue de voir que la France en est à ce stade sur l'autisme. D'autant plus quand je vois le nombre de personnes qui galère pour faire établir des diagnostics ou tout simplement se faire aider ... J'espère de tout mon coeur que ce reportage sera diffusé et qu'il aura droit au succès qu'il mérite. Bravo pour ce superbe reportage si réaliste !


Mélanie       K0       Professionnel de santé   
le mur

WOW! Je suis zoothérapeute, au Canada, et je travaille en étroite relation avec les enfants ayant l'autisme ainsi que leur parents. Je concentre mes interventions sur la sociabilisation (tellement présente et tangible avec l'animal) et la communication (observation, description, communication verbale et non-verbale). Il y a tellement d'évolution! des petits pas, mais des pas à chaque rencontre. Jài été heureusement marqué par ce métrage, bravo! La première partie m'a fait peur, et m'a fait réaliser que le nombre de gens à qui le chapeau fait! est une monstrueuse réalité. Je travaille présentement avec une maman, qui se bat pour convaincre et garder son fils de 5 ans, atteint d'autisme, de suivre une classe régulière. Son fils a une aide-enseignante à temps plein et voilà qu'on lui apprend que l'enseignante et l'aide enseignante ne veulent plus de l'enfant dans la classe. Des choses horribles se sont produites, et encore une fois, maman se bat pour l'acceptation de son fils dans un milieu régulier. Psychiatres, psychothérapeutes, psychologues et autres professionnels de la santé s'unissent pour promouvoir l'intégration de cet enfant dans une classe régulière. La direction est aussi d'accord. Tout ça pour dire, comment obtenir la permission de montrer ce documentaire aux enseignants de cette école pour fins informatiques. Les gens sont ignorants face au sujet et ils doivent connaître. Je ne veux pas ceci publier, je veux simplement savoir comment obtenir une permission pour le visionnement de ce documentaire.


Eliane       04       Parents/Proches   
le mur

Extrêmement soulagé et représenté par des gens sains d'esprit. Il serait très utile qu'il y ait sous-titres anglais dans le film.


Allen 31       31       Professionnel de santé   
le mur

En tant que professionnel du médico-social, psy puis directeur et consultant, je ne puis que confirmer la magnifique schizophrénie intellectuelle qu'est la psychanalyse. Incapable de se remettre en question, faisant fi de toutes les avancées de la neurologie, de la génétique, de la psycho-expérimentale. Répétant depuis 50 ans les mêmes arguments envers ceux qui osent les remettre en questions : "scientistes, comportementaliste, naturaliste", en diabolisant, criminalisant ces termes. Car je peux vous dire qu'ayant côtoyé ces nuisibles ils n'ont jamais lu une seule ligne de traité comportementaliste et encore moins de neurologie, quant à la génétique.... et oui, il faudrait travailler. Car il faut oser le dire la psychanalyse est une idéologie qui légitime la gestion de son insolvabilité professionnelle, de sa fainéantise intellectuelle, etc. Votre documentaire ne fait qu'exposer au grand public les âneries monumentales de la psychanalyse, qui ne feraient que rire si elles n'étaient point mortelles dans ses effets très concrets sur les personnes. Chassée peu à peu des universités, des CHU, du CNRS, la psychanalyse se replie sur le médico-social et pire sur les organismes de formation des travailleurs sociaux et médico-sociaux. Si vous voulez donner une suite à votre documentaire faites le sur le monde des éducateurs... vous serez effarée.


Delp       35       Professionnel de santé   
le mur

"Tous les autistes présentent des anomalies au sillon temporal supérieur..." Un peu osé, Zilbovicius a fait ses tests sur cinq adultes autistes (c’est pas représentatif de toute la population autiste), et en rapport avec la voix humaine et sa reconnaissance à partir de l'activation des aires du cerveau vue par IRM fonctionnel. Serait-il possible de ne pas déclarer cause première la non activation de zones du cerveau qui n’est peut-être que la conséquence d’autres dysfonctionnements? Cela, notre cher documentaire (Le Mur) ne le mentionne pas, les études de Zilbovicius ne sont pas définitives et sont loin de confirmer que l’autisme soit d’origine biologique. Comme le dit un commentateur plus bas: Nathalie: "Il n’est pas plus scientifique pour un psychanalyste de prétendre que l’autisme est causé uniquement par la relation mère enfant, que pour quiconque de déclarer, en 2011, que l’autisme est causé uniquement par un dysfonctionnement cérébral." Sophie Robert montre des propos biaisés pour ce documentaire, non nuancés, uniquement dans le but de discréditer la psychanalyse pour privilégier exclusivement des techniques rééducatives (cognitivo-comportementales), les seules pertinentes à ses yeux. Et encore, sachant que la méthode TEACCH a été inventé par des psychanalystes américains, ce qu'elle n'a pas non plus mentionné. Elle oublie de dire que la plupart d'autistes sont soignés et traités en institution avec des approches pluridisciplinaires, donc pas uniquement psychanalytiques. Les psychanalystes traitent un autre objet, autre chose qui diffère de l'éducatif et le pédagogique (qu'on laisse entre les mains d'orthophonistes, éducateurs spécialisés, etc., mais qu'on néglige pas pour autant), ils s'occupent plus du côté affectif et psychique, de l'autiste en tant que sujet à part entière. Beaucoup des témoignages d'enfants autistes de haut niveau vont dans le sens d'un plus de prise en compte de leur subjectivité, de leur souffrance et de l'affectif, et de ne pas uniquement se centrer sur l'éducatif.






Le Mur Autisme

LE MUR : une plongée en apnée dans un monde ou l’idéologie a supplanté la raison.

Depuis plus de trente ans, la communauté scientifique internationale reconnaît l’autisme comme un trouble neurologique
entraînant un handicap dans l’interaction sociale. Tous les autistes présentent des anomalies dans une zone du cerveau,
le sillon temporal supérieur, identifiée en l’an 2000 par le Dr Monica Zilbovicius, psychiatre à l’INSERM.
Hélas, en France la psychiatrie qui reste très largement dominée par la psychanalyse, ignore résolument ces découvertes.
Pour les psychanalystes, l’autisme est une psychose, autrement dit un trouble psychique majeur résultant d’une mauvaise relation maternelle.
Sophie Robert a réalisé une longue enquête auprès d’une trentaine de pédopsychiatres-psychanalystes afin de démontrer par l’absurde
(de l’aveu même des principaux intéressés !) l’inefficacité de la psychanalyse comme traitement de l’autisme.





   
     
     
 
 
  © copyright 2007   Autistes sans frontières  -  Mentions légales  -  Crédits